GÉORGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielGéorgie (GE)
Chef de l'ÉtatSalomé Zourabichvili (depuis le 16 décembre 2018)
Chef du gouvernementIrakli Garibachvili (depuis le 20 novembre 2013)
CapitaleTbilissi
Langue officiellegéorgien
Unité monétairelari (GEL)
Population3 730 000 (estim. 2021) 2
Note : Exclut la population de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.
Superficie (km2)69 700 3
Note : La superficie de la Géorgie sans l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud est de 57 612 km2

La littérature géorgienne

La première période (Ve-Xe siècle)

La langue géorgienne appartient à la famille des langues ibéro-caucasiques et serait, selon certains savants, apparentée au basque. L'alphabet géorgien, qui représente probablement une ramification indépendante de l'alphabet phénicien, comporte deux formes d'écriture : l'ecclésiastique (majuscule et minuscule) et, à partir du xie siècle, l'alphabet militaire ou profane, qui est en usage aujourd'hui.

Les origines religieuses

Le premier témoignage incontestable de l'existence d'un littérature géorgienne est Le Martyre de Chouchanik, écrit dans les années 476-483 par le confesseur de la sainte, Jacob Tsourtaveli, qui donne dans son ouvrage un tableau expressif des mœurs politiques, sociales et religieuses de la Géorgie de l'époque. Il est évident que la littérature géorgienne a dû connaître une assez longue évolution jusqu'à la composition d'une œuvre aussi parfaite que Le Martyre, où la langue atteint une puissance d'expression d'une singulière grandeur.

La Géorgie est un pays dont la personnalité culturelle est fortement marquée. Située au pied du Caucase, elle est au confluent de deux courants de pensée : celui du christianisme mystique et émotionnel de l'Orient ancien, venant de Syrie et de Palestine, et le courant rationaliste et philosophique, venant de l'Occident sous la forme de la théologie gréco-byzantine. De ces deux courants, la Géorgie a fait une synthèse absolument originale que l'on a coutume d'appeler la chrétienté géorgienne, dont la tradition s'est conservée jusqu'à nous grâce aux œuvres littéraires.

Parmi toutes les Églises de l'Orient ancien, l'Église géorgienne est la première – et la seule, après le schisme des autres Églises nationales – à être demeurée fidèle au monde gréco-byzantin. Rappelons qu'elle échappa à la crise iconoclaste (726-843). La littérature de cette période est exclusivement religieuse. Outre de multiples traductions de l'Ancien et du Nouveau Testament, les genres narratif et lyrique figurent au tableau littéraire de l'époque.

La littérature narrative se compose d'apocryphes et d'hagiographies. Cette dernière l'emporte pour la richesse de ses productions. À la fin du xe siècle, les écrits essentiels de l'hagiographie gréco-orientale avaient été traduits. En outre, les Géorgiens ont réalisé d'intéressantes « vies de saints », notamment la Vie de sainte Nino, évangélisatrice de la Géorgie (337), et des Vies de héros du monachisme national : Serapion de Zarzma, Les Treize Pères syriens, etc. La Vie de Grégoire de Kandzta apparaît comme la plus importante des œuvres proprement géorgiennes. Elle fut rédigée par Georges Mertchoulé, l'un des ascètes du monastère que Grégoire avait fondé. L'ampleur de la perspective historique, la manière dramatique de traiter le sujet, la description précise des scènes, les tableaux de la nature brossés avec des couleurs captivantes, la façon pittoresque d'admirer la nature, de la diviniser – phénomène rare dans la littérature religieuse – font la valeur de l'ouvrage. L'élément romantique de la vie féodale géorgienne l'a pénétré avant de s'épanouir dans d'autres formes plus tardives.

Les centres littéraires géorgiens à l'étranger

Ce sont les monastères géorgiens à l'étranger qui ont avant tout favorisé le développement de la littérature géorgienne ancienne. Parmi les centres les plus importants, citons la laure Mar-Saba près de Jérusalem, fondée en 483 ; c'est là que furent traduits ou composés la majeure partie des manuscrits géorgiens du Sinaï, où se réfugièrent les moines géorgiens, chassés de Mar-Saba par les Arabes.

Le fonds géorgien du Sinaï contient quatre-vingt-cinq manuscrits dont l'ancienneté confère à la collection une importance exceptionnelle pour les études de critique textuelle biblique, de patrologie grecque et de philologie byzantine. Le Calendrier palestino-géorgien de Jean Zossimé, conservé au Sinaï, traduit en latin et édité à Louvain par Gérard Garitte, comporte plus de onze cents annonces hagiographiques ou liturgiques et constitue un document unique par son ancienneté, son ampleur et la nature de son contenu.

Le monastère d'Iviron, au mont Athos, fondé en 980, fut un haut lieu de la vie spirituelle géorgienne de l'époque. La littérature géorgienne s'enrichit alors d'innombrables versions de textes grecs, dues aux talentueux écrivains de l'école athonite et à leurs disciples : Euthyme l'Hagiorite ( 1028), Georges l'Hagiorite ( 1065), Arsen d'Iqualto ( 1130) de la Montagne noire (Arsen retourna en Géorgie pour y fonder l'académie d'Iqualto en 1114), le philosophe Jean Pétritsi, de l'école littéraire du monastère géorgien Pétritsoni, fondé en Bulgarie en 1003. Répondant à l'appel du roi David le Constructeur, il vint en Géorgie pour diriger l'académie de Ghélati, fondée par le roi. C'est à l'école athonite d'Iviron, et notamment à Euthyme, qu'on doit la traduction en grec de l'une des versions géorgiennes du roman Barlaam et Joasaph qui est à l'origine de toutes les rédactions postérieures de ce livre répandues à travers l'Europe.

La tradition géorgienne a conservé des œuvres d'auteurs orientaux que la littérature grecque n'a pas connues ou qu'elle n'a point gardées : œuvres de Syriens comme Aphraate et Martyrius-Sahdona, œuvres d'Égyptiens telles que les Lettres de saint Antoine, d'Arsène, de Macaire, des histoires édifiantes jointes au Pré spirituel, des textes traduits du syriaque, comme la Vie de saint Ephrem, de Pierre l'Ibère, que certains savants identifient avec Denys l'Aréopagite, la Vie de Syméon stylite l'Ancien, ainsi que le Commentaire sur le Cantique des Cantiques, le Commentaire de l'Ecclésiaste, La Séparation des Églises, le Grand Lectionnaire de Jérusalem, dont la découverte et la publication comblent une lacune de dix siècles d'histoire liturgique, la Vie de Siméon Métaphraste, la Vie de Jean Xiphilin, etc.

Le genre lyrique est représenté dans la littérature religieuse de la première période par la poésie hymnographique. Son origine se situe au viie siècle ; dans les milieux littéraires de Tao-Klardjétie apparaît toute une phalange d'hymnographes remarquables, tels Zossimé, Jean Mintchki et surtout Mikhaël Modrékili avec son célèbre « recueil d'hymnes ». La poésie liturgique géorgienne acquiert une véritable indépendance nationale, se sépare complètement des normes grecques ; elle inclut même dans les recueils hymnographiques grecs les œuvres géorgiennes originales.

De la littérature religieuse aux lettres profanes

La pensée et l'histoire

Aux xie-xiie siècles, la Géorgie est un puissant royaume qui englobe tout le Caucase. C'est l'époque de la reine Tamar, l'âge d'or de l'histoire de la Géorgie. En même temps que s'épanouissent diverses bra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Géorgie : carte physique

Géorgie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Géorgie : drapeau

Géorgie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Caucase, l'Aragvi

Caucase, l'Aragvi
Crédits : Camera Press/ Globe Photos

photographie

Edouard Chevardnadze

Edouard Chevardnadze
Crédits : R. D. Ward/ Department of Defense

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée
  • : docteur en slavistique, maître de conférences de russe à l'université de Clermont-Ferrand-II-Blaise-Pascal
  • : professeur à l'École d'études orientales et africaines, université de Londres Royaume-Uni)
  • : professeur honoraire de lettres, directeur-rédacteur de la revue Kartvélologie Bedi Kartlisa (Études géorgiennes et caucasiennes)

Classification

Autres références

«  GÉORGIE  » est également traité dans :

GÉORGIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ABKHAZIE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 328 mots
  •  • 1 média

En bordure de la mer Noire, à l'intérieur des frontières de la république de Géorgie, la république autonome d'Abkhazie couvre un territoire de 8 600 kilomètres carrés. Lors du recensement, contesté, de 2003, la population était de 216 000 habitants ; elle était estimée, en 2006, entre 160 000 et 190 000 habitants. Les Abkhazes, de nationalité éponyme, appartiennent à la famille ethnolinguistique […] Lire la suite

ADJAR

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 729 mots

L'une des nombreuses ethnies constituant la nation géorgienne. Les Adjar ou « Adjareli » habitent dans la république autonome d'Adjarie située dans le sud-est de la Géorgie et faisant partie de cette dernière. Recensés jusqu'en 1926 (ils étaient alors 71 390), ils sont désormais considérés comme Géorgiens. La république autonome d'Adjarie comptait 376 000 habitants au recensement de 2002, les Géor […] Lire la suite

ĀQĀ MOHAMMAD KHĀN ou AGHĀ MUḤAMMAD KHĀN (1742?-1797) shāh de Perse (1796-1797)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 089 mots

Réunificateur de la Perse après la désagrégation de l'empire de Nāder Shāh (1736-1747) et la période troublée de luttes pour la succession de Karim Khān Zand (1750-1779), Āqā Mohammad Khān est le fondateur de la dynastie des Qādjār (1794-1925) sous laquelle la Perse subit des changements profonds ; d'une monarchie orientale médiévale, elle se transforma en une monarchie constitutionnelle ayant les […] Lire la suite

ARDZINBA VLADISLAV (1945-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 251 mots

Homme politique abkhaze, Vladislav Ardzinba fut le premier président (1994-2005) de la république autonome autoproclamée d'Abkhazie. Né le 14 mai 1945 à Eshera, dans la République socialiste soviétique autonome d'Abkhazie, intégrée à la Géorgie, Vladislav Grigoriévitch Ardzinba étudie l'histoire de 1962 à 1966 à l'Institut pédagogique de Soukhoumi, la capitale de l'Abkhazie. Il poursuit son cursu […] Lire la suite

BAKOU-TBILISSI-CEYHAN OLÉODUC (B.T.C.)

  • Écrit par 
  • Marie KNAPIK
  •  • 510 mots

L' oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (B.T.C.), du nom des trois villes clés de son tracé, permet d'acheminer le pétrole de la mer Caspienne, depuis l'Azerbaïdjan vers le grand port du sud-est de la Turquie, Ceyhan, via la Géorgie, puis de l'exporter sur les marchés mondiaux, évitant ainsi la Russie, l'Iran ou le passage par la mer Noire. Ouvrage majeur de génie civil, le B.T.C. a nécessité un assembla […] Lire la suite

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Typologie des sociétés traditionnelles »  : […] Les deux types les plus originaux, aux deux extrêmes de l'histoire, sont ceux de l' Ibérie antique (Géorgie centrale) et des montagnards géorgiens à l'est du Kazbek (jusqu'en 1960). La société ibère, vers l'an 20 après J.-C., comportait quatre « classes » : celle des rois, l'aîné du clan royal assumant le pouvoir politique, le cadet la justice et la guerre ; la deuxième, celle des prêtres, chargé […] Lire la suite

C.E.I. (Communauté des États indépendants)

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des partenaires aux intérêts divergents engagés dans des coopérations à géométrie variable »  : […] Les pays membres de la C.E.I. présentent une grande diversité de poids économique, démographique et territorial (tableau 1) . Ils n'ont pas tous les mêmes intérêts. On distingue généralement trois groupes de pays : – Les « intégrationnistes ». C'est la Biélorussie qui va le plus loin, en acceptant, voire demandant, une union avec la Russie, effectivement consacrée en plusieurs étapes entre avril 1 […] Lire la suite

CHARACHIDZÉ GEORGES (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 398 mots

Linguiste et historien des religions, Georges Charachidzé a enseigné à l'École pratique des hautes études et à l'Institut national des langues et civilisations orientales. Né à Paris, il est le fils d'un journaliste et député condamné à mort en 1920, après la révolution bolchévique, contraint de quitter la Géorgie et d'émigrer en France, où il se mariera. Durant toute son enfance, Georges Charach […] Lire la suite

CHEVARDNADZE EDOUARD (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

Homme de la transition gorbatchévienne, Edouard Chevardnadze fut président de la République (1992-2003) d’une Géorgie indépendante, avant d’être chassé par la révolution des roses. Edouard Chevardnadze est né le 25 janvier 1928 dans le village de Mamati en Géorgie occidentale. À vingt ans, il adhère au Parti communiste de l’Union soviétique (P.C.U.S.) et obtient en 1959 un diplôme d’historien pol […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23 juin 2021 Russie – Royaume-Uni. Incident naval au large de la Crimée.

Géorgie ». Cet incident survient quelques jours avant des manœuvres de l’OTAN en mer Noire. L’annexion de la Crimée par la Russie, en mars 2014, n’a pas été reconnue par la communauté internationale. […] Lire la suite

16-22 mars 2021 États-Unis. Tueries de masse.

Géorgie). La communauté asiatique est victime depuis un an d’une recrudescence du sentiment antichinois, alimenté par la pandémie de Covid-19 et les dénonciations du « virus chinois » par l’ancien président Donald Trump. Dans son premier discours à la nation, le 11, le président Joe Biden a dénoncé les « crimes haineux » dont sont victimes les Américains […] Lire la suite

17-22 février 2021 Géorgie. Démission du Premier ministre Guiorgui Gakharia.

Le 17, un tribunal de Tbilissi ordonne l’arrestation du chef de file de l’opposition Nika Melia, chef du Mouvement national uni, qui est accusé d’avoir organisé des « violences de masse » lors des émeutes provoquées en juin 2019 par l’accueil d’un député russe au Parlement. Le 18, le Premier ministre Guiorgui Gakharia (Rêve géorgien) annonce sa démission […] Lire la suite

1er-22 janvier 2021 États-Unis. Assaut du Capitole et investiture du président Joe Biden.

Géorgie, État remporté par le candidat démocrate Joe Biden avec 11 779 voix d’avance lors de l’élection présidentielle de novembre 2020. Alors que les résultats électoraux ont été certifiés en décembre 2020, le président demande à son interlocuteur de « trouver 11 780 voix […] parce que nous avons gagné dans l’État ». Le 5, les candidats démocrates […] Lire la suite

1er-28 décembre 2020 États-Unis. Renversement d'un veto présidentiel par le Congrès.

Georgie, le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin. Ce recours, le « plus important » selon Donald Trump, était soutenu par les procureurs généraux de dix-sept États républicains, ainsi que par une large majorité des élus républicains à la Chambre des représentants. Le 14, les grands électeurs valident l’élection de Joe Biden à la présidence. Le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, Régis GAYRAUD, David Marshall LANG, Kalistrat SALIA, « GÉORGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/