GELÉE

AGROMÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Emmanuel CHOISNEL, 
  • Emmanuel CLOPPET
  •  • 6 627 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les effets destructeurs (gel, grêle, vents forts, fortes chaleurs) »  : […] Certains phénomènes météorologiques peuvent provoquer la destruction d'organes végétaux sensibles. On pense, bien entendu, en premier lieu aux effets destructeurs de chutes de grêle sous les cumulo-nimbus (nuages à fort développement vertical), générateurs d'orages. Un tel phénomène a une durée de vie de l'ordre de l'heure, et une extension spatiale (zone concernée) de quelques kilomètres. Il est […] […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phénomènes à l’origine des changements d’état de l’eau »  : […] Dans l’atmosphère, la sursaturation nécessaire au démarrage de la condensation peut apparaître du fait de l’évaporation ou de la sublimation de sources d’eau liquide ou solide, du mélange de deux masses d’air d’origines différentes, ou encore à la suite d’un refroidissement de l’air provoqué par rayonnement, par conduction ou par détente. Ainsi, les brouillards d’évaporation se produisent lorsqu’ […] […] Lire la suite

FRUITS

  • Écrit par 
  • Jean-Luc REGNARD, 
  • Roger ULRICH, 
  • Universalis
  •  • 7 962 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Conduite et entretien du verger »  : […] L' intensification des techniques de production a fait abandonner, à partir des années 1950, les vergers jardinés et les formes sujettes à des tailles de fructification très courtes et sévères, au profit de vergers de plein vent, en « buissons », ou en « gobelets »), formes fruitières soumises à des tailles longues. À partir des années 1960, pour des raisons d'organisation du travail et d'économie […] […] Lire la suite

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 6 633 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les dépôts de particules »  : […] Les dépôts d'eau liquide observés sur divers objets peuvent provenir soit de gouttelettes de brouillard non surfondues, soit de gouttes de rosée ou de buée provenant de la condensation directe de la vapeur d'eau contenue dans l'air ambiant. Le givre blanc, la rosée blanche et la gelée blanche sont des dépôts de particules de glace le plus souvent distinctes ou partiellement fusionnées. Ainsi, le […] […] Lire la suite

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 286 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Givre »  : […] Le givre se forme dans des conditions assez analogues mais, bien entendu, aux températures négatives. Le givre n'est pas le gel de la rosée, c'est la condensation directe de la vapeur sous forme de glace sur la végétation ou sur les obstacles présentés par le sol. Il se traduit par le développement de formes cristallines variées, découlant du système de cristallisation de la glace par maclage, t […] […] Lire la suite