STEINER GEORGE (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le langage

Si Steiner est philosophe, c'est par amour du langage — un amour dont témoigne Après Babel, qui n'est pas seulement une défense et illustration de la traduction, inter- et intralinguale, ni une remarquable synthèse des conceptions philosophiques et linguistiques contemporaines, mais aussi une réflexion personnelle sur la situation du plurilingue. Et c'est cette préoccupation pour le langage qui lui permet de jeter un pont entre ces deux univers philosophiques que tout sépare : la philosophie analytique anglo-saxonne, et les diverses théories « continentales ».

De ce côté-ci de la Manche, on trouvera chez Steiner un intérêt philosophique pour la poésie — si l'on s'intéresse au langage, c'est pour mieux comprendre son incarnation la plus haute, le poème — par quoi il reconnaît sa dette à l'égard de Heidegger. Il lui a d'ailleurs consacré, chose difficile à réussir, un ouvrage d'introduction (Heidegger, 1976). Et il aime à citer la plus célèbre des maximes du maître, « l'homme se comporte comme s'il était le maître du langage, alors que c'est celui-ci qui le régente ». Ainsi, l'importance accordée au silence comme mode de communication (Langage et silence, 1967, est le titre de son premier recueil d'essais), l'insistance sur le langage intérieur — qui n'est pas langage privé — et surtout la conception « transcendantale » de l'acte poétique et l'admiration pour Hölderlin sont chez lui autant de traces de l'influence heideggérienne.

De l'autre côté de la Manche se pose la question du sens du sens (The Meaning of Meaning est le titre d'un ouvrage célèbre d'Ogden et Richards, qui date de 1923). De cette question logiciste, qui est au centre de ce que les Anglo-Saxons appellent theory of meaning (et qui pour eux est une branche essentielle de la philosophie), on passe toutefois assez vite à une quête herméneutique du sens du texte. Cela conduit Steiner à une théorie de la difficulté fondée sur une distinction entre quatre types de diff [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STEINER GEORGE (1929- )  » est également traité dans :

LITTÉRATURE - La littérature comparée

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 11 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un foisonnement critique »  : […] Pour toute une génération de nouveaux comparatistes, le congrès de l'A.I.L.C. à Chapel Hill et, dix ans plus tard, les remises en question consécutives au mouvement contestataire généralisé de 1968 marquèrent le temps du tiraillement. Généralement formés à la discipline la plus stricte et reprenant dans leurs grandes thèses les formules canoniques (Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-la-litterature-comparee/#i_98178

Pour citer l’article

Jean-Jacques LECERCLE, « STEINER GEORGE (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-steiner/