GENETTE GÉRARD (1930-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Champs et phénomènes méconnus de l'espace littéraire

Avec Mimologiques (1976), Genette introduit un premier grand tournant dans son travail critique : sans abandonner la poétique, il se confronte aux « jeux », aux territoires inconnus et aux aspects transcendants de l'espace littéraire. Ainsi, dans Mimologiques – sous-titré « Voyage en Cratylie » – Genette reprend l'interrogation platonicienne sur le statut ontologique du langage, explorant, à sa manière, la délicate liaison des mots et des choses. Les mots peuvent-ils être considérés comme l'image des choses ? Si le mot « chien » ne mord pas, et si le mot « rose » n'a ni odeur ni couleur, il reste que d'autres mots – le mot « effroi » par exemple – peuvent évoquer ou même provoquer les sentiments qu'ils désignent. Ne s'agit-il pas d'un processus central dans l'écriture littéraire et dans le plaisir du texte ? Introduction à l'architexte (1979) montre que l'objet de la poétique n'est pas le texte mais l'architexte, c'est-à-dire l'ensemble des catégories générales ou transcendantes (types de discours, modes d'énonciation, genres littéraires) dont relève chaque texte singulier. Genette remet en cause la tradition générique occidentale et son système unifié qui depuis l'antiquité cherche à recouvrir l'ensemble du champ littéraire. Chemin faisant, Genette déconstruit la triade générique indûment attribuée à Aristote (lyrique, épique, dramatique) pour ouvrir la voie d'une éventuelle théorie générale des formes littéraires. Palimpsestes. La littérature au second degré (1982) cherche à fonder en théorie les différentes formes de la relation par laquelle l'œuvre littéraire peut se construire en se référant à d'autres œuvres, en les imitant comme dans le pastiche ou en les transformant comme dans la parodie. Ces deux formes, la parodie et le pastiche, n'étant que les manifestations les plus visibles et les plus mineures du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de l'Université, docteur en sémiologie, chargé de recherche au CNRS, directeur adjoint de l'Institut des textes et manuscrits modernes

Classification

Autres références

«  GENETTE GÉRARD (1930-2018)  » est également traité dans :

APOSTILLE (G. Genette) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 842 mots

Troisième dictionnaire de l'auteur, publié après Bardadrac (2006) et Codicille (2009), Apostille (Seuil, 2012) poursuit pour le plus grand plaisir de ses lecteurs l'aventure de ce qu'on pourrait caractériser comme une gaie science autobiographique. Le conseil de lecture – réitéré par l'auteur – reste le même : il faut […] Lire la suite

BARDADRAC (G. Genette) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 921 mots
  •  • 1 média

Pour ses plus fidèles lecteurs, le gai savoir de Gérard Genette ne fait aucun doute. Pour ceux qui se limitent à une approche plus superficielle, le nom de l'auteur résume au mieux un certain aboutissement du structuralisme en littérature et au pire une conception désincarnée du fait littéraire comme l'att […] Lire la suite

CODICILLE (G. Genette) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 948 mots

L'écriture de Gérard Genette obéit au plus simple des principes : chaque livre est issu du précédent. Cette vérité se laisse observer dès la publication des premiers essais critiques (Figures I et II), et pour les grandes enquêtes de poétique (Mimologiques, […] Lire la suite

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des précurseurs »  : […] Que s'est-il donc passé pour que l'autofiction apparaisse désormais comme le genre en flèche et l'autobiographie comme un genre dépassé, même si l'idée d'une substitution d'une pratique à une autre, et donc d'un progrès, est hautement contestable, en fait et en droit ? D'abord, les historiens de la littérature se sont aperçus que, dès le début du siècle, des romanciers, qui se percevaient comme te […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire et formes »  : […] Dans un premier temps, au tournant des années 1980, le reflux de la vague structuraliste a pu être interprété comme une victoire sans partage de l'histoire littéraire. Cependant, on s'est vite aperçu que la complémentarité des pratiques était devenue essentielle. Dès 1984, un dialogue fructueux réunissait dans les colonnes de la revue Le Débat (n o  29) les deux principaux tenants de courants sup […] Lire la suite

DIÉGÈSE, poétique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 176 mots

« La diégèse est l'univers spatio-temporel désigné par le récit » (Gérard Genette, Figures III ). Dans la terminologie propre à la narratologie, il s'est avéré utile de distinguer le contenu du récit, l'histoire et l'acte par lequel le récit « se narre ». En effet, cette distinction permet de s'interroger sur les rapports entre le narrateur et l'histoire qu'il raconte : il peut en être absent (et […] Lire la suite

INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 4 301 mots

Dans le chapitre « Genèse du concept »  : […] La notion d'intertextualité reste, à son origine, indissociable des travaux théoriques du groupe Tel Quel et de la revue homonyme (fondée en 1960 et dirigée par Philippe Sollers ) qui diffusa les principaux concepts élaborés par ce groupe de théoriciens qui devaient marquer profondément leur génération. C'est à la période d'apogée de Tel Quel , en 1968-1969, que le concept clé d'intertextualité fi […] Lire la suite

GENRES LITTÉRAIRES, notion d'

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 844 mots

Dans le chapitre « La classification des genres »  : […] Tout commence avec Platon, qui, dans La République (385-370 av. J.-C.) distingue trois genres en fonction de leur mode d'énonciation : narratif pur (le dithyrambe), mimétique pur (la tragédie et la comédie) et mixte (l'épopée, homérique par exemple, qui fait alterner récit et dialogues). Mais c'est à Aristote que nous devons, avec La Poétique (env. 340 av. J.-C.), la première véritable classific […] Lire la suite

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La parodie comme réflexion en acte »  : […] Les formalistes russes, dans les années 1920, jugeront à l'inverse que la parodie, comme toutes les pratiques qui mettent un texte en relation avec un autre texte (relation à laquelle Julia Kristeva donna par la suite le nom d' intertextualité ), témoigne de la vitalité d'une littérature et constitue un facteur de « l'évolution littéraire ». Pour Iouri Tynianov, en « détruisant » l'ensemble ancien […] Lire la suite

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sens »  : […] Les structures profondes dégagées à partir de l'analyse du vers ne concernent pas seulement la forme du poème, mais sa signification même, qui en est inséparable. La poésie tend à établir une équivalence entre signifiant et signifié, produite par une « retrempe alternée en le sens et la sonorité » (Mallarmé). La rime, par exemple, n'est pas une simple homophonie ; elle induit entre les mots qu'el […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Marc de BIASI, « GENETTE GÉRARD - (1930-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/