GAMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Werckmeister et la gamme tempérée

Les divers inconvénients que présentent les gammes de Pythagore et de Zarlino ont pour origine le problème suivant : comment faire coexister, dans un même système, des quintes justes et des octaves justes ? Or, un raisonnement élémentaire permet de voir que ce problème n'a pas de solution. En effet, les quintes sont le résultat d'une itération du rapport 3 et les octaves celui d'une itération du rapport 2. Il faudrait donc découvrir une puissance de 3 qui soit égale à une puissance de 2. Comme les puissances de 3 sont toujours des nombres impairs (se terminant par 1, 3, 7 ou 9) et que les puissances de 2 sont toujours des nombres pairs, il n'existe pas de solution. Cependant, à la fin du xviie siècle, Andreas Werckmeister (1645-1706) parvint à trouver un compromis qui, une fois de plus, résultait d'un effort de généralisation et que, depuis lors, on utilise sous le nom de gamme tempérée.

Dans le système pythagoricien de génération des intervalles par quintes, on s'aperçoit que, à partir de la douzième quinte, on retrouve, à peu près, la septième octave de la note de départ :

1 3/2 9/4 27/8 81/16 243/32 729/64 ut sol ré la mi si fa♯ 2 187/128 6 561/256 19 683/512   ut♯   sol♯    ré♯ 59 049/1 024 177 147/2 048 531 441/4 096  la♯  mi♯  si♯ (ou ut)

étant la suite des quintes, et la suite des puissances de 2 :

1 2 4 8 16 32 64 128 ut0ut1ut2ut3ut4ut5ut6ut7

étant celle des octaves. On voit que le rapport 531 441/4 096 = 129,746 est légèrement plus grand que le rapport 128. C'est donc par une approximation exigée par la pratique que l'on identifie le si dièse à l'ut ; la différence qui les sépare est appelée comma pythagoricien. L'idée de Werckmeister est alors d'une géniale simplicité : il décide de répartir cette petite différence de telle sorte que, chaque quinte étant raccourcie de 1/12 de comma pythagoricien, la note engendrée par la douzième quinte corresponde à celle que donne la septième octave. Autrement dit, il pose l'équation : douze quintes = sept octaves. Il résulte de cette égalité que, une fois ramenées à l'intérieur d'un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification


Autres références

«  GAMME  » est également traité dans :

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 385 mots
  •  • 9 médias

C'est dans les premières années du xx e  siècle, et surtout à partir de 1912 (année de la première audition du Pierrot lunaire d'Arnold Schönberg), que l'on commença à parler de musique « atonale » et, par extension, de ce qui devait être considéré, à tort, comme une technique – ou un ensemble de techniques – de composition musicale, et qui fut nommé « atonalité ». En réalité, le mot atonalité ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atonalite/#i_4179

BÉCARRE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 167 mots

Signe musical ♮ qui, placé devant une note, annule l'altération qui l'affectait, dièse ou bémol, que cette altération soit passagère (valable pour la seule mesure), ou constitutive (prévue pour tout un morceau par l'ensemble des altérations notées en début de portée, que l'on nomme armature). On remarquera que, jusqu'au xviii e siècle, une note diésée revenait au naturel par l'emploi, non d'un bé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/becarre-musique/#i_4179

DIAPASON

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 752 mots

Dans le chapitre « La double nomenclature »  : […] Lorsque, au xi e  siècle, Gui d'Arezzo inventa les syllabes ut, ré, mi , etc., ce ne fut pas pour remplacer les noms alphabétiques des notes A, B, C, etc., qui existaient depuis deux siècles environ, mais bien pour les compléter selon des conventions très différentes de l'emploi actuel des mêmes syllabes. Celles-ci avaient pour objet de suggérer les intervalles en les dissociant des touches du cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diapason/#i_4179

INTERVALLE, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 1 046 mots

Un intervalle est la distance qui sépare deux sons différents. Le plus petit intervalle du système tempéré est le demi-ton : mi-fa , si-do , sol dièse- la , ré-mi bémol... Un demi-ton est chromatique s'il est formé de deux notes de même nom ( do-do dièse, la-la bémol, si bémol- si bécarre) ; il est diatonique s'il est formé de deux notes de noms différents ( mi-fa , sol dièse- la , r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intervalle-musique/#i_4179

LE ISTITUTIONI HARMONICHE, G. Zarlino

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 176 mots
  •  • 1 média

Le compositeur et théoricien italien Gioseffe Zarlino (1517-1590) a joué un rôle fondamental dans ce que l'on peut qualifier de première révolution musicale. Son traité le plus important, Le Istitutioni harmoniche, divise in quattro parti (« Les Institutions harmoniques, divisé en quatre parties »), publié à Venise en 1558, présente une synthèse des différentes théories musicales de l'Antiquité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-istitutioni-harmoniche/#i_4179

MÉTATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 188 mots

La métatonalité fut inventée par le compositeur français Claude Ballif, qui en fixa le concept en 1956 dans son livre intitulé Introduction à la métatonalité : vers une solution tonale et polymodale du problème atonal (Richard-Masse, Paris). Il s'agit d'une synthèse entre le système tonal et le système polymodal, à même de dépasser le cadre de la tonalité et celui de l'atonalité. Comprenant onz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metatonalite/#i_4179

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques d'inspiration chinoise

  • Écrit par 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 8 745 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Échelle pentatonique ou gamme dite « chinoise » »  : […] Non seulement l'échelle à cinq sons n'est pas spécifiquement chinoise (on la rencontre en effet dans le monde entier), mais il existe non pas une échelle pentatonique, mais plusieurs. En parlant d'échelle pentatonique, on pense surtout aux deux aspects suivants : ces aspects correspondent aux deux principaux types d'échelles gong et zhi (Chine), ryō et ritsu (Japon). La musique chinoise de tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musiques-d-inspiration-chinoise/#i_4179

MUSIQUE CONTEMPORAINE - La musique sérielle et le dodécaphonisme

  • Écrit par 
  • Pierre BARBAUD, 
  • Rémi LENGAGNE
  •  • 3 022 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gamme tempérée et structures élémentaires de l'harmonie classique »  : […] Pour bien comprendre ce que fut l'apport de la musique « à douze sons », il convient de faire auparavant une rapide étude du langage tonal, fondement de la musique occidentale traditionnelle. Ce langage utilise douze sons qui se renouvellent sur environ huit douzaines, nommées octaves. La théorie et la pratique de l'écriture musicale sont conçues pour que les éléments de l'ensemble ainsi défini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-la-musique-serielle-et-le-dodecaphonisme/#i_4179

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 222 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les signes »  : […] La portée, constituée de cinq lignes horizontales parallèles, permet de situer les douze notes de la gamme chromatique les unes par rapport aux autres. Leur hauteur est déterminée par la clé figurant à l'extrémité de la portée. Des sept clés existantes, seules quatre sont encore en usage ( sol , ut 1 re , ut 3 e , ut 4 e , fa 4 e ) . Elles correspondent aux différentes tessitures vocales et instr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/#i_4179

NOTATION MUSICALE MODERNE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 181 mots
  •  • 1 média

Le moine Guido d'Arezzo (Guy d'Arezzo ; vers 991-après 1033) invente la solmisation, système de notation musicale – doublé d'une méthode pédagogique – dans lequel les notes sont chantées sur des syllabes. La solmisation utilise les premières syllabes des six premiers vers d'un hymne à saint Jean-Baptiste ( ut, ré, mi, fa, sol, la ), la dernière, SI (pour Sancte Iohannes), étant une sorte de signa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale-moderne/#i_4179

SOLFÈGE

  • Écrit par 
  • Robert SIOHAN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du solfège »  : […] En manière de préambule, on rappellera que la musique occidentale, la seule qui soit ici en cause, se fonde depuis l'Antiquité sur la fixité d'intonations différentes, dont la succession sous forme de gammes détermine des intervalles, dont le plus petit est le demi-ton. Toutefois, des micro-intervalles (1/3 et 1/4 de ton) ont été pratiqués dans l'Antiquité. La musique occidentale en a perdu l'usa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solfege/#i_4179

TONAL SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 5 259 mots
  •  • 8 médias

Le système tonal est une sorte de loi-cadre qui fixe les structures hiérarchisées d'un certain nombre de groupements de sept sons sélectionnés, dénommés tonalités, et les rapports de ces groupements entre eux. Comme le système tonal est un produit spécifique de la musique occidentale, même si les Chinois connurent les premiers le demi-ton tempéré (cf. les écrits du prince Tchou Tsai Yu, vers 159 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-tonal/#i_4179

VIENNE ÉCOLE DE, musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Schönberg ou la volonté d'instaurer un nouveau système »  : […] L'abandon de la tonalité n'est pas l'œuvre de l'école de Vienne. Bien avant Schönberg, plusieurs compositeurs avaient affirmé la nécessité de se libérer du système tonal. Franz Liszt avait d'ailleurs fait un pas important dès 1885 en composant Bagatelle sans tonalité . L'abandon de la tonalité avait pour principales caractéristiques la déhiérarchisation des degrés de la gamme classique au profit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-vienne-musique/#i_4179

ZARLINO GIOSEFFO (1517-1590)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 217 mots

Compositeur et théoricien italien qui tient une place importante dans l'histoire de la musique à cause de ses ouvrages théoriques, et notamment d'un traité en quatre volumes, Le Istitutioni harmoniche (1558), dont l'influence sur le développement du système diatonique fut des plus considérables. Élève d'Adriaan Willaert, Zarlino succéda à Cyprien de Rore comme maître de chapelle à Saint-Marc de V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gioseffo-zarlino/#i_4179

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel PHILIPPOT, « GAMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gamme/