FRONDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les circonstances

Deux circonstances ont contribué à l'éclatement de la crise : la guerre avec la maison d'Autriche et la minorité du roi.

La guerre durait depuis 1635 et paraissait s'éterniser. Les négociations engagées avec l'empereur et les princes allemands allaient aboutir bientôt à la paix sur le Rhin, tandis que la lutte se poursuivait contre les armées espagnoles à la frontière du Nord, du reste à l'avantage des Français. Les hostilités obligeaient le gouvernement à des dépenses disproportionnées à ses ressources. Il fallait recourir à des emprunts et des augmentations d'impôts sous diverses formes : taxes, créations de nouveaux offices, car les charges publiques étaient vénales. Or, comme les impôts étaient affermés à des traitants, qui consentaient aussi des prêts au Trésor, les difficultés publiques enrichissaient un groupe privilégié d'hommes d'affaires, tandis qu'elles causaient l'appauvrissement, voire la ruine de toutes les autres classes de la population. La politique fiscale était si mal supportée que de fréquentes révoltes avaient éclaté en province, dans les milieux populaires, mais avec la complaisance ou la participation de nobles. Étaient-elles le prélude d'une guerre civile générale ? Richelieu les avait réprimées sévèrement.

La minorité du roi créait une situation dangereuse. La France n'avait pas de constitution écrite ; elle était régie par la coutume, faite de traditions aux limites imprécises et qui se contenaient les unes les autres dans un équilibre fragile. À la mort de Louis XIII (1643), la reine Anne d'Autriche avait obtenu du parlement de Paris qu'on lui confiât l'exercice de la régence. Elle gouvernait depuis cinq ans, avec son Premier ministre, le cardinal Mazarin, auquel on reprochait, à Paris, d'être italien et de favoriser des dépenses de cour qui semblaient un défi à la gêne du pays. La monarchie était absolue. Personne n'en contestait le principe ; au début de 16 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  FRONDE  » est également traité dans :

BOURBONS

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 6 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une famille nombreuse »  : […] Au xvii e  siècle, la famille royale se compose surtout des reines Marie de Médicis (1573-1642) et Anne d'Autriche (1601-1666), la première malhabile pendant la minorité de Louix XIII à défendre les droits du roi, la seconde, comme la première, au cœur de tous les complots du vivant de Louis XIII et de Richelieu, mais contribuant avec Mazarin, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourbons/#i_24859

BROUSSEL PIERRE (1575 env.-1654)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 159 mots

Conseiller au parlement de Paris en 1637, Pierre Broussel n'est entré dans l'histoire que parce qu'apparemment il a été considéré comme un des chefs de la Fronde. Très populaire, menant un train de vie modeste, il se fait le porte-parole de l'opposition parlementaire contre les édits de Mazarin. Son arrestation, le 26 août 1648, suscite une émeute : il est relâché au bout de deux jours. Son rôle r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-broussel/#i_24859

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la révolution occitane à la chanson populaire »  : […] La Chanson de Roland (vers 1100) et d'autres chansons de geste, psalmodiées, accompagnées d'instruments, les lais de Marie de France, poétesse établie en Angleterre (active entre 1160 et 1185), relèvent-ils de la chanson, hors du système couplets-refrain ? Une chose est certaine : la première grande révolution chansonnière se situe en Occitanie, avec l'apparition des troub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_24859

CHARLES IV (1604-1675) duc de Lorraine (1625-1675)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 341 mots

Fils de François, comte de Vaudémont, frère du duc Henri II, Charles IV devint duc lorsque son père abdiqua en 1625. Chevaleresque mais inconsistant, il fut mêlé à toutes les querelles européennes et crut habile, pour protéger son duché en pleine guerre de Trente Ans, de combattre la France, sa puissante voisine. Il négocia ainsi avec l'Angleterre et les Habsbourg contre la France et la Suède. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-iv-1604-1675-duc-de-lorraine-1625-1675/#i_24859

CONDÉ LOUIS II DE BOURBON prince de, dit LE GRAND CONDÉ (1621-1686)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 557 mots

Fils de Henri II de Bourbon, frère de la duchesse de Longueville et du prince de Conti, arrière-petit-fils du célèbre Louis I er de Bourbon, tué à la bataille de Jarnac en 1569, le prince de Condé fait d'excellentes études chez les jésuites de Bourges ; il épouse, en 1641, l'une des nièces de Richelieu. Très jeune, il devient la gloire de l'armée française. C'est le type […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conde/#i_24859

CONTI LES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 1 008 mots

Branche cadette de la maison de Bourbon. Conti est un village de Picardie entre Amiens et Montdidier. La maison fut formée en 1551 en faveur de Louis I er de Bourbon et s'éteignit en 1614 avec la mort de François son troisième fils. Elle fut relevée vers 1630 en faveur d'Armand de Bourbon, frère du Grand Condé, et dura jusqu'en 1814. Armand sembla d'abord se destiner à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-conti/#i_24859

ÉTATS GÉNÉRAUX, France

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 3 096 mots

Dans le chapitre « Opposition de l'autorité royale »  : […] Au temps de la première Fronde, en janvier 1649, Mazarin fit annoncer la convocation des états généraux à Rouen pour le 15 mars. La Cour, au même moment, quittait Paris pour Saint-Germain. Des assemblées électorales se tinrent dans plusieurs bailliages au mois de février, mais la soumission des frondeurs parlementaires permit à la Cour de revenir sur sa décision. On reporta la réunion au 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-generaux-france/#i_24859

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le renforcement de l'unité du royaume »  : […] La France des xvi e et xvii e  siècles est un ensemble fort disparate. Les pays d'états sont jaloux de privilèges que n'ont pas ou n'ont plus les pays d' élections (représentation des trois ordres, consentement à l'impôt). Les coutumes comme les langues varient de province à province. Chaque vill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_24859

GONDI LES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 403 mots

Famille d'origine toscane, établie à Retz en France au xvi e  siècle, et dont les membres jouent un rôle important à la cour, au conseil, dans la diplomatie, l'armée et l'Église. Le membre le plus illustre de la famille Gondi est le cardinal de Retz, Jean François Paul (1613-1679) , coadjuteur de l'évêque de Paris pendant la Fronde. Troisième fils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-gondi/#i_24859

GONZAGUE ANNE DE, princesse palatine (1616-1684)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 299 mots

Seconde fille de Charles de Gonzague, duc de Nevers et de Mantoue, qui la destinait au cloître, Anne de Gonzague fut envoyée avec sa jeune sœur à Fare-Moutier où l'abbesse Françoise de La Châtre devait la préparer à « cette vocation ». Son père mort, elle quitta le couvent pour vivre avec sa sœur aînée. Belle, dotée d'un esprit fin, elle plut à la cour d'Anne d'Autriche et eut une liaison avec Hen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-de-gonzague/#i_24859

LE TELLIER MICHEL (1603-1685)

  • Écrit par 
  • André CORVISIER
  •  • 296 mots

Fils d'un conseiller à la Cour des aides, Michel Le Tellier fait de solides études juridiques et embrasse la carrière administrative. Il est successivement conseiller au Grand Conseil (1624), procureur du roi au Châtelet (1631), maître des requêtes (1639), intendant à l'armée du Piémont (1640). Apprécié dans cette fonction par Mazarin, il devient secrétaire d'État à la Guerre en avril 1643. Il don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-le-tellier/#i_24859

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La poésie »  : […] En poésie, par exemple, parmi les quelque quatre cents poètes qui publient entre 1600 et 1630, la modernité du lyrisme véhément de Théophile de Viau , naturaliste, imaginatif et rebelle, diffère en tout de celle de Malherbe , raisonnée et architecturée, coulée dans le moule des formes prosodiques héritées de l’antique, pourtant en rupture revendiquée avec la « passion mythologique » qui caractéris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_24859

LONGUEVILLE ANNE GENEVIÈVE DE BOURBON-CONDÉ duchesse de (1619-1679)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 546 mots

Princesse française, né le 28 août 1619 à Vincennes, morte le 15 avril 1679 à Paris. Fille d'Henri II de Bourbon, prince de Condé, et de Charlotte de Montmorency, Anne Geneviève de Bourbon-Condé naît au château de Vincennes, où ses parents ont été emprisonnés. Ces derniers s'étaient en effet opposés au maréchal d'Ancre, favori de Marie de Médicis, laquelle assure la régence pendant la minorité de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-genevieve-de-longueville/#i_24859

MÉMOIRES, Cardinal de Retz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 441 mots

Dans le chapitre « Un conspirateur-né »  : […] La première partie va de 1613 à 1643 : de la naissance de l'auteur à sa jeunesse, à son entrée dans la carrière ecclésiastique sur les ordres de son père et à sa participation aux premiers complots contre Richelieu. Le tableau qu'il fait, au milieu de son récit, de l'histoire de la France, le mène évidemment à censurer durement le passage à l'absolutisme qui s'opère alors. La deuxième partie racon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-cardinal-de-retz/#i_24859

MONTPENSIER ANNE MARIE LOUISE D'ORLÉANS duchesse de, dite LA GRANDE MADEMOISELLE (1627-1693)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 349 mots

Digne fille de l'éternel conspirateur, du rival velléitaire et malheureux de Richelieu et de Mazarin, Gaston d'Orléans, et de sa première femme, Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier. Deux événements, l'un plus romanesque que l'autre, ont dominé la vie de la Grande Mademoiselle. Le 2 juillet 1652, l'armée royale sous le commandement de Turenne est sur le point de battre celle de Condé, quand e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-marie-louise-d-montpensier/#i_24859

RETZ JEAN FRANÇOIS PAUL DE GONDI cardinal de (1613-1679)

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse HIPP
  •  • 1 620 mots

Dans le chapitre « « Dans le parterre » »  : […] Il a commencé sa vie à Montmirail ; très tôt « attaché à l'Église », il mène de front, dès 1632, galanteries, duels, études. En 1639, il entre en littérature avec une nouvelle historique, La Conjuration de Fiesque , épisode de l'histoire de Gênes au xvi e  siècle : il s'y inspire de l'Italien Mascardi et, peut-être, de la tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-paul-de-retz/#i_24859

SAINT-ANTOINE FAUBOURG

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 851 mots

Édifié à partir du xvi e  siècle autour de l'abbaye du même nom, entre la Bastille et la place du Trône, le faubourg Saint-Antoine a été, à plusieurs reprises, un lieu d'affrontements et un foyer d'agitation dans la capitale, et cela dès le xvii e  siècle. S'il ne prit pas part à la Fronde civile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faubourg-saint-antoine/#i_24859

TURENNE HENRI DE LA TOUR D'AUVERGNE vicomte de (1611-1675)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 1 435 mots

Sans doute le plus grand homme de guerre qu'ait produit la France avant Napoléon. Taciturne et souvent bourru, Turenne cachait mal, sous une apparence de froideur une chaude humanité qui le faisait adorer de ses hommes. Stoïque dans les revers comme réservé dans les victoires, ambitieux uniquement de la gloire, généreux au point de payer ses soldats en puisant dans sa propre fortune, il était dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turenne-henri-de-la-tour-d-auvergne-vicomte-de/#i_24859

Pour citer l’article

Victor-Lucien TAPIÉ, « FRONDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fronde/