FRUSTRATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La généalogie de la notion

Analyse lexicographique

La frustration désigne un état consécutif à la perte d'un objet ou au fait qu'un obstacle s'interpose qui empêche la « prise » et relance la « chasse ». C'est dire que ce mot risque de devoir assumer le paradoxe qui fait préférer la chasse sans la prise à la prise sans la chasse.

Il n'est donc pas si sûr que la satisfaction d'un besoin mette un terme à ce qu'il faut entendre comme étant la frustration. Aussi a-t-elle beau désigner un état, elle ne concerne pas le sujet de cet état en tant qu'organisme ; sans quoi, il n'y aurait plus lieu de distinguer la frustration de la privation.

Il ne s'agit pas non plus, cependant, de ce qui serait pour ainsi dire le côté subjectif d'une négation. Il est justement notable que l'emploi ait fixé les choses en français, de telle sorte que le terme désigne bien le corrélat d'un manque, sans que celui-ci corresponde pourtant à la privation d'un besoin ou à la négation d'un désir, mais à quelque chose qui se situe au niveau de la demande et de ses figures.

C'est toujours une « attente » qui est frustrée, souligne le « Littré », qui met beaucoup plus l'accent sur ce qu'il appelle le sens figuré que sur le sens propre, qui dérive du latin frustrari et signifie léser quelqu'un, alors que le verbe finit en français par être pris dans une tournure idiomatique où il a des compléments obligés (l'espoir ou l'attente) ; quant au substantif, il en vient à signifier non plus un état, mais plutôt l'action de tromper ou de décevoir, cela impliquant un dit premier ayant forme de contrat ou de promesse.

Or c'est là, très précisément, ce qu'exprime le terme allemand de Versagung, où la racine sagen (dire) reste encore souvent sensible. Pourtant, alors même que l'anglais choisit constamment pour ce terme la traduction par frustration, on peut constater que les traductions françaises des écrits de Freud, quand elles ne s'inspirent pas de l'anglais, préfèrent, suivant le contexte, ou « refu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, ancien élève de l'École normale supérieure, membre fondateur des Cartels constituants de l'analyse freudienne

Classification


Autres références

«  FRUSTRATION  » est également traité dans :

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Restrictions au mouvement physique »  : […] Les adolescents passent un nombre incalculable d'heures à faire des choses qu'ils préféreraient ne pas faire, que ce soit à travailler pour gagner leur vie dans les pays pauvres et en développement, ou, dans les pays riches, à rester derrière une table d'école à ingérer des informations et des concepts qui leur semblent souvent abstraits ou inutiles. Ce sentiment de frustration peut être accru ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolescence/#i_8316

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La psychose »  : […] Bion a élaboré ses conceptions concernant la psychose pendant les années 1950-1962 et les a explicitées dans Second Thoughts (1967). Il reprend au modèle de l'appareil psychique, présenté par Freud dans l'aporétique chapitre VII de L'Interprétation des rêves (1900), le thème de la conscience comme organe de perception périphérique, en double contact, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilfred-r-bion/#i_8316

INTERPRÉTATION

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 6 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'objet de l'interprétation »  : […] On en vient alors à se poser une dernière question : qu'est-ce qui est interprété ? La réponse n'est sans doute pas facile si l'on veut désigner des contenus précis, par exemple les productions de l'inconscient : rêves, fantasmes, lapsus. En fait, on s'aperçoit bien vite que la définition de l'interprétation en psychanalyse ne peut se satisfaire de la référence exclusive au symbole. Il faut ici re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation/#i_8316

PRIVATION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 102 mots

Confondre manque et privation revient à occulter la distinction soulignée par Kant dans l' Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative entre opposition logique et opposition réelle. La connexion logique n'a guère de conséquence réelle : elle comporte une négation sans position, le « manque » consistant en un simple « défaut » d'être. Ainsi un corps en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/privation/#i_8316

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques NASSIF, « FRUSTRATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frustration/