HOPKINS GERARD MANLEY (1844-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étudiant converti, le jésuite

Né à Londres dans une famille anglicane de bonne bourgeoisie (le père était assureur maritime), Hopkins fit de brillantes études qui le conduisirent à Oxford, où il fut boursier de Balliol College. Il semble destiné à une carrière de pasteur, de professeur ou de peintre, tant ses dons et ses goûts sont divers. Mais en 1865 une foi exigeante le fait renoncer aux ambiguïtés anglicanes (il appartenait à la tendance Haute-Église) et, le 21 octobre 1866, Newman reçoit sa conversion au catholicisme à l'Oratoire de Birmingham. Il passe ses examens universitaires avec brio, enseigne quelque temps à l'Oratoire auprès de Newman, puis se décide finalement, au printemps de 1868, à entrer dans la Compagnie de Jésus. Après neuf années d'études, il fut ordonné prêtre. De 1877 à 1884, il occupe sans grande distinction des postes où il aurait pu réussir, soit comme prédicateur à Farm Street, à Londres, soit comme prêtre à Oxford ou professeur de lettres à Stonyhurst College. Mais sa santé médiocre, et une mélancolie chronique contre laquelle il lutte douloureusement paralysent ses moyens. Emporté par la fièvre typhoïde, il termine une vie trop brève à Dublin, où pendant cinq ans, de 1884 à 1889, il enseigna le grec à University College. C'est donc en terre irlandaise que son corps repose.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOPKINS GERARD MANLEY (1844-1889)  » est également traité dans :

BRIDGES ROBERT (1844-1930)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 224 mots

La renommée de Bridges est due autant à sa maîtrise technique de la prosodie qu'au parrainage qu'il accorda à l'œuvre de son ami Gerard Manley Hopkins. Certains de ses poèmes lyriques, tels que « Neige de Londres » (« London Snow »), « O Splendide Nef » (« O Splendid Ship ») et « Sur un enfant mort » (« On a Dead Child »), si souvent inclus dans les anthologies, répondent bien à sa conception d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-bridges/#i_935

POÈMES, Gerard Manley Hopkins - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 991 mots

Bien que son œuvre au demeurant fort mince n'ait été connue que trente ans après sa mort, Hopkins est une figure majeure de la poésie anglaise du xix e  siècle. Né en 1844 dans une famille anglicane et bourgeoise, le futur poète poursuit de brillantes études à Oxford. Animé par une foi ardente, il abjure le protestantisme, le 21 octobre 1866. Au p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poemes-gerard-manley-hopkins/#i_935

Pour citer l’article

Jean-Georges RITZ, « HOPKINS GERARD MANLEY - (1844-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-manley-hopkins/