BYRON GEORGE GORDON (1788-1824)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Childe Harold » et « Don Juan »

Ses œuvres en prose à l'exception des Observations sur la vie et les écrits de Pope (1821), sont posthumes. Ce sont ses Lettres et journaux (6 vol., Londres, 1898-1903), publiés par R. E. Prothero (lord Ernle), et Correspondance de lord Byron, principalement avec Lady Melbourne, publiée par John Murray (Londres, 1922).

Les Mémoires, confiés à Thomas Moore par lord Byron et déposés, avec l'assentiment de Byron, chez John Murray, en gage d'une avance de 2 000 livres, furent jugés impubliables par ses amis et brûlés peu après sa mort, chez Murray, le 17 mai 1824.

La correspondance est d'un style nerveux, vif, dépouillé, et témoigne d'une observation pénétrante, d'un humour primesautier et enjoué. Elle est du plus haut intérêt pour la connaissance de la personnalité véritable et de la vie de l'écrivain.

L'œuvre poétique (E. H. Coleridge éd., 7 vol., 1898-1903) est beaucoup plus considérable que l'œuvre en prose. Essentiellement poète, Byron, de son vivant, ne publia que des vers.

Heures de Loisir, sa première œuvre, est un recueil de poèmes lyriques, originaux ou imités de poètes élégiaques latins ou grecs. Ces courts poèmes dénotent une grande précocité dans la technique de la poésie, mais en dépit du désir de scandaliser, l'expression des sentiments y est conventionnelle et floue. Beaucoup d'entre eux, intitulés À Emma, À Mary, À Caroline, Le Premier Baiser de l'amour, ont le ton romantique de la confession personnelle.

De la même veine, mais beaucoup plus mûrs, sont les Poèmes sur diverses occasions (1807-1824) et les Poèmes privés (1816), qui comprennent les beaux poèmes adressés à sa femme (Adieu) et à sa sœur (Stances à Augusta, Lettre à Augusta) dont le caractère autobiographique est évident.

« Childe Harold »

Le Pèlerinage de Childe Harold est un long poème (4 455 vers) en quatre chants, écrit en strophes spenceriennes. Les deux premiers chants parurent en 1812. L'auteur, affublé, de façon d'ailleurs transparente, de l'accoutrement moyenâgeux du chevalier Harold, y relate son premier voyage en Mé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : agrégé d'anglais, maître assistant d'anglais à l'université de Paris-Sorbonne, doyen de la faculté libre de Paris

Classification


Autres références

«  BYRON GEORGE GORDON (1788-1824)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les générations romantiques »  : […] L'œuvre des romantiques contient également un message éthique. Le retour aux traditions nationales, au peuple et à la nature annoncé dans le programme des Lyrical Ballads (1798) de William Wordsworth (1770-1850) et Samuel Taylor Coleridge (1772-1834) – dénommés lakistes à cause de la région des Lacs, dans le Cumberland, où ils résidèrent – est un phénomène apparenté au reno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_2563

DANDYSME

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 981 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le passage au type : Barbey, Baudelaire »  : […] Inimitable, Brummell n'en constitue pas moins une figure essentielle des clubs londoniens et de la littérature anglaise à la mode, les fashionable novels . Byron , le premier à affirmer qu'il aurait préféré être Brummell plutôt que Napoléon, contribue à faire du personnage un héros romantique. Tourné en dérision par Carlyle qui présente le dandysme comme une secte superstiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dandysme/#i_2563

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Rencontre avec Faust »  : […] Lord Byron en usera plus librement encore dans son Don Juan , satire épique ( Don Juan, an Epic Satire , 1819-1824), dont le héros est plus proche du Candide de Voltaire ou du Chérubin de Beaumarchais que de n'importe lequel de ses homonymes. Ce très long poème rejette presque tous les éléments les plus traditionnels de la fable. Son jeune séducteur sédu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan/#i_2563

DON JUAN (G. G. Byron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 867 mots
  •  • 1 média

Long poème inachevé en dix-sept chants, Don Juan (1819-1824) est le chef-d'œuvre incontesté de lord Byron (1788-1824). Prenant à contre-pied le mythe du libertin cynique immortalisé par Tirso de Molina, Molière et Mozart, il fait de son héros un pantin manipulé par les femmes et leurs désirs dévorants, soumis à ses caprices d'auteur-« improvvisatore ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan-livre-de-g-g-byron/#i_2563

MOORE THOMAS (1779-1852)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 427 mots

Poète irlandais, né le 28 mai 1779 à Dublin, mort le 25 février 1852 à Sloperton, dans le comté du Wiltshire (Angleterre). Fils d'un négociant en vins catholique, Thomas Moore est diplômé du Trinity College de Dublin en 1799, puis il étudie le droit à Londres où il devient un ami proche de Lord Byron et de Percy Bysshe Shelley. Sa principale œuvre poétique, Irish Melodies (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-moore/#i_2563

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les deux Orients »  : […] Le mot fait son apparition en Europe occidentale dans les premières décennies du xix e  siècle. En France, il est admis par l'Académie en 1840 : comme toujours, la reconnaissance entérine a posteriori un usage et, dans le cas présent, un fait intellectuel qui concerne aussi bien les lettres que les sciences de l'homme. Si la vogue de l'orientalism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_2563

POUCHKINE ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1799-1837)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 3 387 mots

Dans le chapitre « L'éveil romantique et l'évolution vers le réalisme »  : […] De mai 1820 à juin 1823, Pouchkine occupe des fonctions subalternes peu absorbantes à Ekaterinoslav, puis à Kichinev, auprès du général Inzov, vice-roi de Bessarabie. Grâce à la bienveillance de son supérieur, il peut passer l'été 1820 au Caucase et en Crimée, avec la famille du général Raïevski, dont les deux fils appartiennent à sa génération et partagent ses idées libérales ; il séjourne quelqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sergueievitch-pouchkine/#i_2563

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ambiguïtés originelles »  : […] Le mot « satanisme » est de création récente. Ignoré par le Littré, il n'apparaît, selon le Grand Robert, qu'en 1862, avec une référence à La Sorcière de Michelet. Mais l'application de l'adjectif « satanique » à un courant littéraire date de 1821. Dans la Préface de La Vision du Jugement , Robert Southey, devenu ultraconservateur, s'en sert pour qualif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satanisme-litterature/#i_2563

SOUTHEY ROBERT (1774-1843)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 176 mots

Poète anglais, auteur de nombreux textes en prose touchant à tous les genres, Robert Southey est resté surtout célèbre pour ses liens avec Samuel Taylor Coleridge et William Wordsworth, qui furent tous deux à la tête du romantisme anglais. Fils d'un marchand de linges, Robert Southey, né à Bristol le 12 août 1774, passa la plus grande partie de son enfance à Bath, où il fut élevé par sa tante, Eli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-southey/#i_2563

Pour citer l’article

François NATTER, « BYRON GEORGE GORDON - (1788-1824) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-gordon-byron/