BATAILLE GEORGES (1897-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie à l'envers

« Ce n'est pas le moindre paradoxe de cette œuvre, plus que toute autre dénudante, qu'elle ne dise de la vie privée que le minimum et généralement le pire » : Michel Surya, biographe de Bataille, ne manque pas de signaler aussi qu'elle laisse plus d'un point en suspens. Écrite « avec la vie même », elle semble portée par une avidité d'enfant, au-delà de l'espoir et du sérieux.

Né le 10 septembre 1897 à Billom, dans le Puy-de-Dôme, Georges Bataille est le deuxième fils d'un père syphilitique, aveugle, bientôt paralysé. Après de médiocres études à Reims, il obtient son premier baccalauréat à Épernay en 1914 et, dans un entourage irréligieux, se convertit au catholicisme. La guerre éclate, le père est abandonné sous les bombes – il mourra en 1915 –, Bataille suit sa mère dépressive. Au séminaire de Saint-Flour où il est entré, il rédige un éloge fiévreux de la cathédrale de Reims (Notre-Dame de Rheims) dont Denis Hollier a montré le rôle secrètement fondateur dans l'œuvre. Renonçant au séminaire, Bataille entre en 1918 à l'École nationale des chartes. Blessé par une déception amoureuse, il reste tenté par la vie religieuse, fait des recherches à Londres, séjourne chez les bénédictins de l'île de Wight et perd définitivement la foi.

En 1922, il commence un roman dans le style de Proust. Sa découverte de Nietzsche, « ma compagnie sur terre », et de l'expression de sa propre pensée dans Nietzsche le transporte. Il pressent que le rire est la clé et se croit promis à l'élaboration d'une philosophie paradoxale. Lors d'un séjour à l'École des hautes études hispaniques, il préfère à ses travaux les vestiges arabes, le cante jondo découvert à Grenade et la tauromachie. Le 7 mai, à Madrid, il voit mourir le jeune torero Manuel Granero, le crâne éclaté d'un coup de corne dans l'œil.

Par son ami Alfred Métraux, Bataille découvre les recherches de l'ethnologue Marcel Mauss sur le sacrifice et le don sans fin (le potlatch). Il fréquente Léon Chestov qui infléchit sa réflexion philosophique vers Pascal, Kierkegaard et Dosto [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BATAILLE GEORGES (1897-1962)  » est également traité dans :

ACÉPHALE, revue

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 500 mots

Avant d'être une revue (Religion, Sociologie, Philosophie, cinq livraisons de juin 1936 à juin 1939), Acéphale voulut être une expérience, la recherche d'un mode de vie exemplaire fondé sur la méditation, le rituel et l'extase. Georges Bataille , le maître d'œuvre — avec Georges Ambrosino et Pierre Klossowski — de cette aventure spirituelle, entend situer sa quête au-delà de la pensée, de l'esthé […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et mystique »  : […] De toutes les autobiographies, la plus courte, la plus révélatrice aussi, tient dans la réponse que Dieu fait à Moïse qui l'interpelle sur l'Horeb : je suis qui je suis , Je suis ce que je suis . L'autobiographie divine se résume non sans humour dans l'affirmation péremptoire d'une identité du sujet de l'énonciation et du sujet de l'énoncé qui en dit plus long que tout récit interposé. Autre mirac […] Lire la suite

CRITIQUE, revue

  • Écrit par 
  • Sylvie PATRON
  •  • 626 mots

Moins disparate que Documents , moins offensive que Les Cahiers de Contre-Attaque , moins turbulente qu' Acéphale , et partant plus durable qu'aucune d'entre elles, Critique est la dernière des revues fondées par Georges Bataille . Elle a la particularité d'être une revue de bibliographie. L'éditorial du n o  1, publié en juin 1946 aux Éditions du Chêne, annonce que «  Critique publiera des étud […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Innombrables sont les avatars d'Érôs dont la définition heuristique pourrait être : le désir ascensionnel . Or, ce désir – il se confond ici avec le regard olympien – anime les philosophies du concept ; il est à l'œuvre dans les théologies de l'histoire qui lisent synoptiquement les événements, comme dans les techniques qui, prenant l'homme pour matériau, prétendent ployer selon leur dessein la ma […] Lire la suite

L'EXPÉRIENCE INTÉRIEURE, Georges Bataille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 880 mots

C'est en 1943 que paraît la première édition de L'Expérience intérieure , œuvre inclassable, déroutante, que Georges Bataille (1897-1962) ne cessera d'augmenter jusqu'en 1954 afin de former le premier tome d'une Somme athéologique qui restera inachevée. […] Lire la suite

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « La forme et l'informe »  : […] Chez Fautrier, la matière cesse d'occuper une position subordonnée : elle « vient à égalité » (Ponge). Ce n'aura pas été le cas du tout-venant de la peinture informelle, dans la mesure où l'on peut regarder comme un « mouvement » l'engouement pour les effets plus ou moins aléatoires de matière qui s'est emparé, au début des années 1950, d'un certain nombre de peintres, européens de souche ou d'ado […] Lire la suite

JOUISSANCE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « Transgression du péché »  : […] Il n'y a guère de témérité à conjecturer une coïncidence entre l'utilisation du mot marquée d'une connotation érotique et les époques ou milieux propices aux diverses formes d'hédonisme. Ce sens résonne dans le Gaudeamus igitur que propagent, au xii e et au xiii e  siècle, les goliards et clercs vagants ou errants, contemporains des mouvements communalistes qui revendiquaient de fait (mais l'exp […] Lire la suite

L'EMPREINTE (exposition)

  • Écrit par 
  • Michel MENU
  •  • 1 444 mots

L'exposition L'Empreinte a proposé, après L'Informe , une autre approche de la modernité : ces deux manifestations se sont déroulées à une année d'intervalle au Musée national d'art moderne. Chacune était accompagnée d'un livre qui fait partie intégrante de l'exposition et qui en constitue le prolongement. Pour L'Empreinte toutefois, il ne s'agit plus, comme pour L'Informe , d'un « mode d'emploi […] Lire la suite

L'INFORME, MODE D'EMPLOI (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 559 mots

Organiser une exposition sur l'informe comme celle qui a été proposée par Yve-Alain Bois et Rosalind Krauss au Centre Georges-Pompidou, du 22 mai au 26 août 1996, était une entreprise audacieuse, risquée. Le risque était bien sûr de toucher à la forme en art : sans elle, l'art se trouve plongé dans un flux, un tourbillon où toute possibilité de segmenter, d'identifier, et même de voir menace de di […] Lire la suite

PIEL JEAN (1902-1996)

  • Écrit par 
  • Sylvie PATRON
  •  • 716 mots

Jean Piel est mort à Neuilly-sur-Seine le 1 er   janvier 1996, l'année des cinquante ans de la revue à laquelle il a consacré sa vie : Critique , « revue générale des publications françaises et étrangères », fondée en juin 1946 par Georges Bataille. Né le 28 janvier 1902 à Saint-Martin-de-Fresnay (Calvados), licencié de philosophie, Jean Piel a eu deux activités professionnelles, l'une administr […] Lire la suite

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âge de raison (1925-1939) »  : […] Marqués par la crise des grands systèmes de représentation du monde, les surréalistes étaient en quête de nouveaux fondements. Comme leurs contemporains marxistes, comme déjà les romantiques du siècle précédent, ils recherchaient les lois sur lesquelles asseoir une nouvelle approche de l'homme. Ils ne pouvaient par conséquent se contenter d'entériner les recherches de leur temps sans les réévaluer […] Lire la suite

Les derniers événements

4-18 janvier 1989 • France • Préparation des élections municipales.

sa propre liste face à celle du maire sortant (non inscrit) Francisque Collomb, le R.P.R. Michel Noir ouvre à Lyon une bataille au sein de l'opposition, d'autant plus que Raymond Barre confirme, le 12, qu'il figurera sur la liste de Francisque Collomb. Le 12, Pierre Mauroy et Georges Marchais signent un [...] Lire la suite

20-28 mars 1985 • France • Intensification du débat sur la réforme du mode de scrutin législatif

de la loi électorale actuelle ». Valéry Giscard d'Estaing s'oppose également à toute modification du mode de scrutin. Le 26, après la réunion du comité central qui a eu lieu la veille, Georges Marchais annonce que le P.C. mènera une « bataille résolue » contre toute « caricature de la proportionnelle [...] Lire la suite

2-19 avril 1984 • France • Désaccord entre le P.C. et le P.S. sur la politique industrielle

Le 2, Georges Marchais, invité de « L'Heure de vérité » sur Antenne 2, accentue ses critiques à l'égard des choix économiques du gouvernement. Il déclare que la politique industrielle menée par celui-ci « n'est pas du tout de nature à nous aider à sortir la France de la crise profonde [...] Lire la suite

3-29 janvier 1984 • France • Inquiétude au sein de la gauche dans la perspective de reconversions industrielles

Du 3 au 5, des heurts opposent grévistes et non-grévistes à l'usine Talbot de Poissy, paralysée depuis le 7 décembre 1983. L'évacuation de l'établissement par la police, le 31 décembre, avait attisé le conflit. Les affrontements sont particulièrement violents le 5 janvier et dégénèrent en bataille [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis MARMANDE, « BATAILLE GEORGES - (1897-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-bataille/