GARDE À VUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mesure qui permet, en France, aux services de la police judiciaire de maintenir à leur disposition, durant un certain temps, toute personne susceptible de fournir des renseignements sur une infraction qui fait l'objet d'une enquête ; la personne, alors privée de sa liberté d'aller et de venir, est maintenue à la vue (d'où l'appellation) des représentants de la force publique dans des locaux qui sont généralement ceux de la police. Il s'agit d'un acte de police pur qui peut intervenir à divers stades de la procédure : en cas de délit ou de crime flagrant, lors de l'enquête préliminaire et lors de l'instruction préparatoire, en exécution d'une commission rogatoire uniquement. Pour éviter de graves abus, étant donné son caractère attentatoire à la liberté, la garde à vue est très strictement réglementée par le Code de procédure pénale aux articles 63, 77 et 154.

Tout d'abord, elle se trouve limitée dans le temps. Elle ne peut, en principe, excéder vingt-quatre heures. Elle peut être, cependant, reconduite pour une durée égale par autorisation écrite du procureur de la République lorsque existent à l'encontre de la personne des indices graves et concordants pouvant motiver son inculpation. Une prolongation supplémentaire de quarante-huit heures est possible si les infractions poursuivies sont en relation avec des menées terroristes ou le trafic de stupéfiants. En matière de crimes et délits contre la sûreté de l'État, le délai maximal de la garde à vue est porté à dix jours .

Ensuite, un certain nombre de formalités doivent être observées : le début et la fin de la garde à vue, la durée des interrogatoires et des repos ainsi que les motifs doivent être mentionnés sur un procès-verbal et sur un registre spécialement tenu à cet effet. Dès le début de la garde à vue, un entretien avec un avocat peut être demandé et obtenu, sauf pour certaines infractions où cet entretien n'est possible qu'après un certain délai (48 heures pour un crime commis en bande organisée, 72 heures pour les affaires de terrorisme et de trafic de stupéfiants). Enfin, il peut être procédé à un examen médical au cours de la garde à vue. , puis une seconde fois en cas de prolongation, sur demande de la personne gardée, du procureur de la République ou de l'officier de police judiciaire. En l'absence d'une telle demande, cet examen est de droit s'il est demandé par un membre de la famille de la personne gardée à vue.

L'inobservation des règles de la garde à vue n'entraînera pas la nullité de la procédure ultérieure, elle engagera simplement la responsabilité personnelle des officiers de police judiciaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GARDE À VUE  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réformes institutionnelles : Constitution, justice, universités, collectivités locales »  : […] Nicolas Sarkozy a annoncé durant sa campagne sa volonté d'accentuer la présidentialisation des institutions. Mais une réforme constitutionnelle ne peut être adoptée, après un vote des deux assemblées, que par un référendum au résultat incertain ou par un vote du Congrès à la majorité des trois cinquièmes, majorité dont il ne dispose pas. Il négocie donc pour faire aboutir une réforme, dite de mod […] Lire la suite

LIBERTÉS PUBLIQUES

  • Écrit par 
  • Georges LESCUYER
  •  • 4 917 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La reconnaissance des libertés publiques »  : […] La reconnaissance des libertés publiques n'est pas envisagée partout avec la même urgence. La tradition française veut que, pour exister, une liberté soit d'abord définie ; elle ne se conçoit pas sans texte. Il faut en chercher l'origine dans les déclarations des droits ou les préambules constitutionnels, voire dans la constitution elle-même. C'est que les Français, selon le mot d'un juriste cont […] Lire la suite

PÉNALE PROCÉDURE

  • Écrit par 
  • Jean DANET
  •  • 6 483 mots

Dans le chapitre « La police judiciaire et les formes de l'enquête »  : […] Les activités de la police judiciaire sont variées : contrôles et vérifications d'identité, enquêtes préliminaires ou sur infractions flagrantes, exécution d'actes décidés par les magistrats du siège, les commissions rogatoires et les mandats de justice. Pour autant et malgré sa dénomination, la « police judiciaire » n'est pas unifiée, ni placée sous l'autorité du ministère de la Justice. Le const […] Lire la suite

Les derniers événements

26-29 novembre 2020 France. Violences policières contre Michel Zecler.

Ceux-ci sont aussitôt suspendus et placés en garde à vue. Le 29, les trois policiers auteurs du tabassage de Michel Zecler sont mis en examen pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique […] accompagnées de propos à caractère raciste » et pour « faux en écriture publique » en raison du caractère mensonger de leur procès-verbal. […] Lire la suite

4-29 avril 2019 France. Annonce des mesures inspirées par le « grand débat national ».

Le 20, lors de l’« acte XXIII » des rassemblements de gilets jaunes à Paris, le journaliste indépendant Gaspard Glanz est interpellé et placé en garde à vue. Convoqué devant la justice en octobre pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique », il est soumis à un contrôle judiciaire qui lui interdit de couvrir les manifestations du 1er-Mai, ainsi que les rassemblements qui se tiennent dans la capitale le samedi. […] Lire la suite

3-25 avril 2019 Japon – France. Nouvelle arrestation et nouvelle libération sous caution de Carlos Ghosn.

Le 3, le conseil d’administration de Renault décide de ne pas verser à l’ancien PDG Carlos Ghosn, arrêté au Japon en novembre 2018, la part variable de son salaire pour 2018, soit 224 000 euros, et de réduire le montant annuel de sa retraite de 788 000 à 14 000 euros. Le 4, Carlos Ghosn est arrêté et placé en garde à vue par la justice japonaise pour la quatrième fois, pour « abus de confiance aggravé ». […] Lire la suite

12 mars 2019 France. Adoption de la loi « anticasseurs ».

Il autorise l’interpellation et le placement en garde à vue des manifestants masqués. Il permet à l’État de se retourner contre les auteurs des dégradations pour obtenir le remboursement de celles-ci. L’opposition de gauche juge liberticide ce texte qui suscite des réserves jusque dans la majorité. Cinquante députés et six sénateurs de la République en marche s’abstiennent lors du vote de la loi. […] Lire la suite

10-25 décembre 2018 Japon. Inculpation de Carlos Ghosn.

Le 23, la garde à vue de Carlos Ghosn est prolongée jusqu’au 1er janvier 2019. Le 25, Greg Kelly est libéré sous caution. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annick BEAUCHESNE, « GARDE À VUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/garde-a-vue/