GAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gand contemporain

Le rayonnement culturel de la ville est important au début du xxe siècle. Ainsi, l'école de Laethem-Saint-Martin (du nom d'une localité de la banlieue gantoise) constitue un important courant artistique. La première génération, réunie autour du sculpteur Georges Minne, opère la transition du symbolisme à l'expressionnisme, qu'illustrent, après la Première Guerre mondiale, les grands maîtres de la génération suivante : Constant Permeke, Gustave De Smet et Frits Van den Berghe.

Gand est resté plus longtemps que d'autres centres flamands un foyer de culture française, circonscrit il est vrai à une fraction de la bourgeoisie locale. Des poètes symbolistes y naquirent : Charles Van Lerberghe (1861-1907), Grégoire Le Roy (1862-1941), Maurice Maerterlinck (1862-1949), d'autres y passèrent leurs années de formation : Georges Rodenbach (1855-1898), Émile Verhaeren (1855-1916). Il en fut de même à la génération suivante pour quelques écrivains, moins nombreux, comme Franz Hellens (1881-1972) et Jean Ray (1887-1964), dont bien des textes témoignent, certes très diversement, d'une même quête du fantastique. Si Maurice Maeterlinck, Prix Nobel de littérature en 1911, avait déclaré que la Belgique serait latine ou ne serait pas, Franz Hellens, auteur de l'expression « littérature française de Belgique », ne cessa de souligner l'importance des liens avec la France et de critiquer toute tentation régionaliste en littérature.

La néerlandisation de l'Université de l'État, décidée en 1930 après plusieurs années de débats, fut le point d'aboutissement d'une importante revendication du mouvement flamand. Elle entraîna un net déclin de l'emploi du français sur le plan local, jusqu'à la disparition en 1974 de La Flandre libérale, dernier quotidien édité à Gand dans cette lang [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : président-directeur général du Centre de recherche et d'information sociopolitiques, Bruxelles
  • : professeur émérite de l'université de Gand

Classification


Autres références

«  GAND  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une économie aux vastes horizons »  : […] La longue crise économique de 1873 à 1895 frappa durement la Belgique. Prix et salaires baissaient. La surproduction industrielle et la diminution du pouvoir d'achat de la population rurale acculèrent un certain nombre d'usines à la faillite. Partout régnaient chômage et misère, parfois subite. Et pourtant le sort de l' ouvrier n'avait jamais été aussi bon. Une enquête budgétaire réalisée en 1896 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_22460

FLANDRE ORIENTALE

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 432 mots
  •  • 1 média

La province belge de Flandre orientale (Oost-Vlaanderen en néerlandais) a pour chef-lieu Gand (Gent) et compte cinq autres arrondissements (Saint-Nicolas, Termonde, Alost, Audenarde et Eeklo). Elle a une superficie de 2 982 km 2 et compte 1 477 340 hab. en 2015. Elle constitua, durant la période du rattachement de la Belgique à la France, le département de l'Escaut, qui correspondait à la parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flandre-orientale/#i_22460

HUYSSENS PIETER (1577-1637)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY
  •  • 318 mots

Jésuite qui a été l'un des plus brillants constructeurs de son ordre à une époque où celui-ci élevait en Belgique les plus belles églises baroques. Pieter Huyssens participe à la construction de Saint-Charles-Borromée à Anvers (1615-1621), sans que l'on puisse déterminer exactement quelle part il prit à l'exécution des plans. Il est désigné en 1617 pour diriger les travaux à la mort de son supérie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-huyssens/#i_22460

ROCOCO FLAMAND

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY
  •  • 232 mots

Le goût flamand pour l'ornement, qui s'est exprimé avec magnificence dans le baroque, a permis également une belle floraison du style rocaille, moins d'ailleurs dans l'architecture religieuse que dans l'architecture civile. Anvers reçoit les beaux édifices de Van Baurscheit le Jeune, le meilleur architecte de la période. Gand, où ont œuvré deux artistes de grande valeur, David t'Kint (1705-1770) e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo-flamand/#i_22460

VAN ARTEVELDE JACOB (1290 env.-1345)

  • Écrit par 
  • Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS
  •  • 459 mots

Homme politique flamand, Jacob Van Artevelde est surtout connu grâce à Froissart qui le surnomme le « sage homme de Gand ». Membre de la haute bourgeoisie gantoise, il joue un rôle considérable au début de la guerre de Cent Ans. En décembre 1337, une crise économique grave éclate en Flandre à la suite de la politique du comte Louis de Nevers qui reconnaît le roi de France, Philippe de Valois, comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-van-artevelde/#i_22460

VAN DER GOES HUGO (1440 env.-1482 ou 1483)

  • Écrit par 
  • Dominique VANWIJNSBERGHE
  •  • 1 299 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De Gand au Rouge-Cloître »  : […] Les origines de l'artiste et ses premiers pas dans la profession ne sont pas documentés. Probablement né à Gand vers 1440, il acquiert la franchise du métier des peintres en 1467. Le lieu de sa formation reste un sujet largement controversé. Il pourrait avoir suivi son apprentissage chez le peintre Joos Van Wassenhove (Juste de Gand), qui intervient comme garant lors de son inscription à la gilde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-van-der-goes/#i_22460

Voir aussi

Pour citer l’article

Xavier MABILLE, Hans VAN WERVEKE, « GAND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gand/