MONGE GASPARD (1746-1818)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le style et l'influence de Monge

Si Monge juge la géométrie descriptive utile pour les arts de la construction, il souligne surtout son intérêt pédagogique. En dessinant des épures, l'élève apprend à peupler l'espace par des figures, il forme et exerce son intuition géométrique. Or, pour Monge, c'est la capacité à imaginer qui est la source de l'invention mathématique. Ses méthodes sont diverses, descriptives ou analytiques, mais toujours apparaît la volonté de « faire voir » les objets étudiés et les raisonnements utilisés.

Qu'on n'imagine pas cependant Monge utilisant des figures dans la géométrie. C'est sur une représentation mentale des formes de l'étendue comprises dans toute leur généralité qu'il travaille. « Personne plus que Monge n'a conçu et n'a fait de la géométrie sans figures », écrit Michel Chasles, pour qui « Monge savait à un degré inouï faire concevoir dans l'espace toutes les formes les plus compliquées de l'étendue, et pénétrer dans leurs relations générales et leurs propriétés les plus cachées, sans autre secours que celui de ses mains, dont le mouvement secondait admirablement sa parole, quelquefois difficile, mais toujours douée de la véritable éloquence du sujet : la netteté et la précision, la richesse et la profondeur d'idées ».

Beaucoup de jeunes mathématiciens du début du xixe siècle, lassés par la sécheresse du style analytique en l'honneur à la fin du siècle précédent, adoptent avec enthousiasme cette manière si expressive de faire des mathématiques. Si quelques-uns, comme Charles Dupin, prolongent les travaux géométrico-analytiques de Monge, d'autres, comme Brianchon, Chasles et surtout Poncelet, prétendent obtenir avec la seule géométrie des résultats aussi puissants qu'avec l'analyse. C'est dans l'enseignement oral de Monge qu'ils puisent leur inspiration, et dans quelques passages de la Géométrie descriptive, comme celui dans lequel, par un raisonnement de pure géométrie, Monge montre la loi de réciprocité entre pôle et polaire (par rapport à une c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire des sciences, université Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MONGE GASPARD (1746-1818)  » est également traité dans :

GÉOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • François RUSSO
  •  • 10 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Renouveau et essor de la géométrie projective »  : […] C'est seulement à la fin du xviii e  siècle que renaît l'intérêt pour la géométrie projective. Elle devait alors connaître un essor remarquable. Son renouveau est jalonné d'une série d'œuvres majeures : Gaspard Monge, Application de l'algèbre à la géométrie (1795), Géométrie descriptive (1795) ; Lazare Carnot, Géométrie de position (1803) ; Jean Victor Poncelet, Traité des propriétés projectives […] Lire la suite

OPÉRATIONNELLE RECHERCHE

  • Écrit par 
  • Georges CULLMANN
  •  • 5 547 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Découverte de la recherche opérationnelle »  : […] Plutarque signale, à propos du siège de Syracuse par les Romains, que Hiéron demandait à Archimède « de révoquer un petit la géométrie de la spéculation des choses intellectives à l'action des corporelles et sensibles, et faire que la raison démonstrative fust un peu plus évidente et facile à comprendre au commun peuple, en la meslant par expérience matérielle à l'utilité de l'usage » ( Vies des h […] Lire la suite

PONCELET JEAN VICTOR (1788-1867)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 404 mots

Militaire et mathématicien français né à Metz et mort à Paris. Après avoir été l'élève de Gaspard Monge à l'École polytechnique, Jean Victor Poncelet commença une carrière militaire. Lieutenant du génie, il prit part à la campagne de Russie, où il fut fait prisonnier et relégué à Saratov sur la Volga. Durant son emprisonnement, privé de tout ouvrage scientifique et réduit à ses souvenirs des cours […] Lire la suite

STÉRÉOTOMIE

  • Écrit par 
  • Joël SAKAROVITCH
  •  • 1 043 mots

Au sens premier du terme, la stéréotomie est l'art de découper différents volumes en vue de leur assemblage ; en architecture, elle désigne plus spécifiquement l'art de la coupe des pierres en vue de la construction des voûtes, trompes, coupoles ou volées d'escaliers... Si l'on parle encore de la « stéréotomie du bois » à propos de l'assemblage des bois de charpente, on constate que ce sens dispar […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Hommage à l'abbé Grégoire, à Monge et à Condorcet au Panthéon. 12 décembre 1989

Le 12, François Mitterrand préside la cérémonie de transfert au Panthéon des cendres de l'abbé Henri Grégoire, prêtre et évêque constitutionnel, et de Gaspard Monge, mathématicien, fondateur de l'École polytechnique. Un autre révolutionnaire célèbre, Condorcet, dont la dépouille avait été jetée à la fosse commune, est associé à cet hommage, qui est la dernière manifestation célébrant le bicentenaire de la Révolution française. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno BELHOSTE, « MONGE GASPARD - (1746-1818) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaspard-monge/