GASTÉROPODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification

La radula, d'une part, la coquille, d'autre part, sont les principaux éléments de la classification moderne. Mais les grandes séparations sont données par la disposition des organes pairs. En effet, chez tous les Gastéropodes actuels intervient une torsion qui réduit ou fait disparaître la moitié des organes pairs (reins, oreillettes) et provoque le chiasma des axes nerveux. Cette torsion, qui apparaît assez tardivement, induit également la forme hélicoïdale de la coquille. Cependant, un ensemble de Gastéropodes primitifs fossiles, les Bellérophontacés, n'ont pas subi une telle torsion, ainsi qu'en témoigne leur coquille parfaitement symétrique. On se pose même la question de savoir s'il ne faudrait pas les considérer comme un phylum tout à fait à part. Une partie d'entre eux pourrait d'ailleurs être mieux classée au sein des Monoplacophores.

Bellerophontoidea

Dessin : Bellerophontoidea

Dessin

Reconstitution d'un Gastéropode fossile appartenant à la superfamille des « Bellerophontoidea » : noter, à droite, que la flexure endogastrique est réalisée, mais qu'il n'existe pas de torsion. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Si l'on observe les Gastéropodes vrais (Eugastéropodes), affectés d'une torsion, la dissymétrie des organes pairs amène à y distinguer des Archæogastéropodes composés :

– de formes multibranchiées, comme sont aujourd'hui les Patellidés et comme furent certains groupes paléozoïques (Orthonychia) ;

– de formes dibranchiées, comme les Fissurellidés, presque symétriques, les Haliotidés et les Pleurotomariidés. Ces formes ont toutes un cœur à deux oreillettes (on les place pour cette raison dans les Diotocardes) et deux reins. Le bord libre du manteau sécrète la coquille en respectant l'anatomie de la cavité palléale ; il est échancré entre les deux branchies, là où est situé le rectum et où est évacuée l'eau usée, après qu'elle a passé sur les cténidies. Cette échancrure du manteau et de la coquille donne naissance à un long sinus ; celui-ci est colmaté finalement par la coquille, ce qui donne lieu à une cicatrice rubanée, la bandelette, dont l'emplacement varie avec les genres. Les stries d'accroissement journalier sont symétriques de part et d'autre de cette bandelette ;

– de formes monobranchiées, parmi lesquelles s'établissent d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Calliostoma zizyphinum : anatomie

Calliostoma zizyphinum : anatomie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bellerophontoidea

Bellerophontoidea
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Escargot

Escargot
Crédits : Sandrine Néel/ flickr ; CC-BY

photographie

Escargot de Bourgogne

Escargot de Bourgogne
Crédits : MarkMirror/ Shutterstock.com

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GASTÉROPODES  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « La macrophagie »  : […] Quelques exemples pris dans différents taxons illustreront cette modalité alimentaire. Les Cnidaires sont des prédateurs possédant des outils spécialisés qui leur permettent de compenser leur faible mobilité. Ils possèdent des tentacules armés de cellules urticantes particulières, propres à l'embranchement des Cnidaires, les cnidoblastes. Les Annélides polychètes errantes sont des espèces préda […] Lire la suite

EXCRÉTION

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 257 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Protonéphridies et métanéphridies »  : […] Les protonéphridies apparaissent chez les Platheminthes (planaires). Elles dérivent dans ce cas de l'ectoderme, mais cela n'est pas une règle générale. Elles sont constituées par un ensemble de cellules qui s'ouvrent sur un canal excréteur. Cette structure peut être unique, paire ou multiple, à disposition métamérique (Annélides). Les protonéphridies, comme de nombreux organes excréteurs, ont un […] Lire la suite

MOLLUSQUES

  • Écrit par 
  • André FRANC
  •  • 9 401 mots
  •  • 11 médias

L' embranchement des Mollusques est l'un des plus diversifiés de toute la zoologie, car il englobe plusieurs catégories bien distinctes d'espèces animales, qui toutes cependant répondent aux mêmes critères fondamentaux. Ces catégories forment pour les Mollusques actuels sept classes d'importance numérique très inégale, que l'on désigne comme Aplacophores, Polyplacophores, Monoplacophores, Bivalve […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 5 290 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Macrophages »  : […] Les macrophages se rencontrent surtout parmi les espèces relativement mobiles : poissons, grands crustacés décapodes, mollusques céphalopodes, qui chassent, ou guettent à l'affût, des proies très diverses. Les poissons benthiques se nourrissent le plus souvent de mollusques (surtout bivalves), d'annélides polychètes et de crustacés ; les crustacés décapodes macrophages mangent plutôt des vers ou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Geneviève TERMIER, Henri TERMIER, « GASTÉROPODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gasteropodes/