GARGANTUA, François RabelaisFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien moine devenu médecin à l'hôtel-Dieu de Lyon, l'humaniste François Rabelais (1483 ?-1553) publie anonymement en 1534 ou 1535 son Gargantua. Le sous-titre, La Vie inestimable du grand Gargantua, père de Pantagruel, jadis composée par l'Abstracteur de quinte essence, suggère le désir de l'auteur d'exploiter le succès de son premier roman, Pantagruel (1532), et d'un opuscule anonyme paru à Lyon en 1532, Les Grandes et Inestimables Cronicques du grant et enorme geant Gargantua, parodie assez grossière de l'historiographie contemporaine, qui mettait pour la première fois en scène le bon géant. Mais si ce livret suggère à Rabelais certains épisodes, Gargantua fait surtout écho aux débats idéologiques nés des progrès de l'humanisme sous François Ier, et au conflit qui oppose la Sorbonne, puissante faculté de théologie gardienne de l'orthodoxie, aux partisans d'une réforme évangélique de l'Église, proches d'Érasme ou de Luther. Contemporain de la tragique « affaire des placards » (affichage de tracts anticatholiques dans plusieurs villes) qui déclenche une brutale répression de François Ier contre les protestants et oblige Rabelais à voyager pour se mettre à l'abri des poursuites, le livre constitue, au moins dans sa première version, une charge cinglante contre les « sorbonistes » et contre les ordres monastiques, tenants du conservatisme pédagogique et religieux. L'œuvre sera prudemment édulcorée par l'auteur en 1542.

Gargantua, F. Rabelais

Photographie : Gargantua, F. Rabelais

Photographie

Illustration accompagnant le Gargantua de Rabelais. Cette gravure a été réalisée pour une édition des œuvres de l'écrivain publiée à Amsterdam en 1741. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : Professeur de littérature de la Renaissance à l'université du Maine

Classification

Autres références

«  GARGANTUA, François Rabelais  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 21 216 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Romans et contes  »  : […] Chez Rabelais (env. 1484-1553), l’heure est d’abord à l’euphorie. En témoigne la lettre de Gargantua à son fils Pantagruel, insérée dans le roman qui porte le nom de ce dernier, et qui est un hymne à la Renaissance des lettres sous François I er . Tout en se mettant à l’école de Lucien de Samosate et d’ Érasme , pour ne rien dire de Teofilo Folengo , Rabelais appartient au départ à la famille fr […] Lire la suite

PANTAGRUEL, François Rabelais - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 487 mots

C’est probablement à l’occasion de la foire de Lyon, en novembre 1532, que paraît chez l’imprimeur Claude Nourry le premier roman de François Rabelais (1483 env.-1553), Pantagruel, avec pour sous-titre complet : Les horribles et épouvantables faits et prouesses du très renommé Pantagruel, roi des Dipsodes , fils du grand géant Gargantua, composé nouvellement par maître Alcofribas Nasier . Rares […] Lire la suite

RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 9 583 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la geste des géants à la quête initiatique »  : […] Les deux premiers romans nous font assister aux exploits du géant Pantagruel, puis de son père Gargantua. Le Pantagruel paraît sous le pseudonyme d'Alcofrybas Nasier, parce que Rabelais, connu pour ses travaux érudits, ne tient pas à signer cette facétie. Le héros doit en effet son nom à un petit démon des Mystères médiévaux, doté du pouvoir d'assoiffer les humains : dès la première ligne, l'épop […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VIGNES, « GARGANTUA, François Rabelais - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gargantua/