ENESCO GEORGES (1881-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un style « romantique et classique »

Le dévouement d'Enesco à la cause des autres musiciens, ses succès d'interprète qui lui permettaient d'agir matériellement en leur faveur (il avouait « détester son violon »), ont certainement nui à sa renommée de compositeur. Hormis les deux Rhapsodies roumaines et la 3e Sonate pour violon et piano, les œuvres d'Enesco sont rarement jouées. Pourtant, elles comptent parmi les plus originales de leur époque. Enesco a retenu de ses années de formation viennoise un sens profond de la construction. La variation, telle que la maîtrisait Brahms, prend chez lui une nouvelle dimension, continue. Les quatre mouvements de l'Octuor, conçus indépendamment les uns des autres, forment aussi les quatre parties d'un allégro : autre façon d'exploiter les idées cycliques qui préoccupent alors les compositeurs.

L'ascendance française d'Enesco restera omniprésente dans sa production. La France deviendra d'ailleurs sa patrie d'adoption. Il a assimilé la clarté de notre orchestration et de notre polyphonie. Mais celle-ci devient vite si complexe sous sa plume qu'il serait plus exact de parler d'hétérophonie, tant les éléments sont indépendants. La volonté de synthèse qui le caractérise a poussé Enesco vers le classicisme de nos formes (suite, menuet, bourrée, gigue) comme vers la finesse du langage impressionniste (Symphonie no 3). Mais, lorsque le néo-classicisme devient, au lendemain de la Première Guerre mondiale, un moyen de s'opposer au romantisme, il le refuse globalement, car il se considère comme « romantique et classique par instinct ».

Quant à sa démarche proprement roumaine, elle trouve dans la fusion de ces deux héritages le moule formel et les moyens d'expression idéaux. Le folklore brut, légèrement aménagé, des Rhapsodies roumaines est vite dépassé. Enesco assimile ses souvenirs d'enfance, les chants des lǎutari. Il les dégage des influences tziganes, reconstitue un langage, une atmosphère qui sont transcendés, sublimés dans sa musique. Les sources roumaines ne s'imposent pas toujours d'emblée. Elles sont souvent sous-jacentes, lointaines, se révélant, dans un lyrisme ou une nostalgie discrète, l'expression de la doina. L'atmosphère de la mélopée l'emporte sur l'ivresse rythmique de la rhapsodie : le Prélude à l'unisson de la 1re Suite pour orchestre (1903) en est le meilleur exemple, chant libre, sans harmonie, où tout repose sur les inflexions de la mélodie et sur l'expression. Cette mélopée trouve son épanouissement dans Œdipe et dans la 3e Sonate pour violon et piano, où, pour mieux assimiler les inflexions de la mélodie populaire roumaine, Enesco utilise des intervalles en quart et en tiers de ton, procédé que venait d'expérimenter Aloys Haba. Allant encore plus loin dans sa démarche, il adopte le parlando-rubato, voisin du Sprechgesang d'Arnold Schönberg, qui lui permet de trouver une nouvelle forme de récitatif s'adaptant aux impératifs d'une musique grecque imaginaire ou aux contours de la mélopée.

Cette approche de la musique trouve son fondement dans l'amour profond qu'Enesco portait à la nature. Jamais il n'a noté de thèmes populaires, comme Bartók ou Kodály. C'est un homme de la campagne dont les souvenirs de jeunesse resteront gravés à l'encre indélébile au plus profond de lui-même. Et, chaque été, lorsqu'il revient en Roumanie, il fuit la capitale pour se réfugier dans la maison familiale de Dohoroi ou dans les résidences de sa femme, à Tescani ou à Sinaia. Sa musique n'est jamais descriptive : la Suite villageoise, les Impressions d'enfance, Vox maris ou le poème symphonique inachevé La Voix de la nature (1935) sont autant d'évocations où se retrouvent les accents les plus sincères de sa nature propre.

Fondateur de l'école roumaine, Enesco possédait un rayonnement qui subsiste et semble s'amplifier au-delà de sa mort. La jeune musique roumaine se situe dans sa trajectoire spirituelle et lui doit beaucoup sur le plan esthétique. Pédagogue et non professeur, il a formé un illustre disciple, Yehudi Menuhin : « Tout ce que je fais porte son cachet. » Mais Enesco n'a pas fait école au sens strict, ni comme compositeur, ni comme violoniste. Il a donné des impulsions, il a permis à des talents de se révéler grâce à un enseignement adapté à leur propre tempérament. Christian Ferras, Henryk Szeryng, Arthur Grumiaux, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Georges Enesco

Georges Enesco
Crédits : Thurston Hopkins/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Yehudi Menuhin

Yehudi Menuhin
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  ENESCO GEORGES (1881-1955)  » est également traité dans :

LIPATTI DINU (1917-1950)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le Prince des pianistes »  : […] Constantin Lipatti naît à Bucarest le 19 mars 1917. Rarement milieu familial a été plus favorable à l'éclosion des dons musicaux d'un enfant : sa mère est une pianiste de talent, c'est avec Pablo de Sarasate et Carl Flesch que son père a étudié le violon ; quant à son parrain, il n'est autre que le grand compositeur et violoniste roumain Georges Enesco. Les dispositions du jeune Dinu sont telles q […] Lire la suite

MENUHIN YEHUDI (1916-1999)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 131 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sous l'égide d'Enesco »  : […] Les parents de Yehudi Menuhin sont des juifs russes émigrés en Palestine puis aux États-Unis ; leur nom de famille est à l'origine Mnuhin. Yehudi Menuhin voit le jour à New York, le 22 avril 1916, mais sa famille s'installe peu après à San Francisco. Il commence à étudier le violon avec Sigmund Anker, puis, à partir de 1923, avec un disciple d'Eugène Ysäye, Louis Persinger, alors violon solo de […] Lire la suite

MIHALOVICI MARCEL (1898-1985)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 186 mots

Compositeur français originaire de Roumanie, Marcel Mihalovici comptait parmi les quelques figures du monde musical qui ont traversé le xx e  siècle en conservant une indépendance artistique totale, sans rester pourtant en marge des grands courants créateurs. Né à Bucarest le 22 octobre 1898, il fait des études générales approfondies dans sa ville natale et commence à composer dès l'âge de onze an […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « ENESCO GEORGES - (1881-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-enesco/