GÉOMORPHOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La forme et sa genèse

À l'aide de cartes et d'instruments topographiques, comme le GPS, ou avec des modèles numériques de terrain, le géomorphologue mesure les volumes, les pentes, les surfaces, leur orientation, et définit ainsi des plaines, des vallées, des plateaux, des montagnes, mais aussi des unités plus petites, comme une paroi, une cuvette, un replat, la densité des chenaux d'une rivière...

Ce travail de nomenclature des formes est complété par l'interprétation de leur mode de mise en place, ce qu'on appelle leur morphogenèse. La genèse des formes relève de nombreux facteurs ; traditionnellement, on oppose la géomorphologie structurale, qui s'attache à interpréter les formes structurales en relation avec le bâti géologique (Peulvast et Vanney, 2001 et 2002), à la géomorphologie climatique ou dynamique (Valadas, 2004), qui consiste à identifier les modelés disséqués ou accumulés par des processus morphodynamiques conditionnés par des agents externes : l'eau (solide ou liquide), la température, les agents biogènes, les sociétés humaines, etc.

Paysage dans le Mâconnais

Paysage dans le Mâconnais

Photographie

Ce paysage du Mâconnais montre à l'ouest (à gauche et en arrière-plan) la retombée des monts du Charolais (hercynien), qui constitue une forme d'aplanissement élaborée au Miocène (moins de 15 millions d'années) et taillée dans les roches cristallines primaires. Au centre, la butte,... 

Crédits : P. Pech

Afficher

Une même forme topographique peut donc avoir plusieurs origines. Prenons le cas d'une colline. Disposée en avant d'un relief de cuesta, elle peut être une butte témoin constituée d'un empilement de roches sédimentaires coiffé d'un niveau plus résistant. Elle peut aussi correspondre à un relief d'érosion différentielle lié à une faille ou bien à un relief résiduel dans un granite plus résistant, comme dans la baie de Rio de Janeiro, ou encore à un cône volcanique, voire à une dune, etc. De plus, depuis l'ère industrielle, certaines collines artificielles (haldes ou terrils) sont apparues dans les paysages miniers ; elles se sont formées par l'accumulation de débris ou de résidus de l'activité minière et font l'objet d'études géomorphologiques car des mouvements de terrain peuvent s’y produire et représentent de ce fait une menace pour les populations voisines.

La forme du relief dépend du mode de mise en place et de la nature du substrat (le socle), mais sa genèse peut varier. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages



Médias de l’article

Paysage dans le Mâconnais

Paysage dans le Mâconnais
Crédits : P. Pech

photographie

Vallée de la Durance au nord de Guillestre

Vallée de la Durance au nord de Guillestre
Crédits : P. Pech

photographie

Crête de Chabreyrel dans le vallon du Couleau, parc national des Écrins

Crête de Chabreyrel dans le vallon du Couleau, parc national des Écrins
Crédits : P. Pech

photographie

Mégagéomorphologie

Mégagéomorphologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur agrégé de géographie, professeur des Universités, enseignant-chercheur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GÉOMORPHOLOGIE  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations continentales

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 5 054 mots
  •  • 11 médias

Le vent et les eaux de ruissellements ou d'écoulements divers, y compris solides (glaces), sont susceptibles de développer des actions d'ablation, de transport et de dépôt, en chaque point de leurs trajectoires, selon le bilan qui s'établit entre l'énergie dont ils disposent et leur charge. Ce type d'accumulation relève naturellement des activités fluviatiles, glaciaires ou éoliennes. […] Lire la suite

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Les accumulations marines résultent soit de la sédimentation, soit de la construction biologique (cf.  récifs ). La sédimentation est l'abandon de matériaux meubles en cours de transport. L'agent de transport, s'il s’exerce de manière temporaire, donne lieu à des accumulations instables , qui ne sont qu'une étape dans un déplacement appelé à reprendre des accumulations stables , dont normalement […] Lire la suite

ALPES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul OZENDA, 
  • Thomas SCHEURER
  •  • 13 207 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Formes originales du paysage »  : […] Les Alpes sont marquées par les effets des importantes fluctuations glaciaires qui sont intervenues depuis 2 millions d’années, jusqu’à la fin de la dernière ère glaciaire (Würm), il y a environ 10 000 ans. De grandes parties des Alpes se trouvaient alors périodiquement sous une épaisse couche de glace, dont la limite supérieure atteignait un maximum d’environ 3 000 mètres d’altitude dans les hau […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 175 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'Amérique du Nord »  : […] Malgré sa complexité, le continent nord-américain présente un nombre réduit de grands éléments morpho-structuraux  : le bouclier canadien, la plate-forme nord-américaine, les chaînes de montagnes ourlant les bordures continentales. Le bouclier canadien , d'âge précambrien (plus de 570 Ma, jusqu'à 3 800 Ma), occupe la partie située au nord de la ceinture des Grands Lacs et se poursuit vers l'est d […] Lire la suite

BASSIN SÉDIMENTAIRE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 4 690 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Types morphologiques »  : […] C'est à partir de ces types structuraux qu'on peut définir les principaux types morphologiques de bassins sédimentaires. […] Lire la suite

BOUCLIER, géomorphologie

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 5 395 mots
  •  • 2 médias

Vaste unité géomorphologique présentant une topographie de plaines et de plateaux, un bouclier se caractérise par la prépondérance de vestiges de surfaces d' aplanissement qu'accidentent, localement, des formes structurales développées dans les socles ou liées à l'existence de témoins de couvertures sédimentaires. Les boucliers constituent la majeure partie de la surface des continents. Ils se rép […] Lire la suite

DAVIS WILLIAM MORRIS (1850-1934)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots

Géographe, géologue et météorologiste américain, né le 12 février 1850 à Philadelphie, mort le 5 février 1934 à Pasadena (Californie). De 1870 à 1873, William Morris Davis occupe un poste de météorologiste à l'Observatoire argentin de Córdoba. En 1876, il obtient un poste à l'université de Harvard, où il enseignera jusqu'en 1912. Ses études météorologiques seront à la source de l'ouvrage Elemen […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 784 mots
  •  • 2 médias

Les deltas, dont la morphologie et la structure deviennent de mieux en mieux connues grâce aux images fournies par les satellites d'observation de la Terre et aux forages pétroliers, ne se limitent pas aux constructions sédimentaires littorales classiques. Il existe en effet d'autres types de deltas, liés à des constructions sédimentaires sous-marines profondes, beaucoup plus étendus que les del […] Lire la suite

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 848 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Les types géomorphologiques de désert »  : […] Ces différentes familles de formes réalisent entre elles des combinaisons variables, en fonction des cadres structuraux qui définissent l'ossature du relief, et des milieux bioclimatiques dont dépendent les modelés tels que l'épanouissement des formes spécifiques. C'est donc à partir de ces deux critères que l'on peut distinguer des types géomorphologiques propres aux régions arides. […] Lire la suite

DUNES ÉTOILES, géomorphologie

  • Écrit par 
  • Clément NARTEAU
  •  • 759 mots
  •  • 3 médias

Les dunes étoiles possèdent un dôme central de forme pyramidale et des bras dont les crêtes s’alignent suivant de multiples directions . Façonnées par le transport éolien dans des déserts arides soumis à de fortes variations saisonnières de la direction des vents, ces dunes sont de très grande taille (plus de 100 m de hauteur) et apparaissent le plus souvent sous forme d’essaims pour former d’i […] Lire la suite

FJELD ou FJELL

  • Écrit par 
  • Guy POURSIN
  •  • 92 mots

Mot norvégien signifiant « montagne », utilisé dans le vocabulaire géomorphologique pour désigner de hautes surfaces massives, ou de hauts plateaux, dont le modelé est constitué par une alternance de faibles pointements rocheux arrondis (les roches moutonnées) et d'innombrables bassins lacustres de peu d'étendue. Ce mot a une seconde acception en glaciologie ; il désigne alors l'inlandsis ou les […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Géographie générale et géographie régionale »  : […] Les géographes s'accordent à distinguer une géographie générale et une géographie régionale. La première est une analyse de l'espace généralement à petite échelle ou sous forme comparative. Elle a pour but de définir et de classer les faits et leurs combinaisons diverses qui interviennent dans l'image d'un « paysage » ( landscape en anglais, Landschaft en allemand). Ces termes, il est vrai, ont […] Lire la suite

GILBERT GROVE KARL (1843-1918)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 583 mots

Géologue américain né le 6 mai 1843 à Rochester (New York), mort le 1 er  mai 1918 à Jackson (Michigan), Grove Karl Gilbert est l'un des pères de la géomorphologie moderne. Il est le premier à avoir identifié la pertinence du concept d'équilibre dynamique dans la formation et l'évolution du relief, c'est-à-dire que la forme du relief est le résultat d'un équilibre entre les forces qui s'exercent s […] Lire la suite

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 12 998 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Effets morphologiques »  : […] C'est lorsqu'un glacier avance sur un terrain meuble (sédiments, ancienne moraine en nappe ou roche fracturée par les alternances de gel et dégel) qu'il a la plus grande action géomorphologique. Le bourrelet qu'il peut pousser devant lui, à la façon d'un bulldozer, est rarement important, mais des débris rocheux s'incorporent aux couches basales (probablement grâce au processus de fonte et regel […] Lire la suite

ÎLES

  • Écrit par 
  • Guy LASSERRE
  • , Universalis
  •  • 5 314 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les îles continentales »  : […] Relèvent de la catégorie des îles continentales les îles dont les liens sont étroits avec le continent voisin. La Grande-Bretagne et l'Irlande constituent un bon exemple d'îles appartenant au continent européen, dont elles ont été séparées récemment par des mouvements d'affaissement et par la transgression marine, liée à la fonte des glaciers quaternaires. La plate-forme sous-marine qui porte ces […] Lire la suite

KARST

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 3 552 mots
  •  • 11 médias

Le mot allemand Karst (du slave kras ) sert à désigner des régions caractérisées par des formes de relief originales développées dans d'épaisses masses de calcaires . À l'origine, il s'applique aux plateaux du nord-ouest de la péninsule balkanique compris entre la Slovénie et l'Istrie. L'épanouissement, dans ces régions, de formes originales, objets de minutieuses études depuis longtemps, en fait […] Lire la suite

LACS

  • Écrit par 
  • Bernard DUSSART
  •  • 9 334 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Origine et permanence »  : […] L'eau d'origine atmosphérique est en partie absorbée par les couches de surface (nappe phréatique) puis, ressortant par les sources, elle s'écoule dans des vallées, s'étale dans tout creux de l'écorce terrestre (définition étymologique du mot lac), constitue des étangs, voire des lacs de barrage, des réservoirs si l'homme arrête par ses œuvres cet écoulement naturel. Quand les apports sont importa […] Lire la suite

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 096 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les aspects généraux »  : […] En plus de sa dissymétrie est-ouest et des contrastes topographiques entre Hautes Terres centrales et zones basses périphériques, Madagascar se révèle être avant tout un pays au relief très accidenté. […] Lire la suite

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 406 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les traces d'écoulements »  : […] C'est donc depuis les missions Viking et Mars Global Surveyor que l'on a identifié des formations trahissant le rôle actif de l'eau à la surface de Mars : –  Des traces d'inondations catastrophiques ayant sculpté les paysages dans les derniers milliards d'années ont été mises en évidence. Ces chenaux , ressemblant à de vastes fonds de rivières asséchées, se sont formés de deux façons : par vidange […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre PECH, « GÉOMORPHOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/geomorphologie/