GABRIELI ANDREA (1533 env.-1586) & GIOVANNI (1555 env.-1612)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Giovanni, disciple et continuateur d'Andrea

Si Andrea Gabrieli eut de nombreux élèves et disciples, parmi lesquels l'organiste allemand Hans Hassler (1564-1612), il avait surtout veillé sur l'éducation musicale et la carrière de son neveu, Giovanni, qu'il aima comme son fils. Né à Venise, Giovanni Gabrieli avait si rapidement acquis une notoriété de musicien qu'un recueil de madrigaux à cinq voix lui permit de figurer, alors qu'il n'avait que dix-huit ans, au nombre des floridi virtuosi du duc de Bavière : à cette époque, en effet, il séjournait à Munich comme assistant de Roland de Lassus.

Merulo ayant quitté Venise pour Parme, le poste de premier organiste de Saint-Marc fut libre en 1585. Andrea, qui devait mourir l'année suivante, semble avoir renoncé à cette promotion qui lui revenait de droit pour laisser la charge à son neveu. Giovanni s'installa donc de façon définitive à Venise où il s'affirma comme l'héritier spirituel et le continuateur de son oncle. On ne connaît d'autres détails sur sa vie personnelle que la nature de la longue maladie qui devait l'emporter à cinquante-huit ans, la gravelle, et le lieu où il fut enterré, l'église des Augustins à San Stefano. Ses concitoyens n'ont pas manqué de vanter son talent ; sa gloire se répandit au-delà des frontières nationales et, en Allemagne par exemple, il était loué comme le « flambeau de la musique » par Calvisius qui l'opposa à Monteverdi ; Praetorius l'offrait en modèle.

Une œuvre novatrice

On ne peut séparer les Gabrieli dans leur rôle de créateurs d'un style neuf et original fondé sur les traditions et les habitudes existantes ; leur génie est d'avoir été le trait d'union entre la polyphonie et la musique moderne. Leurs arts se complètent : Andrea s'est exprimé davantage par la polyphonie vocale, Giovanni a su, par la polyphonie instrumentale, donner naissance à une véritable musique symphonique. L'esprit de cette œuvre, comme sa forme, est inséparable du cadre pour lequel elle a été écrite. Comme la rigueur et le recueillement de la chapelle Sixtine ont pu infléchir l'art de Palestrina, la basilique Saint-Marc, éblouissante sous les ors et la polychromie de ses mosaïques et de ses marbres, a incontestablement suscité la naissance de musiques somptueuses accordées aussi bien à l'amour du peuple pour le chant qu'à son goût pour le spectacle et l'apparat, et répondant aux ressources précises offertes par son architecture : les cinq coupoles qui répercutent les échos, les deux orgues placés dans les tribunes de chaque côté du chœur ont concouru à la recherche d'effets de relief sonore de façon à faire valoir l'acoustique particulière de l'église.

En 1587, un an après la mort d'Andrea, une première édition de onze volumes réunissant soixante-sept de ses cantates et dix de celles de son neveu fut publiée à Venise, sous le titre général de Concerti d'Andrea e di Giovanni Gabrieli, organiste della Serenissima Signoria di Venezia, contenenti musica da chiesa, madrigali ed altro, per voci e strumenti musicali. La dédicace qui l'accompagnait, adressée au comte Jacob Fugger d'Augsbourg, était due à Giovanni qui, après avoir rappelé ce qu'il devait à l'enseignement de son oncle, vantait « son habileté, sa prodigieuse facilité d'invention, son style, sa manière gracieuse d'écrire [...]. Je pourrais dire aussi que ses ouvrages sont les témoins irrécusables qu'il fut unique dans l'évolution des sons qui expriment le mieux la force de la parole et de la pensée. »

Novateur, Andrea le fut dans tous les genres qu'il traita, et tout d'abord dans ces grandes œuvres chorales, les Concerti, auxquels il mêle les instruments, aussi bien que dans les madrigaux, chants sacrés, messes, dont il multiplia la polyphonie jusqu'à atteindre parfois seize voix et qui constituent son importante production religieuse. Il écrivit en outre des chœurs pour accompagner l'Edipo Tirano de Sophocle, représenté en 1585 au Teatro olimpico de Vicence dans la tradition d'Orsato Giustiniani. Témoignage unique du point de vue historique, cette composition, dont le caractère fondamental dérive du madrigal, compte au nombre des ouvrages les plus remarquables du répertoire du xvie siècle. Par la façon dont il a combiné les voix avec le sens du texte, accordé des phrases chantées à la structure de la phrase, Andrea Gabrieli se révèle ici le précurseur du drame lyrique.

Sa musique instrumentale, tout aussi remarquable, comprend [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GABRIELI ANDREA (1533 env.-1586) & GIOVANNI (1555 env.-1612)  » est également traité dans :

GABRIELI (G.) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 409 mots

Entre 1554 et 1557 Naissance de Giovanni Gabrieli, probablement à Venise ; il est le neveu d'Andrea Gabrieli.1575-1579 ou 1580 Giovanni Gabrieli séjourne à la cour du duc de Bavière Albrecht V, à Munich, où il étudie auprès de Roland de Lassus. […] Lire la suite

SACRAE SYMPHONIAE (G. Gabrieli)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 241 mots

La publication, en 1597, des Sacrae Symphoniae de Giovanni Gabrieli constitue une étape capitale dans l'histoire de la musique. Ce recueil de 62 pièces pour chœurs et ensembles instrumentaux marque en effet un profond bouleversement : le passage du monde ancien de la polyphonie a cappella rigoureuse à la nouvelle esthétique […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Les interférences entre structures sonores et espaces structurés »  : […] C'est à l'acousticien et musicologue allemand Fritz Winckel que l'on doit d'avoir élaboré une histoire plausible – à la fois concrète, précise et raisonnée – des interrelations de l'architecture et de la musique, examinées sous l'angle décoratif et non plus formel. On en résumera ici brièvement les principales étapes. Première remarque : tout ou presque, dans le cours d'une telle histoire, est aff […] Lire la suite

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 762 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En Italie : les Scarlatti »  : […] En Italie, les deux Gabrieli, Andrea et Giovanni, l'oncle et le neveu, sont, sous l'impulsion du Flamand Willaert, spécialiste du madrigal, les chefs de l'école vénitienne du xvi e  siècle. C'est surtout le second, Giovanni (1557-1612), qui se distingua. Ses œuvres religieuses et instrumentales sont considérables et ont eu une grande répercussion internationale. Entre ces deux musiciens, Claudio […] Lire la suite

CONCERTO

  • Écrit par 
  • Ida GOTKOVSKY
  •  • 1 179 mots

Dans le chapitre « Origine du concerto »  : […] Le mot même de concerto semble traduire une ambiguïté fondamentale reposant sur une double étymologie entre les deux versions de laquelle philologues et musicologues ne peuvent se résoudre à trancher. « Concerto » vient-il du latin concertare , qui signifie lutter, ou de conserere , qui veut dire unir ?... En fait, la question importe peu, puisque les deux sens se confondent, tant il est vrai que […] Lire la suite

HASSLER HANS LEO (1564-1612)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 416 mots

Né à Nuremberg, Hassler fut le premier grand musicien de son pays à se former en Italie. Après avoir grandi dans la tradition de Lassus, que représente à Nuremberg Leonhardt Lechner, il se rend en 1584 à Venise et y approfondit ses connaissances auprès d'Andrea Gabrieli tout en se liant d'amitié avec son neveu Giovanni Gabrieli, futur maître de Heinrich Schütz. Organiste d'Octavien II Fugger à Aug […] Lire la suite

MOTET

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 3 062 mots

Dans le chapitre « Le motet polyphonique de la Renaissance »  : […] Tandis que les derniers compositeurs de l'Ars nova versaient dans l'intellectualisme, se complaisant dans les artifices graphiques et les jeux mathématiques, l'école franco-flamande prenait son essor avec Dufay. Le motet et, d'une façon générale, l'écriture polyphonique devaient au cours du xv e siècle se libérer des vieilles contraintes, s'aérer, tendre vers un plus grand équilibre entre les div […] Lire la suite

ORCHESTRE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Historique de l'orchestre symphonique »  : […] Pendant une période assez longue de l'histoire de la musique, les compositeurs écrivaient indifféremment pour des instruments quelconques sans que leur nature et leurs caractéristiques interviennent en tant qu'éléments constitutifs de l'œuvre. Assez fréquemment, d'ailleurs, les parties instrumentales se bornaient à doubler et à renforcer les parties vocales. Dans le cas de la musique de chambre, […] Lire la suite

Ricercar del duodecimo tuono a 4, GABRIELI (Andrea)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 495 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Élève du Flamand Adrian Willaert, l'Italien Andrea Gabrieli est avec son neveu Giovanni Gabrieli (1555 env.-1612) l'une des personnalités les plus importantes de l'école vénitienne. Organiste à Saint-Marc de Venise, il compose de nombreuses pièces de musique vocale sacrée, parmi lesquelles un livre de Sacrae Cantiones (1565), des œuvres pour orgue et quelque 250 madrigaux profanes, pièces vocales […] Lire la suite

SCHÜTZ HEINRICH

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Köstritz à Venise et Kassel (1585-1613) »  : […] Heinrich Schütz (Henricus Sagittarius, de son nom latinisé) naît le 14 octobre 1585 (selon Otto Brodde) à Köstritz, près de Gera (entre la Thuringe et la Saxe). En 1591, la famille s'installe à Weissenfels, où son père possède une auberge à l'enseigne «  Zum Schützen  ». Il apprend les premiers éléments de musique auprès du cantor Georg Weber et de l'organiste Heinrich Colander ; il devient rapide […] Lire la suite

Pour citer l’article

France-Yvonne BRIL, « GABRIELI ANDREA (1533 env.-1586) & GIOVANNI (1555 env.-1612) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gabrieli-andrea-et-giovanni/