HAUPTMANN GERHART (1862-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La recherche d'un autre monde

« Pippa incarne la beauté avec toute sa force mais aussi avec tout ce qu'elle a d'éphémère. La beauté est symbolisée par le verre et comme lui elle brille, mais un rien suffit pour la briser », a écrit Hauptmann à propos de sa pièce Et Pippa danse ! (Und Pippa tanzt ! 1906). Huhn, qui nous introduit dans le monde du mythe va justement briser Pippa : c'est une espèce de bête en quête de la beauté, mais il n'est sensible qu'à la beauté sensuelle de Pippa.

Quant à l'amour que Michael Hellriegel, adolescent rempli d'espoir, voue à Pippa, idéal de la beauté méditerranéenne, c'est l'éternel élan qui pousse l'Allemagne vers l'Italie, l'amour de Faust pour Hélène, Hauptmann à l'école de Rome. Mais Michael est un idéaliste qui ne peut appréhender la réalité ; Pippa représente son rêve, sa poésie, et ce rêve finit par disparaître, car Michael ne sait pas le retenir : Pippa meurt en même temps que Huhn, l'exalté dionysiaque, mais Michael peut continuer à vivre au-delà de lui-même dans son mythe. Au moment de la mort de Pippa, il devient aveugle sans cesser de voir Pippa. Le vieillard Wann unit Michael avec l'ombre de Pippa, et Michael s'en va, voyant Pippa danser : « Et Pippa danse ! » constate Wann.

Le symbolisme singulièrement éclatant de cette pièce est pour l'auteur la réponse à son sentiment de la détresse du monde, sentiment qu'il éprouve avec une particulière acuité après la Première Guerre mondiale, qui est pour lui synonyme d'effondrement de la conscience morale et religieuse, de chute de la culture européenne. Son passage du naturalisme au symbolisme correspond à une transformation de sa conception du monde qui s'apparente au pessimisme de Wagner.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAUPTMANN GERHART (1862-1946)  » est également traité dans :

NATURALISME

  • Écrit par 
  • Yves CHEVREL
  •  • 5 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une méthode analytique »  : […] Edmond de Goncourt évoque “l'analyse cruelle” que Zola et lui-même ont appliquée dans leurs romans (Préface des Frères Zemganno ). La cruauté de l'analyse tient sans doute à ce que les écrivains s'attachent précisément aux dysfonctionnements. Pour y parvenir, il leur faut montrer comment un groupe apparemment stable et cohérent est susceptible de se désagréger ; c'est pourquoi ils recourent volont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naturalisme/#i_8925

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_8925

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel-François DEMET, « HAUPTMANN GERHART - (1862-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerhart-hauptmann/