GALILEO, système européen de navigation par satellite

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Principes du positionnement avec Galileo

Chaque satellite émet un signal radio de façon continue vers la Terre de quelques dizaines de watts de puissance. Comme les ondes hertziennes de la radio et de la télévision, les signaux sont des ondes électromagnétiques qui se propagent à la vitesse de la lumière. Le signal de base est composé d’une simple onde porteuse sinusoïdale, que le récepteur capte. Pour transmettre une information, il faut ajouter des modifications au signal, appelées « modulations ». Galileo utilise la modulation de phase : des sauts de phase sont introduits dans les oscillations de l’onde porteuse sans modifier sa fréquence. Le signal est ainsi modulé en phase par un code connu de l’utilisateur, spécifique au satellite et reconnu par le récepteur. Il est également modulé par le « message de navigation » contenant les informations. Le message et le code sont des séquences binaires qui permettent au récepteur de connaître à chaque instant la position des satellites et leur synchronisation par rapport à un référentiel de temps commun. On parle de « temps système » (temps Galileo ou temps GPS), toutes les horloges des satellites d’un même système étant quasi synchronisées entre elles.

Le récepteur détermine l’instant précis d’arrivée du code par la technique de corrélation (superposition d’un signal interne généré et du signal reçu). Puis il reconstitue, à l’aide du message de navigation, l’instant précis d’émission du signal reçu. Connaissant aussi la vitesse de propagation du signal (celle de la lumière), et donc le temps de trajet du message, le récepteur en déduit la distance parcourue entre lui et le satellite. Le récepteur au sol calcule le décalage de temps entre son horloge locale et l’échelle de temps Galileo, afin de rester dans une même échelle de temps et en déduire une distance exacte.

La position du récepteur est composée de trois paramètres (longitude, latitude, altitude), auxquels il faut ajouter un quatrième, qui correspond au décalage entre l’horloge du récepteur et l’échelle de temps commune au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

La constellation de satellites Galileo

La constellation de satellites Galileo
Crédits : ESA/ Pierre Carril

photographie

Carte du segment au sol de Galileo

Carte du segment au sol de Galileo
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Le principe du positionnement par satellite

Le principe du positionnement par satellite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GALILEO, système européen de navigation par satellite  » est également traité dans :

AGENCE SPATIALE EUROPÉENNE ou E.S.A. (European Space Agency)

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 2 467 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deux grands programmes au service de la Terre et de la vie quotidienne des Européens »  : […] Dans le domaine des satellites d’application, deux grands programmes sont développés. Il s’agit, d’une part, de Galileo, système européen de navigation par satellite, équivalent au GPS (Global Positioning System) américain . Il repose sur une constellation de trente satellites – dont le déploiement a commencé en 2011 et devrait s’achever vers 2020 – et de stations terrestres réparties à travers le […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'Europe spatiale

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 2 935 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Vols habités et satellites d'application »  : […] En ce qui concerne les vols habités, le module européen Columbus constitue la contribution de l'E.S.A. à la Station spatiale internationale (I.S.S.) [cf.  stations orbitales ]. Par ailleurs, l'A.T.V. (Automated Transfer Vehicle) , lancé par Ariane-5, est un vaisseau automatique européen d'une vingtaine de tonnes qui sert au ravitaillement en fret de l'I.S.S., les spationautes européens étant ame […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 876 mots
  •  • 31 médias

Dans le chapitre « La navigation, la localisation et le sauvetage »  : […] Le système G.P.S. (Global Positioning System), mis en service par l'armée américaine dans les années 1970 et constitué de 24 satellites, assure la localisation de tout mobile 24 heures sur 24 en n'importe quel endroit du globe. Sa précision est de l'ordre d'une dizaine de mètres. Les applications d'un tel système sont nombreuses : navigations maritime, aérienne et terrestre, localisation d'un bat […] Lire la suite

MILITAIRE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 8 502 mots

Dans le chapitre « Industrie militaire et domaine spatial »  : […] Depuis les années 1990, il est devenu capital de pouvoir préserver les moyens spatiaux tactiques dont l'apport est incontestable dans les opérations militaires engagées au sol. Actuellement, le gouvernement américain assure à lui seul près de 90 p. 100 des dépenses mondiales consacrées à la politique spatiale considérée sous l'angle militaire, soit 27 fois le budget qu'y consacre l'Union européenn […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

26 mars 2002 • Union européenne • Lancement du programme de radionavigation Galileo.

Les ministres des Transports des Quinze, réunis à Bruxelles, décident le lancement du programme européen de système de navigation et de localisation par satellite Galileo. Doté d'un budget de 3,4 milliards d'euros, ce système doit être opérationnel en 2008. Galileo est concurrent du Global Positioning System (G.P.S.) développé par les États-Unis, qui ont exercé des pressions sur l'Union européenne pour qu'elle renonce à son projet.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard BONHOURE, Jonathan CHENAL, « GALILEO, système européen de navigation par satellite », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/galileo-systeme-europeen-de-navigation-par-satellite/