DELIUS FREDERICK (1862-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre dominée par la voix

La production immense de Delius est très diversifiée : opéras, œuvres chorales avec ou sans orchestre, mais aussi poèmes symphoniques, musique de chambre...

Frederick Delius laisse six opéras : Irmelin (1890-1892), The Magic Fountain (1894-1895), Koanga (1896-1897), A Village Romeo and Juliet (1897-1901), Margot la Rouge (1901-1902), Fennimore and Gerda (1908-1913). Delius est généralement attiré par des récits fantastiques et des cadres exotiques mais son dernier opéra, Fennimore and Gerda, en onze tableaux, s'appuie sur un roman réaliste, Niels Lyhne, de Jens Peter Jacobsen, figure emblématique de la littérature romantique danoise (Jacobsen attirera également l'attention d'Arnold Schönberg pour ses Gurrelieder) : on y voit évoluer, dans le Danemark des années 1860, des personnages aux préoccupations modernes. Les neuf premiers tableaux de cet opéra, qui porte aussi en sous-titre Deux épisodes de la vie de Niels Lyhne, sont un récit des années que le poète Niels Lyhne passe auprès de sa cousine Fennimore et de leur amour manqué. Les deux derniers tableaux traitent de la rencontre de Lyhne avec la jeune Gerda jusqu'à leur mariage. L’autre opéra important de Delius, certainement le plus abouti du point de vue tant de l'écriture que de la forme, est A Village Romeo and Juliet, transposition naturaliste et intimiste du thème de Roméo et Juliette, dont le livret repose sur une nouvelle du romancier suisse Gottfried Keller, Roméo et Juliette de village. Le long duo d'amour présent tout au long de l'opéra en fait une sorte de Liebestod qui permet de considérer cette œuvre comme le Tristan und Isolde anglais, du point de vue tant de son sujet que de son style musical, empreint d'une pathétique grandeur parfois rompue par des évocations impressionnistes de la nature.

Parmi les pièces pour chœur et orchestre, très nombreuses, une œuvre colossale se détache, A Mass of Life (« Une Messe de la vie »), dont le texte, extrait d’Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche, exprime la négation de l'idée même de Dieu et l'affirmation de la vie dans sa volonté absolue. C'est un véritable acte de foi en l'homme qui souffle sur cette œuvre, dont l’écriture posa beaucoup de problèmes à Delius et s'étala dans le temps (entre 1896 et 1905). C'est la même volonté de puissance et de vie qui inspire le Requiem pour soprano et baryton, double chœur et orchestre (1913-1916) : malgré son titre trompeur, cette œuvre est en fait un hymne à la vie et célèbre le retour triomphal du printemps. Sea Drift, pour baryton, chœur mixte et grand orchestre (1903-1904), Songs of Sunset, pour soprano, baryton, chœur mixte et orchestre (1906-1907) et Songs of Farewell, pour double chœur et orchestre (1920-1930), manifestent l'intérêt constant de Delius pour la musique vocale.

Alors que dans ses opéras ainsi que dans ses pièces pour chœur et orchestre Delius s'attache surtout à des formes libres, ses œuvres concertantes l'amènent à réfléchir à la forme sonate. Il compose de nombreuses pièces de musique de chambre et quatre concertos avec orchestre : pour piano (1906), pour violon et violoncelle (1915), pour violon (1916) et pour violoncelle (1921). Ce dernier, qui avait sa préférence en raison de son invention mélodique, comprend quatre mouvements qui s'enchaînent sans interruption, donnant à l'œuvre une unité remarquable ; la grande originalité de cette partition réside dans la création de contrastes au sein d'une grande uniformité : le tempo de l'ensemble est lent tandis que le rythme, très élaboré, varie sans cesse au fil de l'œuvre.

Remarquable orchestrateur, peintre inimitable de la nature, Delius a rédigé, en français, avec Papus (pseudonyme de Gérard Encausse, adepte de l'occultisme et cofondateur de l'Ordre martiniste), Anatomie et physiologie de l'orchestre (Paris, 1894).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « DELIUS FREDERICK - (1862-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frederick-delius/