RIESZ FRÉDÉRIC (1880-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fonctions analytiques, harmoniques et sous-harmoniques

Les démonstrations que Frédéric Riesz et Leopold Fejér ont données du théorème fondamental de représentation conforme, et leur lemme indiquant que tout polynôme trigonométrique p(eit) ≥ 0 peut être écrit sous la forme |q(eit)|2 (où q est aussi un polynôme trigonométrique), sont peut-être les résultats les plus connus de la collaboration de ces deux savants. D'autre part, un célèbre mémoire commun des frères Riesz (1916) étend un théorème de P. Fatou (1906) aux fonctions holomorphes et bornées dans un domaine quelconque limité par une courbe rectifiable ; ils y montrent, entre autres, que toute fonction complexe v à variation bornée telle que :

pour n = 1, 2, ..., est absolument continue.

En analysant certains théorèmes de Hardy (1915), Riesz a reconnu que leur vraie raison ressort de ce que, pour (z) holomorphe, la fonction :

est sous-harmonique. Cela veut dire que toute fonction harmonique h qui majore g sur la frontière d'un domaine la majore aussi à l'intérieur. Cette notion s'étend à un nombre quelconque de variables. Riesz a été l'initiateur d'une étude approfondie de telles fonctions et a démontré en particulier leurs liens avec le potentiel de masses positives, résultat qui a ouvert une nouvelle voie aux recherches sur la théorie du potentiel (cf. théorie du potentiel, ).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RIESZ FRÉDÉRIC (1880-1956)  » est également traité dans :

HILBERT ESPACE DE

  • Écrit par 
  • Lucien CHAMBADAL, 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 3 425 mots

La théorie des espaces hilbertiens trouve son origine dans celle des développements de fonctions arbitraires en séries de fonctions orthogonales, lesquelles apparaissent le plus souvent comme fonctions propres de certains opérateurs différentiels linéaires (séries de Fourier, fonctions sphériques, théorie des oscillations de Sturm-Liouville). À l'occasion de l'étude des équations intégrales, ébauc […] Lire la suite

INTÉGRALES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  • , Universalis
  •  • 2 561 mots

Dans le chapitre « Propriété de compacité »  : […] L' inégalité de Schwarz, appliquée à (3), donne : et : Ces inégalités suggèrent les hypothèses suivantes sur le noyau K : l'espace L 2 (A) contient chaque fonction : et l'application x  → K x est une application continue de A dans L 2 (A). Sous ces hypothèses, réalisées en particulier si K est continu sur le compact A 2 , que l'on munisse C (A) de la norme : comme aux chapitres 2 et 3, ou que l'o […] Lire la suite

INTÉGRATION ET MESURE

  • Écrit par 
  • André REVUZ
  •  • 6 222 mots

Dans le chapitre « L'intégrale comme forme linéaire »  : […] Le fait que l'intégrale est une forme linéaire sur un espace vectoriel de fonctions est si fondamental qu'il peut en constituer une définition ; cependant cette importance n'était pas encore perçue au moment où Lebesgue créait son intégrale. Un des résultats qui contribua le plus à dégager le rôle de cette notion fut le théorème de F.  Riesz, déjà cité, sur l'identité entre les intégrales de Stiel […] Lire la suite

SÉRIES TRIGONOMÉTRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre KAHANE
  •  • 5 481 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] Quoique certaines sommes de séries trigonométriques aient déjà été calculées par L. Euler (cf. analyse harmonique ), on peut considérer que l'histoire des séries trigonométriques remonte à la solution, donnée par D.  Bernoulli, du problème des cordes vibrantes . Le problème est de calculer le mouvement d'une corde, de longueur l , fixée en ses extrémités, et qui est soit écartée de sa position d' […] Lire la suite

SPECTRALE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Lucien CHAMBADAL, 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 4 872 mots

Dans le chapitre « Cas des espaces hilbertiens »  : […] Soit E un espace hilbertien et u un endomorphisme continu de E. Supposons que u est normal, c'est-à-dire que u * u  =  uu * (l'importance de cette classe d'endomorphismes provient du fait que les endomorphismes hermitiens, antihermitiens ou unitaires sont normaux). Alors la norme de u est égale au rayon spectral de u , c'est-à-dire au rayon du plus petit disque de centre 0 contenant le spectre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Béla SZŐKEFALVI-NAGY, « RIESZ FRÉDÉRIC - (1880-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-riesz/