LANG FRITZ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Amérique, 1934-1957 : la maturité

La carrière américaine de Lang fut plus disparate mais tout aussi riche que sa période allemande. Aussi germanique qu'il était en Allemagne, il fut américain aux États-Unis, et cette apparente rupture ne fut en réalité que le fruit d'une évolution intérieure. Allant d'une compagnie à une autre, Lang devient plus éclectique – c'est-à-dire plus universel – que jamais. Il attaque le lynchage (Furie) et l'intolérance sociale (J'ai le droit de vivre). Hitler et sa clique sont la cible de plusieurs de ses films (Le Ministère de la Peur, Cape et poignard, Chasse à l'homme et surtout Les bourreaux meurent aussi, consacré à l'assassinat d'Heydrich, et pour lequel Lang fit appel à Bertolt Brecht). Il adapte des classiques de la littérature française : La Bête humaine de Zola (Désirs humains) et La Chienne de Georges de La Fouchardière (La Rue rouge), étrangement transposés aux États-Unis.

Du cinéma américain, il prend les deux genres les plus dramatiques : le western et le film policier, y retrouvant ses vieux thèmes de la vengeance, de la corruption, de la soif de puissance et de la justice. Ce sont Le Retour de Frank James, équivalent américain de la légende des Nibelungen, L'Ange des Maudits, Les Pionniers de la Western Union, Règlement de comptes, La Cinquième Victime, L'Invraisemblable Vérité. Au milieu de cette carrière apparaissent des films rares, flamboyants chefs-d'œuvre comme Les Contrebandiers de Moonfleet et House by the River qui sont à la fois un temps de réflexion et la preuve éclatante d'une perfection stylistique.


Médias de l’article

Fritz Lang

Fritz Lang
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Le tournage de Metropolis

Le tournage de Metropolis
Crédits : Hulton Getty

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : historien du cinéma, responsable du département cinéma de France 3

Classification


Autres références

«  LANG FRITZ (1890-1976)  » est également traité dans :

LANG FRITZ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 952 mots

5 décembre 1890 Naissance de Fritz Lang à Vienne.1905-1908 Études d'architecture à Vienne, sous l'influence de son père, architecte des travaux publics de la ville. Après quoi le jeune Fritz Lang rompt avec sa famille pour étudier la peinture.1909-1914 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lang-reperes-chronologiques/

METROPOLIS (F. Lang)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 219 mots
  •  • 1 média

Une nuit de 1925 le producteur Erich Pommer et Fritz Lang découvrent les gratte-ciel de Manhattan. Le film qui naîtra de cette vision conclura un triptyque commencé avec Mabuse, le joueur, « tableau d'une époque », et poursuivi avec la légende ancienne des Nibelungen. Ce ne sont pas seulement les moyens mis à la dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metropolis/#i_18142

M LE MAUDIT, film de Fritz Lang

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 970 mots

En 1931, Fritz Lang (1890-1976) est sans doute l'un des deux ou trois cinéastes de culture allemande les plus célèbres. Il a derrière lui une riche carrière de réalisateur de films populaires depuis ses débuts en 1919. Il a réalisé, d'après les mythologies nordique et germanique, quelques fresques historiques très ambitieuses comme Les Troi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-le-maudit/#i_18142

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 335 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du muet »  : […] Certains n'ont pas attendu le retour de la paix pour s'affirmer : Ernst Lubitsch, qui mêle un certain esprit berlinois et une touche d'humour juif, et qui, produit par Davidson, dirige lui-même ses comédies ; Paul Wegener, acteur et metteur en scène ; Richard Oswald, Joe May, Paul Leni, le scénariste Carl Mayer. Mais le cinéma va refléter le bouillonnement artistique de la République de Weimar (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-allemand/#i_18142

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « En Allemagne »  : […] En 1930, en Allemagne, sortent L'Ange bleu , Quatre de l'infanterie ( Westfront 18 ), réalisé par G. W.  Pabst avant L'Opéra de quat' sous . Mais déjà les bandes hitlériennes parcourent les villes. Le nouveau réalisme du cinéma allemand, qui succède aux formes hallucinées de l'expressionnisme et aux lumières moites du cinéma de chambre ( Kammerspiel ), traduit une terrible angoisse. Fritz Lang ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_18142

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'expressionnisme : la mise en scène comme art total »  : […] L'apogée de la mise en scène en tant qu'absolu a été atteint par un mouvement qui demeure un point de repère capital dans l'histoire du cinéma, l'expressionnisme allemand. Jamais la maîtrise sans partage du metteur en scène sur un monde de toiles peintes, de lumière et d'automates n'avait été affirmée, théoriquement comme pratiquement, de façon aussi manifeste que dans un film comme Le Cabinet du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-mise-en-scene/#i_18142

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'avènement du sonore »  : […] L'avènement du sonore mit un terme à ces pratiques aléatoires qui ne peuvent que laisser perplexe dans la mesure où d'une salle à l'autre la perception que le spectateur avait des images pouvait s'avérer différente. Toutefois, il créa de nouveaux problèmes. Une question fondamentale se posa en effet : dès lors que tous les sons émis à l'image étaient audibles, comment justifier la présence d'une m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-musique-de-film/#i_18142

EISNER LOTTE H. (1896-1983)

  • Écrit par 
  • Jacques SICLIER
  • , Universalis
  •  • 609 mots

Née à Berlin, Lotte Eisner se lance dans des études d'histoire de l'art et se plonge dans la littérature. Après la guerre, dans l'Allemagne de la république de Weimar, Berlin devient le centre d'une activité intellectuelle et artistique dont l'effervescence va étonner l'Europe. Un jour, Lotte Eisner lit le manuscrit d'une pièce, Baal , dont l'auteur est Bertolt Brecht. Elle pressent l'importance q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lotte-h-eisner/#i_18142

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 14 608 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les sociétés d'astronautique »  : […] Si la conférence d'Esnault-Pelterie du 8 juin 1927 représente une date marquante dans l'histoire de l'astronautique française, outre-Rhin, un événement majeur se produit un mois plus tard : le 5 juillet 1927, ce qui va devenir l'une des plus célèbres sociétés savantes ayant pour thème le voyage spatial est créée à Breslau. Oberth en deviendra le président en 1929. Il s'agit de la fameuse Verein fü […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-des-pionniers-a-la-fin-de-la-guerre-froide/#i_18142

LE MÉPRIS (J.-L. Godard), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 226 mots

Jean-Luc Godard adapte un roman psychologique d'Alberto Moravia, Le Mépris (1954). La presse s'empare de l'événement. Non pas à cause de Moravia, mais parce que « l'enfant terrible de la Nouvelle Vague » tourne avec Brigitte Bardot, star devenue « mythe », à qui Louis Malle vient de consacrer Vie privée un film entre fiction et documentaire. Face à ce mythe de la femme, de la star, un autre myth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mepris/#i_18142

LE MÉPRIS, film de Jean-Luc Godard

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 101 mots

Adapté du roman d'Alberto Moravia ( Il Disprezzo , 1954), qui décrit la préparation du tournage de L'Odyssée d'Homère par un producteur italien et un réalisateur autrichien, le sixième long-métrage de Jean-Luc Godard – et son film le plus « classique » – ouvre sur une analyse personnelle de la situation du cinéma en 1963, à l'heure des superproductions internationales. Godard utilise le mythe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mepris-jean-luc-godard/#i_18142

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_18142

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick BRION, « LANG FRITZ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fritz-lang/