FRONTIÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artificialité des frontières ?

Frontières artificielles et frontières naturelles

La permanence des conflits renvoie à la question de l’artificialité des frontières. Conventions juridiques issues d’une intention politique, les frontières sont traduites par des tracés. En ce sens, les frontières artificielles s’opposent aux tracés naturels qui épousent les formes visibles du relief comme une ligne de crête, un cours d’eau, un marais. Les tracés artificiels doivent donc être démarqués sur le sol par des bornes. Au cours du xxe siècle, à la suite des conflits mondiaux et de la décolonisation, cette idée prend progressivement une connotation plus politique, délaissant le champ de la simple description des tracés pour porter un jugement sur leur pertinence et leur légitimité. Est jugée artificielle la frontière imposée par des puissances extérieures à des populations vaincues sans tenir compte des héritages historiques et culturels, qu’elle soit matérialisée par des bornes ou par un élément naturel.

Le Zambèze

Photographie : Le Zambèze

Un exemple de frontière naturelle. Le Zambèze, quatrième fleuve d'Afrique par la longueur, détermine ici la limite entre la Zambie et le Zimbabwe. 

Crédits : Chris Simpson/ Getty Images

Afficher

Tracés frontaliers et imbrication des minorités nationales

La présence de minorités nationales au sein des États est un motif politique de mise en cause de la légitimité des tracés frontaliers. Les frontières des États d’Asie centrale, nouveaux États issus de l’éclatement de l’URSS en 1991, ont été perçues comme artificielles en raison de l’imbrication des minorités nationales et du nombre important d’enclaves. Dans la vallée du Ferghana, les autorités soviétiques auraient, dans les années 1920, fait table rase non seulement du passé, mais aussi de la géographie. Mais dans les faits, les opérations de découpage visant à asseoir le nouveau régime ont moins été guidées par l’idée de frontière naturelle, jugée bourgeoise, que par des critères ethnolinguistiques selon le principe républicain de l’État-nation, cependant appliqué à une réalité complexe. Parce que le découpage avait un but de contrôle politique dans un environnement international hostile, il a pris en compte les héritages culturels et historiques. Les enclaves correspondent aux modes de vie et aux formes d’occupation de la vallée : pasteurs nomades sur les versants (Kirghizes), agriculteurs et citadins dans les fonds de vallée (Tadjiks et Ouzbeks).

Tracés des frontières et héritages coloniaux

Toutefois, le discours sur l’artificialité des frontières se focalise surtout sur la question des héritages coloniaux. Il se construit souvent en décalage avec la genèse des tracés, comme l’illustrent les frontières postcoloniales du continent africain. Les frontières africaines résultent d’un découpage rapide et exogène : les puissances européennes (notamment la France et le Royaume-Uni), rivales, mais complices, se sont partagé le continent en possessions et en sphères d’influence en un quart de siècle, depuis la conférence de Berlin (1884-1885) jusqu’à l’annexion de la Libye par l’Italie et le partage franco-espagnol du Maroc en 1911-1912. Les limites ont été tracées depuis l’Europe sur des cartes imprécises, avant toute reconnaissance sur le terrain, à la différence des frontières européennes, fixées a posteriori par des traités, après des luttes et des rapports de forces, des affirmations nationales et des mouvements d’émancipation à l’égard des formations impériales. Ces caractères expliquent la forme (lignes géométriques à 42 p. 100) et le support des tracés (réseau hydrographique à 34 p. 100, formes orographiques à 13 p. 100). Selon Michel Foucher, ils ont également donné naissance, dans le contexte de la décolonisation, à un mythe, celui des « cicatrices coloniales », responsables des conflits et du mal-développement, en raison de la manière coercitive et incohérente dont elles avaient été tracées et gérées par les administrations coloniales aux dépens des peuples autochtones, de leurs constructions politiques et de leur occupation du territoire.

Le partage de l’Afrique

Photographie : Le partage de l’Afrique

Lors de la Conférence de Berlin (1884-1885), les puissances coloniales européennes redessinent les frontières de l'Afrique. Carte extraite de La Grande Encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, publiée à Paris entre 1886 et 1912 par Lamirault et Cie. 

Crédits : courtesy of Michigan State University Libraries

Afficher

Ce discours sur l’artificialité des frontières africaines néglige néanmoins l’importance des négociations entre les puissances européennes, lors de la conférence de Berlin, pour produire des limites entre les empires coloniaux, ainsi que la prise en compte des réalités politiques régionales et locales de la période précoloniale. Ainsi, l’indirect rule des Britanniques a conduit à figer des limites anciennes en transformant les pouvoirs locaux en auxiliaires coloniaux. Plus globalement, les tracés colonia [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Grande Muraille de Chine

Grande Muraille de Chine
Crédits : v.apl/ Shutterstock

photographie

Le glissement de la frontière polonaise (1939-1945)

Le glissement de la frontière polonaise (1939-1945)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Le Zambèze

Le Zambèze
Crédits : Chris Simpson/ Getty Images

photographie

Le partage de l’Afrique

Le partage de l’Afrique
Crédits : courtesy of Michigan State University Libraries

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de géographie, enseignant-chercheur, université de Perpignan Via Domitia

Classification

Autres références

«  FRONTIÈRE  » est également traité dans :

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des bantoustans aux États noirs »  : […] Tandis que la séparation verticale des races concerne toutes les communautés, la politique des bantoustans ne vise que la communauté africaine, la grande majorité des non-Blancs. Mais, en trente ans, cette politique a subi des inflexions nombreuses et, à certains égards, elle demeure fluide. La création des bantoustans a été un pari qui apparaît perdu en cette fin du xx e  siècle. Au départ, elle […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Intangibilité des frontières et État-nation »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le tracé des frontières en Europe centrale et orientale ne fut nullement établi dans la perspective du règlement de la question nationale. Les frontières nationales recouvrent aujourd'hui davantage qu'avant guerre les frontières ethniques essentiellement en raison de l'extermination de la plupart des quatre millions de juifs qui peuplaient la région dan […] Lire la suite

FOUCHER MICHEL (1946- )

  • Écrit par 
  • Gilles LEPESANT
  •  • 1 119 mots
  •  • 1 média

Géographe et diplomate, Michel Foucher (né le 6 août 1946) est un spécialiste de la géopolitique, et notamment de la notion de frontière . Il a explicité dans une soixantaine de publications les enjeux géopolitiques mondiaux, mettant en œuvre une méthode qui articule les échelles d’analyse et les différentes temporalités. Ses premiers séjours et travaux de recherche furent consacrés à l’Amérique […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'annexion du Calaisis et des Trois-Évêchés »  : […] Assez paradoxalement, ce ne fut pas vers le sud-est, où les efforts des Français s'étaient fait le plus sentir, que l'extension territoriale fut la plus importante et la plus durable, mais sur les frontières septentrionales et orientales du royaume. Pourtant, les premiers événements du siècle n'avaient guère été favorables à la monarchie française dans ces régions. Après Pavie et la captivité de F […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La cité et l'espace »  : […] Des théoriciens ont parfois conçu des cités grecques « sans territoire », et de telles cités ont même pendant un court moment existé, par exemple lorsque les Athéniens, à la veille de Salamine (480 av. J.-C.), évacuèrent Athènes, ou lorsque les mercenaires au service de Cyrus le Jeune (403 av. J.-C.) se constituèrent en cité errante. En fait, toute cité s'inscrit dans un espace qui prend une valeu […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Marches et frontières »  : […] Dans ces conditions, le problème des contacts entre États se transforme. Au xv e  siècle, la cartographie politique n'existait pas. Quelle vision de son État pouvait avoir un dirigeant ? Probablement celle d'une liste de villes, soigneusement conservée dans les archives-terriers. Le Moyen Âge n'a pas connu de lignes frontières. Le long des zones de contact, les droits se superposent et s'imbrique […] Lire la suite

GUYANES BOUCLIER DES

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 5 375 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le « Pays sans nom » aux frontières de la colonisation européenne »  : […] Au début du xxi e  siècle, le partage colonial est encore inachevé dans l'intérieur des terres. La faiblesse du contrôle étatique, d'un côté, permet l'enracinement et la croissance des sociétés amérindiennes, et de l'autre, elle les met en danger. Ainsi, dix-sept groupes réunissant 143 519 personnes sont localisés sur les frontières, souvent contestées, entre États. Avec un total de 1 150 kilomèt […] Lire la suite

IRAK-IRAN (GUERRE)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 3 780 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les frontières »  : […] Mais cette lutte, que les antagonistes représentent comme un conflit de civilisations, renouvelle, à ce titre, une contestation multiséculaire sur les frontières, aggravée par le fait que des minorités y revendiquent leur indépendance ou autonomie. Inégalement partagée entre Iran et Irak, la Mésopotamie a été, de tout temps, un couloir pour les invasions asiatiques et, dès la plus haute antiquité, […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Unité nationale et ouverture internationale »  : […] À l'instar des autres pays d'Asie centrale, l'Ouzbékistan indépendant mène une politique d'affirmation de l'État qui repose sur l'unification de l'espace national et sur l'insertion dans la communauté internationale. La politique d'aménagement du territoire vise à moderniser et reconfigurer les réseaux de transport continentaux – routiers et ferroviaires – de façon à améliorer les relations entre […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5 mai 2022 Royaume-Uni. Victoire du Sinn Fein aux élections législatives en Irlande du Nord.

Paul Givan avait démissionné de ses fonctions de Premier ministre en février dernier, en signe de protestation contre le protocole nord-irlandais inclus dans l’accord de Brexit, qui instaure une frontière douanière entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. Jeffrey Donaldson indique que son parti refusera de nommer un Premier ministre adjoint, comme le prévoit l’accord du Vendredi saint, tant que Londres n’aura pas renégocié ce protocole. […] Lire la suite

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Le 1er, la Russie accuse l’armée ukrainienne d’avoir détruit un dépôt de carburant dans la ville russe de Belgorod, proche de la frontière nord-est de l’Ukraine. Kiev ne confirme pas cette attaque. Moscou l’accusera d’autres attaques de villes frontalières russes au cours du mois, que Kiev démentira. Le 2, Kiev annonce l’évacuation de plus de trois mille civils du port de Marioupol, dans le sud du Donbass, qui est assiégé par les forces russes depuis plusieurs semaines. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 13, un tir fourni de missiles russes détruit la base militaire de Yavoriv, proche de Novoyavorivsk, dans l’ouest du pays, à une vingtaine de kilomètres de la frontière polonaise, faisant au moins trente-cinq morts. La base, qui abritait avant la guerre un centre d’entraînement de l’OTAN, servait à la formation de volontaires internationaux venus combattre au côté des Ukrainiens et recevait des équipements militaires envoyés par l’Occident. […] Lire la suite

8 mars 2022 Mali. Attaques meurtrières de l'organisation État islamique.

À partir du 8, plusieurs centaines de combattants de l’organisation État islamique dans le Grand Sahara (EIGS) affrontent les groupes armés touaregs du Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA) et du Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (GATIA) lors d’une série d’opérations dans la région de Ménaka, dans l’est du pays, à la frontière du Niger. […] Lire la suite

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 15, les agences russes font état d’informations du ministère de la Défense annonçant un retrait d’une partie des forces russes stationnées le long de la frontière ukrainienne. Le lendemain, Washington comme l’OTAN constateront, au contraire, un renforcement de ces forces à la frontière. Le 15 également, la Douma adopte une résolution appelant le Kremlin à reconnaître l’indépendance des deux « républiques » séparatistes prorusses de Donetsk et de Louhansk situées dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume LACQUEMENT, « FRONTIÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frontiere/