FUNGI IMPERFECTI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Principes de classification

En l'absence des critères naturels fournis par la reproduction sexuée, la classification des champignons imparfaits est fondée sur la morphologie de leurs appareils de multiplication végétative. Actuellement, le seul système de classification à peu près exhaustif reste celui de P. A. Saccardo (1884-1886) ; il accorde une importance primordiale à l'aspect du champignon et aux caractères de couleur et de septation des spores. La présence ou l'absence d'un organe de fructification défini détermine quatre ordres : les Sphœropsidales, dont les conidies se développent à l'intérieur d'un conceptacle ou pycnide ; les Mélanconiales qui produisent leurs conidies sur un réceptacle plat ou acervule ; les Hyphomycétales (= Hyphales) dont les appareils conidiens sont épars sur le mycélium ; les Mycelia sterilia, représentés par un thalle dépourvu de spores. Les Sphæropsidales et les Mélanconiales, qui forment un groupe biologiquement homogène, sont parfois réunies sous la dénomination collective de Cœlomycètes. L'ordre des Hyphomycétales, de loin le plus important (plus de 600 genres), comporte quatre familles fondées sur des critères de valeur inégale, couleur du thalle et des spores, groupement des conidiophores : les Mucédinacées, de couleur claire, et les Dématiacées, noires ou de teinte sombre, ont leurs conidiophores libres ; les Tuberculariacées ont des conidiophores courts groupés sur de petits stromas pustuleux ou tubercules ; les Stilbacées sont caractérisées par des faisceaux compacts de conidiophores associés en corémies ou synnemas. Les unités systématiques d'ordre inférieur sont enfin définies par le mode de septation des spores, puis par leur disposition sur les conidiophores.

Ce système se présente, avant tout, comme une clé dichotomique destinée au classement et à l'identification des champignons imparfaits ; à ce titre son utilité est indéniable, en dépit des nombreuses critiques qu'on peut lui faire. Les taxinomistes modernes recherchent des bases de classification plus rationnelles, qui rendrai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : sous-directrice du laboratoire de cryptogamie au Muséum national d'histoire naturelle

Classification


Autres références

«  FUNGI IMPERFECTI  » est également traité dans :

CHAMPIGNONS

  • Écrit par 
  • Jacques GUINBERTEAU, 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT, 
  • Jean Marc OLIVIER
  •  • 10 942 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les « fungi imperfecti » »  : […] Les fungi imperfecti ne représentent pas une entité taxonomique fiable ; ce sont essentiellement des ascomycètes, mais aussi quelques basidiomycètes qui ne réalisent pratiquement jamais (ou dont on ne connaît pas) la reproduction sexuée (fig. 10) . Ils se multiplient par des propagules morphologiquement très diverses, mais dont l'ontogénie dérive de deux types fondamentaux : l'arthrospore, articl […] Lire la suite

LEVURES

  • Écrit par 
  • Jacques BOIDIN, 
  • Jean-Bernard FIOL, 
  • Simone PONCET
  • , Universalis
  •  • 3 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Morphologie, cytologie et reproduction »  : […] Les Levures, bien qu'utilisées inconsciemment par l'homme depuis plus de 5 000 ans pour la préparation de boissons alcoolisées, ne sont en fait considérées comme les êtres vivants unicellulaires responsables de la fermentation que depuis le xix e  siècle. F. J. F. Meyen, en 1837, propose le nom de Saccharomyces pour la levure de bière, organisme incolore de petite taille, qui se reproduit par bou […] Lire la suite

MYCOSES

  • Écrit par 
  • Patrick JOLY, 
  • Gabriel SEGRETAIN
  • , Universalis
  •  • 6 989 mots

Dans le chapitre « Les champignons pathogènes pour l'homme et les animaux »  : […] Tous les champignons pathogènes pour l'homme et les animaux sont microscopiques. Ils se cultivent en général facilement sur des milieux sucrés, mais leur développement est le plus souvent lent. Leur identification est fondée soit sur l'étude de la sporulation, qui ne se produit qu'au contact de l'air (il faut donc cultiver ces champignons sur milieux solidifiés par de la gélose), soit sur la déte […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline NICOT, « FUNGI IMPERFECTI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fungi-imperfecti/