GÉNÉALOGIE DE LA MORALE, Friedrich NietzscheFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pulsion nihiliste

« La deuxième dissertation donne la „psychologie de la conscience morale“. [...] C’est l’instinct de cruauté qui se retourne contre lui-même, une fois qu’il ne peut plus se décharger à l’extérieur. » Véritable intériorisation du ressentiment, la « mauvaise conscience » ou « culpabilité » engendre, par un processus de « sublimation » proche de celui que Freud saura interpréter, par exemple dans Malaise dans la civilisation, des formes « policées » (la justice, le droit) qui ne sont en fait que des métamorphoses d’une cruauté sous-jacente. Derrière tout processus de civilisation est tapie une barbarie qui prend les masques rassurants de son contraire.

« La troisième dissertation répond à la question de savoir d’où provient la puissance immense de l’idéal ascétique, de l’idéal sacerdotal, bien qu’il soit sans doute l’idéal nuisible par excellence, un „vouloir-mourir“, un idéal de décadence. » Le « vouloir-souffrir » est la conséquence de l’intériorisation analysée dans la précédente dissertation. Le terme de nihilisme est ce qui la caractérise le mieux : « vouloir le rien plutôt que ne rien vouloir ».

Retourner le platonisme, « transvaluer toutes les valeurs », c’est ainsi que Nietzsche caractérise sa tentative quasi prométhéenne. La violence de ces analyses, leur radicalité sans antécédents ni successeurs est encore accentuée par leur côté froid, systématique. Lire Nietzsche exige finesse, sens de l’interprétation, sous peine de tomber dans les caricatures les plus grossières. Deleuze, Fink, Foucault et quelques autres sauront toutefois se reconnaître dans cette pensée qui fait venir, contre les apparences, la vérité « sur des pattes de colombe. »

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GÉNÉALOGIE DE LA MORALE, Friedrich Nietzsche  » est également traité dans :

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 714 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le tournant de l'interdiction »  : […] On passe franchement de l'éthique à la morale avec les notions d' impératif et de loi , qui sont deux notions de même niveau, sans être exactement des synonymes. Il est très important de voir où se fait le tournant entre l'idée de valeur, qu'on vient d'examiner, et le couple de l'impératif et de la loi : il est constitué par le rôle de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique/#i_31358

PÉCHÉ ORIGINEL

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE, 
  • André DUMAS
  •  • 6 925 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Signification actuelle de la doctrine »  : […] La notion de péché, à plus forte raison de péché originel, apparaît à de nombreux contemporains comme une illégitime flétrissure théologique de la vie. Nietzsche a su, avec la plus grande violence, en démasquer la source perverse dans la Généalogie de la morale  : « Avec la moralisation des concepts de dette et de devoir [...] les hommes devront se retourner contre le « créan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-originel/#i_31358

RESPONSABILITÉ

  • Écrit par 
  • Jacques HENRIOT
  •  • 2 319 mots

La notion de responsabilité prend place à la double jonction de l'éthique et du métaphysique, d'une part, de l'éthique et de l'anthropologique, de l'autre. En proclamant la responsabilité du sujet nouménal sans autre preuve que la douteuse évidence d'une « loi morale » dont histoire et psychologie incitent à penser qu'elle n'est, en réalité, que le produit d'une évolution, le métaphysicien se mont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite/#i_31358

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « GÉNÉALOGIE DE LA MORALE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogie-de-la-morale/