GARGANTUA, François RabelaisFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien moine devenu médecin à l'hôtel-Dieu de Lyon, l'humaniste François Rabelais (1483 ?-1553) publie anonymement en 1534 ou 1535 son Gargantua. Le sous-titre, La Vie inestimable du grand Gargantua, père de Pantagruel, jadis composée par l'Abstracteur de quinte essence, suggère le désir de l'auteur d'exploiter le succès de son premier roman, Pantagruel (1532), et d'un opuscule anonyme paru à Lyon en 1532, Les Grandes et Inestimables Cronicques du grant et enorme geant Gargantua, parodie assez grossière de l'historiographie contemporaine, qui mettait pour la première fois en scène le bon géant. Mais si ce livret suggère à Rabelais certains épisodes, Gargantua fait surtout écho aux débats idéologiques nés des progrès de l'humanisme sous François Ier, et au conflit qui oppose la Sorbonne, puissante faculté de théologie gardienne de l'orthodoxie, aux partisans d'une réforme évangélique de l'Église, proches d'Érasme ou de Luther. Contemporain de la tragique « affaire des placards » (affichage de tracts anticatholiques dans plusieurs villes) qui déclenche une brutale répression de François Ier contre les protestants et oblige Rabelais à voyager pour se mettre à l'abri des poursuites, le livre constitue, au moins dans sa première version, une charge cinglante contre les « sorbonistes » et contre les ordres monastiques, tenants du conservatisme pédagogique et religieux. L'œuvre sera prudemment édulcorée par l'auteur en 1542.

Gargantua, F. Rabelais

Gargantua, F. Rabelais

photographie

Illustration accompagnant le Gargantua de Rabelais. Cette gravure a été réalisée pour une édition des œuvres de l'écrivain publiée à Amsterdam en 1741. 

Crédits : De Agostini

Afficher

Un roman de formation, une épopée parodique

À la manière de ses maîtres, les Grecs Diogène, Lucien de Samosate et l'humaniste Érasme, Rabelais choisit de traiter ces questions par la facétie et l'ironie joyeuse : après le fameux dizain « Au lecteur », qui rappelle que « rire est le propre de l'homme », et le prologue invitant à « rompre l'os, et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : Professeur de littérature de la Renaissance à l'université du Maine

Classification


Autres références

«  GARGANTUA, François Rabelais  » est également traité dans :

RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 9 584 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la geste des géants à la quête initiatique »  : […] Cette réflexion est plus explicite dans le Gargantua, où Rabelais raconte la vie du père de Pantagruel. L'auteur reprend le même schéma, car nous assistons à la formation du jeune prince, puis à ses exploits contre le roi Picrochole, un voisin belliqueux. Mais le ton […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rabelais/#i_24198

Pour citer l’article

Jean VIGNES, « GARGANTUA, François Rabelais - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gargantua/