MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète et son œuvre

Quand Lamartine, dans son quarantième Entretien du Cours familier de littérature, rendit célèbre Mistral, le poète avait vingt-neuf ans. « Un grand poète épique est né », « un vrai poète homérique », s'écriait Lamartine. « Nous ne te demandons d'où tu viens ni qui tu es : Tu Marcellus eris », ajoutait-il, après avoir parlé du « poète villageois de Maillane », ce qui correspondait parfaitement aux idées du Lamartine d'après 1848 et du « romantisme du peuple ». En réalité, si Lamartine ne se trompait pas sur le caractère épique de Mirèio, il se trompait sur le poète villageois. Mistral était déjà ce qu'il voulait être : le poète d'un peuple.

Né à Maillane, d'une famille de paysans aisés, le jeune Frédéric reçut l'éducation d'un fils de famille et passa sa licence en droit à Aix-en-Provence. Dans Mes origines, mémoires et récits (Moun espelido, memòri e raconte, 1906), il dira comment sa double vocation, provençale et poétique, est née du sentiment de la déchéance d'un peuple qui rougit de parler sa langue naturelle ravalée au rang de patois. S'il déclare, aux premiers vers de Mirèio, qu'il ne chante que pour les pastre e gènt di mas, c'est parce que ce peuple est son peuple : le peuple de Provence. Son œuvre aurait pu n'être que revendicative, comme le furent bien d'autres œuvres en Europe, en ce temps-là, et comme l'ont été depuis bien d'autres œuvres en Amérique, en Afrique, en Asie. Mais Mistral avait reçu en don le génie poétique.

Ce don, il le manifesta magnifiquement dans Mirèio, d'abord (1859), épopée de la Provence rhodanienne, puis dans Calendal (1867), épopée de la Provence maritime et montagnarde, dans Nerto (1884), nouvelle épique où revit la Provence du temps des papes d'Avignon, dans La Reine Jeanne (La Reino Jano, 1890) qui tient plus de l'épopée que de la tragédie, aussi bien que dans ses deux chefs-d'œuvre lyriques Les Îles d'or (Lis Isclo d'or, 1875) et Les Olivades (Lis Oulivado, 1912) et dans ce singulier Poème du Rhône (Lou Pouèmo dòu Rose, 1897), probablement son chef-d'œuvre le plus pur.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)  » est également traité dans :

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Et Mistral vint... »  : […] Les fortes personnalités de Jasmin ou de Gelu sont caractéristiques d'individus rebelles à toute forme d'organisation ou de regroupement : pour eux, l'occitan est avant tout la langue qui leur permet, par le cri ou les larmes, d'exprimer au plus près certains aspects de la vie populaire. C'est donc sans eux, voire même contre eux et leurs semblables, que prennent forme, autour des années 1850, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/#i_11635

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, « MISTRAL FRÉDÉRIC - (1830-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-mistral/