CANGUILHEM GEORGES (1904-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une histoire des sciences expérimentale et polémique

L'objet du discours historique n'est pas le discours scientifique, mais son historicité en tant qu'elle représente l'effectuation d'un projet de savoir. L'histoire des sciences n'est pas une histoire des faits de science, mais celle de la normativité à l'œuvre dans la genèse de la science. Aussi cette histoire peut-elle rendre plus que ce qu'elle trouve dans les textes scientifiques : des jugements de valeur. L'historien d'une discipline aurait tort d'en chercher les ébauches dans ce qui la précède et semble déjà l'annoncer. L'objet de l'histoire des sciences doit être élaboré à partir des relations, imprévues, qui se nouent entre différents domaines d'activité théorique ou pratique. L'objet de l'histoire des sciences n'a donc pas son lieu d'émergence désigné par avance. N'étant pas donné, il est produit, et la description de son procès de production s'inscrit dans une histoire des sciences qui doit être écrite comme une « aventure et non comme un déroulement ». Si l'on admet que l'histoire des sciences consiste à faire l'histoire d'un discours normé par sa rectification critique, elle relève naturellement de l'épistémologie. Faire l'histoire d'une activité elle-même définie par sa référence à la vérité comme valeur de connaissance, c'est accorder autant d'intérêt à ses échecs qu'à ses succès. Le savoir a une histoire qui est celle du rapport de l'intelligence à la vérité, c'est-à-dire à l'opposition vrai-faux. L'histoire des sciences ainsi comprise est à la fois expérimentale et polémique. Expérimentale, dans la mesure où l'inachèvement des sciences implique que leur histoire soit sans cesse refaite. Polémique, parce qu'une histoire des sciences sans relation à l'épistémologie n'a pas d'objet ; d'où la critique de l'externalisme et d'une histoire fondée sur la seule érudition. Mais, inversement, une épistémologie sans relation à l'histoire [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  CANGUILHEM GEORGES (1904-1995)  » est également traité dans :

CORPS - Cultes du corps

  • Écrit par 
  • Bernard ANDRIEU
  •  • 5 041 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mise en culture du corps »  : […] Le problème est de définir la normalité fonctionnelle du vivant à partir de la normativité idéologique du vivable. La recherche de l'idéal est impliquée par l'écart entre normalité et normativité. Comme le notait Georges Canguilhem dans son essai Le Normal et le pathologique  : « L'homme, même physique, ne se limite pas à son organisme. L'homme ayant prolongé ses organes par des outils, ne voit d […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 252 mots

Dans le chapitre « De la biologie à la philosophie de l'histoire »  : […] L'évolutionnisme est sans doute devenu possible à partir de la révolution scientifique moderne. Dès le xvii e  siècle, certains penseurs ont cherché à reconstituer le processus de formation de l'univers à partir d'un donné matériel initial. Au xviii e  siècle apparaissent des conceptions déjà évolutionnistes de l'histoire ou de la genèse des facultés de l'homme et du développement des sociétés hum […] Lire la suite

GAYON JEAN (1949-2018)

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Gayon et l’épistémologie historique »  : […] L’intérêt de Gayon pour l’histoire des concepts tendrait au contraire à le rapprocher du « style français » en histoire et philosophie des sciences, souvent résumé sous le vocable fortement polysémique d’« épistémologie historique » et dont les figures principales furent successivement Gaston Bachelard, Georges Canguilhem et Michel Foucault. Cependant, si lui-même aimait à dire, au cours des dern […] Lire la suite

INDIVIDU

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 4 626 mots

Dans le chapitre « La métaphore biologique »  : […] La critique n'est pas à faire de la démarche hégélienne, si du moins par critique on entend réfutation systématique et scientifique ; mais on peut décrire les procédés de construction philosophique qui permettent à Hegel de faire de l'individuation le ressort d'une similitude entre une totalité organique et une totalité sociale. Cela ne lui est nullement spécifique. Il faudrait pouvoir citer inté […] Lire la suite

PHYSIOLOGIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 4 276 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Distinguer et hiérarchiser les fonctions de l’organisme »  : […] La science physiologique de Claude Bernard se caractérise avant tout par une méthode expérimentale assujettie à une hypothèse, mais de façon transitoire, tant que les faits expérimentaux sont en accord avec elle. Cette méthode est celle décrite par le physiologiste dans l’ Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865). Elle est très différente des modes antérieurs de constitution de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François DELAPORTE, « CANGUILHEM GEORGES - (1904-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-canguilhem/