GENRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indissociables des mouvements de libération des femmes des années 1960-1970, les études consacrées aux femmes, « études féministes » ou encore women studies, sortes d'« effets théoriques de la colère des opprimées », selon la formule de Colette Guillaumin, se développèrent dans les pays anglo-saxons et en Europe occidentale afin de dénoncer les inégalités de traitement dont celles-ci étaient victimes dans la plupart des domaines de la vie sociale (accès aux études et au travail, maîtrise de son corps, charges parentales et domestiques, etc.). Il s'agissait avant tout de compenser une vision scientifique jusqu'alors « androcentrée », c'est-à-dire essentiellement fondée sur le rôle des hommes dans l'histoire et l'organisation des sociétés, de remédier aux Silences de l'histoire soulignés par l'historienne Michelle Perrot.

Le genre comme construit social

Mais réaliser des études sur les femmes s'avéra rapidement insuffisant. Cela permettait tout au plus de lutter pour une amélioration de leurs conditions de vie, sans pour autant souligner le caractère contingent, historiquement construit – et donc relatif – de la répartition des tâches entre sexes dans les différentes sociétés. Pour souligner combien les « rôles sexuels » analysés par l'anthropologue Margaret Mead dès 1928 n'ont rien de naturel ni d'immuable mais constituent dans chaque société l'aboutissement d'une construction historique et culturelle, et pour prolonger la distinction établie en 1949 par Simone de Beauvoir entre sexe biologique inné et sexe social acquis (Le Deuxième Sexe), une nouvelle notion devait être utilisée. Dès 1972, dans son essai Sex, Gender and Society, la sociologue féministe britannique Ann Oakley, s'inspirant notamment du psychanalyste Robert Stoller, proposa le terme gender afin de distinguer le sexe, donné biologique, et le genre, construit social variable et évolutif. Là où les différences biologiques seraient données et naturelles, les identités de genre seraient liées à la transmission, à travers divers dispositifs de socialisation (famille, école, médias, culture, amitiés, etc.), de manières d'être, de penser et d'agir orientant chaque individu vers des modèles de la masculinité et de la féminité, vers des identités et des rôles sociaux historiquement attribués à chaque sexe à partir d'une naturalisation des différences sexuelles et de l'idée d'un profond déterminisme biologique.

Simone de Beauvoir

Photographie : Simone de Beauvoir

La Française Simone de Beauvoir (1908-1986), romancière existentialiste (L'Invitée), prix Goncourt (Les Mandarins), et féministe (Le Deuxième Sexe). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Quelques années plus tard, en 1988, l'historienne américaine Joan Scott contribua à ajouter à la dimension constructiviste l'idée de relations de pouvoir entre sexes aboutissant en général à une domination masculine dans les sphères privées et publiques. Elle soulignait ainsi que « le genre est un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir », c'est-à-dire « un champ premier au sein duquel ou par le moyen duquel le pouvoir est articulé ». Les hommes se seraient appuyés sur les différences biologiques, sexuelles, présentées comme naturelles pour justifier une répartition des tâches à leur avantage. Les anthropologues Françoise Héritier et Paola Tabet ont ainsi montré comment ceux-ci ont, dès la protohistoire, monopolisé la fabrication et l'utilisation des outils en se réservant des domaines de compétence privilégiés (chasse, guerre, etc.). Cette ségrégation des domaines d'activité imposée par les hommes au nom d'une force masculine supérieure, destinée en réalité à compenser leur incapacité à enfanter, eut pour conséquence de renvoyer les femmes à des tâches présentées comme mieux adaptées à leur nature spécifique (constitution physique plus faible et maternité censées justifier leur maintien dans des activités de maternage et de petite récolte, par exemple). Indissociable d'une hiérarchisation entre tâches nobles et communes, la division des rôles sociaux masculins et féminins, fidèle au mythe grec d'Hestia et Hermès (la femme à l'intérieur/l'homme à l'extérieur du foyer), conduisit à une « valence différentielle » des sexes universellement établie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences politiques à l'université de Rennes-I, Centre de recherches sur l'action politique en Europe (U.M.R. 6051)

Classification

Autres références

«  GENRE  » est également traité dans :

GENRE ET COGNITION

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 1 133 mots
  •  • 1 média

Les différences entre le genre masculin et le genre féminin sont appréhendées par de nombreuses disciplines : anthropologie, sociologie, histoire, biologie, etc., et toutes les approches psychologiques ont quelque chose à dire sur ce sujet. L'une d'elles consiste à procéder à des comparaisons au moyen de procédures standardisées, en veillant à ce que les échan […] Lire la suite

GENRE ET HISTOIRE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Fabienne DUMONT
  •  • 2 500 mots
  •  • 3 médias

En histoire de l’art, les études de genre s’intéressent aux diverses représentations de la masculinité et de la féminité, aux rapports sociaux de sexe et aux sexualités, et à leurs transformations au cours du temps. Le concept de genre se réfère à la répartition hiérarchique des rôles selon le sexe dans une société donnée, répartition qui contribue à la constr […] Lire la suite

SEXE ET GENRE - Enseigner les études sur le genre au lycée

  • Écrit par 
  • Christine GUIONNET
  •  • 2 556 mots
  •  • 1 média

L'année 2011 fut l'occasion de vigoureux débats à propos de l'enseignement de la notion de genre au lycée. Le débat connut l'un de ses paroxysmes à la fin d’août 2011, lorsque quatre-vingts députés de la majorité présidentielle d'alors demandèrent le retrait d'un manuel scolaire de première ES et L, édité par Hachette et destiné à l'enseignement des S.V.T. (sc […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « L’indexicalité sociale du langage »  : […] L’anthropologie de la communication ne porte pas seulement sur les échanges verbaux en face à face, mais s’occupe de toute espèce de communication, quels que soient la nature des messages et les canaux qu’ils empruntent. Même le silence constitue une forme de communication, puisque le fait de s’abstenir de parler est une situation significative pour les participants. Keith Basso a par exemple étu […] Lire la suite

BUTLER JUDITH (1955- )

  • Écrit par 
  • Françoise COLLIN
  •  • 1 094 mots

Née à Cleveland (Ohio) en 1955, professeur de rhétorique et de littérature comparée à l'université de Californie à Berkeley, Judith Butler a développé depuis 1990 une réflexion complexe et évolutive, qui est désormais assez largement accessible au lecteur francophone. Cette œuvre est née et s'est développée sur le fil de la question du genre ( Gender Trouble , 1990). La formulation de cette quest […] Lire la suite

CORPS - Cultes du corps

  • Écrit par 
  • Bernard ANDRIEU
  •  • 5 042 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cultiver son genre »  : […] Le genre est ce qui sépare culturellement l'homme de la femme, ensemble assimilé de discours et de pratiques caractéristiques qui trouvent leur légitimation dans la différence sexuelle, la différenciation organique naturelle des corps masculin et féminin. Le genre contraint chaque sexe à des cultes corporels stéréotypés selon l'idéologie masculine dominante. Le féminisme a pu libérer la femme du […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT SOCIAL, psychologie

  • Écrit par 
  • Michel DELEAU
  •  • 1 872 mots

Dans le chapitre « Les conduites prosociales »  : […] Elles comportent une « ouverture » vers autrui et une propension à entreprendre des tâches de façon coopérative. Elles témoignent d’une sensibilité du jeune enfant aux besoins, émotions et intentions d’autrui. Ainsi, dans le courant de la seconde année, la plupart des enfants montrent une propension à accepter d’être enrôlés dans des tâches coopératives et souvent même à accepter que l’adulte s’op […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

  • Écrit par 
  • Anick COUDART
  •  • 4 860 mots

Dans le chapitre « Affirmation de l'ethnoarchéologie au XXIe siècle »  : […] L'ethnoarchéologie a produit et continue de produire une moisson considérable de données et d'hypothèses nouvelles pour les archéologues, comme en témoigne l'énorme bibliographie réunie et régulièrement réactualisée par le Canadien Nicholas David, de l'université de Calgary. Les questions théoriques et de méthode n'ont cessé d'augmenter : elles constituent 10 p. 100 environ des articles et ouvrage […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « De l'histoire des femmes à l'histoire du genre »  : […] La notion de genre doublement importée des États-Unis et de la biologie – la notion avait été formulée pour distinguer le sexe biologique du genre socioculturel –, ne s'est imposée que tardivement comme une catégorie désignant à la fois un élément constitutif des rapports sociaux et une manière désormais fondamentale d'interroger et de signifier les différences et les hiérarchies dans les société […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-24 juin 2021 Hongrie. Adoption d'une loi controversée assimilant homosexualité et pédophilie.

genre ou l’homosexualité ». Cette mesure, qui s’applique aux médias, à l’édition et à la publicité, a été introduite par des élus du FiDeSz, au pouvoir, dans un texte destiné à lutter contre la pédophilie. À partir du 22, dix-sept pays membres de l’Union européenne (UE) signent un texte dans lequel ils expriment leur « profonde préoccupation » à l […] Lire la suite

1er-17 juin 2021 Belgique. Controverses au sujet du port du voile par les agents publics.

genre. La STIB est accusée d’avoir rejeté la candidature d’une femme qui refusait de retirer son voile. De son côté, la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen, écologistes néerlandophones) exprime devant le Parlement de Bruxelles son intention d’autoriser les agents de la STIB à arborer des signes religieux, sous certaines conditions […] Lire la suite

19 juin 2019 Belgique. Censure de dispositions de la loi transgenre.

genre dans l’acte de naissance. Le Conseil condamne cette disposition et demande au législateur de prévoir une ou plusieurs catégories supplémentaires, ou de supprimer l’enregistrement du genre comme élément de l’état civil. […] Lire la suite

28 novembre 2018 Suisse. Pénalisation des injures homophobes.

genre » qui visait à protéger les personnes transgenres ou intersexuées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christine GUIONNET, « GENRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/genre/