HAENDEL GEORG FRIEDRICH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Messie, Georg Friedrich Haendel

Le Messie, Georg Friedrich Haendel
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Haendel

Haendel
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Une nouvelle carrière

L'instrument du succès sera l'oratorio. Ce changement d'activité procède pour une part d'une démarche spirituelle ; il correspond aussi à une analyse précise du marché de la musique à Londres. L'oratorio coûte moins à produire que l'opéra : ni décors ni machines, de solides voix anglaises au lieu des vedettes capricieuses importées d'Italie. Il touche une clientèle plus large : cette bourgeoisie londonienne faite de gros commerçants ignorant l'italien mais qui préfèrent écouter dans un langage qu'ils comprennent de belles histoires tirées de la Bible ou de la mythologie classique. Ajoutons que l'oratorio n'est pas, comme l'opéra, interdit pendant le carême. Les conditions du succès commercial sont réunies.

Toutefois, la reprise est difficile. Si quelques succès importants et la publication de plusieurs recueils de musique instrumentale mettent le musicien à l'abri du besoin immédiat, ils ne lui rendent pas la place éminente qui a été la sienne. Ainsi Le Messie, applaudi à Dublin en avril 1742, est boudé à Londres. Curieusement, c'est la politique qui donnera à Haendel l'occasion de sa rentrée en scène définitive.

En 1745, Charles Édouard Stuart, prétendant remettre sa famille sur le trône et chasser le roi hanovrien George II, débarque en Écosse, lève une armée avec l'appui de la France et la dirige vers les comtés du sud de l'Angleterre. L'émotion et la peur sont fortes à Londres. Haendel se place résolument dans le camp loyaliste. En 1746, un Occasional Oratorio, oratorio de circonstance, est suivi, la paix revenue, d'un Judas Maccabaeus en l'honneur du duc de Cumberland, vainqueur des Écossais à Culloden. Transformé en chantre national, le musicien reconquiert d'un coup la faveur du public.

Jusqu'à la fin de sa vie, celle-ci ne lui fera plus défaut. Homme apaisé, Haendel partage son énergie entre la musique et la philanthropie. Solomon, Susanna, Theodora sont les jalons d'un automne doré. Le ton change avec Jephta, composé en 1751. Le malheur a rattrapé le vieil homme qui découvre, alors qu'il travaille à son oratorio, que sa vue s'en va. Une [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAENDEL GEORG FRIEDRICH (1685-1759)  » est également traité dans :

HAENDEL GEORG FRIEDRICH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 722 mots
  •  • 11 médias

23 février 1685 Georg Friederich Händel (ou Handel, ou Hendel), naît à Halle, en Saxe prussienne ; Jean-Sébastien Bach naît un mois après, le 21 mars. La France utilise la graphie Georg Friedrich Haendel, à la suite de Romain Rolland ; en Grande-Bretagne, le composit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haendel-reperes-chronologiques/

GIULIO CESARE (G. F. Haendel)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 969 mots
  •  • 1 média

Chef-d'œuvre de l'opera seria, probablement le plus connu, le plus souvent joué et le plus enregistré des opéras de Haendel (1685-1759), Giulio Cesare est composé durant l'été de 1723 et plusieurs fois remanié avant sa création, le 20 février 1724, au King's Theatre in the Haymarket de Londres, par la Royal Academy of Music. Le livret […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giulio-cesare/#i_9714

LE MESSIE (G. F. Haendel)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 293 mots
  •  • 1 média

Le succès du Messie lors de sa création, le 13 avril 1742, à Dublin, est resté inaltérable, au point d'identifier Haendel à cette seule œuvre pendant près de deux siècles. Il faudra attendre l'entre-deux-guerres pour que sorte peu à peu de l'oubli le reste de ses ouvrages, notamment une quarantaine d'opéras, une vingtaine d'oratorios et de nombreuses œuvres instrumentales, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-messie/#i_9714

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Haendel et l'Angleterre musicale au XVIIIe siècle »  : […] Quand le xviii e  siècle s'ouvre sur le règne de la reine Anne (reine de 1702 à 1714), la société anglaise est en train de subir de profondes transformations. Les troubles politiques et les changements dynastiques qui, de l'accession au trône de Guillaume d'Orange, en 1689, à celle de George de Hanovre, en 1714, auraient pu déterminer une nouvelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-musique/#i_9714

BEL CANTO

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 2 759 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or haendélien et la décadence »  : […] Avec Georg Friedrich Haendel (1685-1759) la gamme expressive du bel canto atteint un apogée, alors même que l'agilité virtuose est à son plus haut. On distinguera cependant ce qui, dans cette expressivité vocale, relève d'une expression codée, soumise à des formes plus ou moins stéréotypées, et ce qui s'apparente à un pathétique ou à une émotion plus spontanés. La rhétorique baroque offre ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bel-canto/#i_9714

CHORALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 3 109 mots

Dans le chapitre « Époque classique »  : […] La grande nouveauté du début du xvii e  siècle fut incontestablement la généralisation de la basse continue, qui eut pour le répertoire des maîtrises une conséquence importante : la disparition à peu près totale de tout chœur non accompagné, ou simplement doublé à l'unisson. Désormais tout « chant figuré » se dut d'être soutenu au moins par l'org […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-chorale/#i_9714

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En Allemagne : Bach »  : […] Le premier compositeur allemand qui ait écrit des œuvres significatives pour le clavecin est Samuel Scheidt (1587-1654), élève de Sweelinck. Un nom beaucoup plus important apparaît dans la génération suivante : Johan Jacob Froberger (1616-1667). Il fit des séjours dans toutes les capitales du clavecin ; à Rome, il travailla avec Frescobaldi, il connut à Paris Couperin et Chambonnières, alla à Vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin/#i_9714

CORELLI ARCANGELO

  • Écrit par 
  • Marc PINCHERLE
  •  • 2 917 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « En Allemagne et en Italie »  : […] Corelli a eu de nombreux disciples directs. Parmi les plus remarquables, on peut citer Francesco Gasparini, connu surtout comme l'auteur de l' Armonico pratico al cembalo , qui avait travaillé avec le maître pendant cinq ans, et qui transmit ses principes à Gaetano Pugnani et à Felice de Giardini. Figurent également parmi les disciples de Corelli : Pietro Antonio Locatelli, P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arcangelo-corelli/#i_9714

Dixit Dominus, HAENDEL (Georg Friedrich)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 500 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Haendel, Saxon naturalisé anglais, aura été le maître de l'opéra italien puis de l'oratorio. Il connaît ses premiers succès lors d'un séjour en Italie, de 1706 à 1709. Londonien dès 1710, il conquiert le public anglais avec son opéra Rinaldo (1711). Nommé en 1719 directeur de la Royal Academy of Music, il reprend cette entreprise à son compte lorsque celle-ci fait faillite e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dixit-dominus-haendel-georg-friedrich/#i_9714

HAÏM EMMANUELLE (1962- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 926 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La direction d'orchestre au féminin »  : […] Ses premières armes de chef, elle les fait à la tête des solistes du Studio Versailles Opéra, puis de diverses formations – Les Muses galantes, Les Folies françoises –, avant de fonder en 2000 son propre ensemble, Le Concert d'Astrée, groupe mixte, à la fois vocal et instrumental, qu'elle dirige depuis son clavecin. Très vite, elle est reconnue comme une figure majeure de la jeune génération. Cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuelle-haim/#i_9714

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « Le triomphe de l'« opera seria » »  : […] À l'orée du xviii e  siècle, Venise va perdre progressivement sa place de citadelle de l'opéra pour la céder à Naples. L'opéra napolitain sera principalement incarné par Alessandro Scarlatti (1660-1725), auteur de quelque cent quinze ouvrages pour la scène, et qui va être le pionnier de l' opera seria (opéra sérieux). Géné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_9714

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Haendel : la voix »  : […] En 1920, le pèlerin qui, comme Romain Rolland, entreprend un « voyage musical au pays du passé », a pu entendre L'Orfeo de Monteverdi, Zoroastre de Rameau, Dido and Aeneas de Purcell ou Armide de Lully. Mais il n'a jamais vu ni entendu aucun opéra italien de Haendel . Non que celui-ci fût oublié. Au contraire  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_9714

ORATORIO

  • Écrit par 
  • Carl de NYS
  •  • 2 608 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution et style »  : […] L'oratorio est donc essentiellement italien et romain, par ses origines comme par son contexte liturgique. Au cours de la seconde moitié du xvii e  siècle, l'oratorio perd son caractère fonctionnel lié à la pratique religieuse ; il se transforme en un genre musical autonome qui joue un rôle dans la vie musicale, suppléant par exemple à l'opéra pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oratorio/#i_9714

ROLFE JOHNSON ANTHONY (1940-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 835 mots

Le ténor britannique Anthony Rolfe Johnson a mis sa voix ainsi que ses remarquables dons d'acteur au service d'ouvrages lyriques allant de Bach et Haendel – « [il] fut d'abord, surtout et pour jamais LE ténor handélien » (Ivan A. Alexandre) – à Britten, en passant par Mozart. Né le 5 novembre 1940, à Tackley (Oxfordshire), Anthony Rolfe Johnson opte d'abord pour le métier de fermier, dans le West […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-rolfe-johnson/#i_9714

Pour citer l’article

Jean-François LABIE, « HAENDEL GEORG FRIEDRICH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-friedrich-haendel/