FRÉDÉRIC Ier (1657-1713) roi de Prusse (1701-1713) électeur de Brandebourg sous le nom de FRÉDÉRIC III

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Électeur de Brandebourg et roi de Prusse (1701-1713), né le 11 juillet 1657 à Königsberg, en Prusse (auj. Kaliningrad, en Russie), mort le 25 février 1713 à Berlin.

En 1688, à la mort de son père le Grand Électeur Frédéric-Guillaume, Frédéric III hérite du titre d'Électeur de Brandebourg et se lance dans la course au titre de roi, qu'il obtiendra treize ans plus tard, avec l'aide de son ancien précepteur, promu Premier ministre, Eberhard von Danckelmann. Pour asseoir ses prétentions, il entretient une cour nombreuse et brillante et une armée sans proportion avec ses territoires.

En politique européenne, Frédéric III s'allie avec l'Autriche et les puissances maritimes (Angleterre et Hollande) contre la France. Quand Guillaume d'Orange traverse la Manche pour accepter la couronne d'Angleterre, les troupes prussiennes sont envoyées aux Pays-Bas (1688) pour protéger ses terres contre d'éventuelles attaques françaises. Par ce geste, Frédéric espère gagner le stathoudérat pour lui ou ses descendants, mais en vain. Bien que les contingents prussiens de l'armée impériale se distinguent partout durant la guerre de la Ligue d'Augsbourg contre Louis XIV (1689-1697), la Prusse ne bénéficie pratiquement d'aucune récompense au traité de Ryswick en 1697. Cependant, le 16 novembre 1700, l'Autriche et la Prusse signent un traité secret permettant à Frédéric de se couronner roi en Prusse, satisfaisant enfin son ambition de longue date. L'Autriche accède à ce couronnement avant tout pour se gagner le soutien de la Prusse dans la guerre qui menace contre la France à propos de la succession d'Espagne. En retour, Frédéric promet de contribuer à l'armée impériale par l'envoi de 8 000 hommes de plus que le contingent prussien normal, de donner la préférence aux Habsbourg parmi les candidats aux élections impériales et de voter avec l'Autriche à la diète allemande sur tous les sujets importants pour autant que les intérêts prussiens le permettent. Ainsi, la Prusse se retrouve-t-elle chargée de lourdes obligations lorsque Frédéric III se couronne roi, sous le nom de Frédéric Ier, le 18 janvier 1701, à Königsberg. Il faudra attendre son fils, Frédéric-Guillaume Ier, et son petit-fils, Frédéric II le Grand, pour réussir à exploiter pleinement cette nouvelle position de la Prusse et transformer le jeune royaume en une grande puissance européenne.

Durant la guerre de Succession d'Espagne (1702-1714), la Prusse reste un allié loyal de l'Autriche et sa contribution militaire s'avère exceptionnelle. Mais là encore, au traité d'Utrecht (1713), les bénéfices territoriaux qu'en retire Frédéric Ier restent minimes : le canton suisse de Neuchâtel et quelques enclaves dans le Bas-Rhin.

L'accession de la Prusse à la monarchie donne une plus grande cohésion aux possessions des Hohenzollern, en transformant en province des domaines divers et dispersés. Frédéric Ier poursuit la politique de développement territorial de son père, affranchit son nouveau royaume de la suzeraineté judiciaire impériale et en accroît les revenus. Un afflux de protestants hollandais et français joue un rôle capital dans la création de nouvelles industries, la mise en valeur de terres et la stimulation de la vie intellectuelle. La fondation de l'université de Halle (1694), de l'académie des Arts (1696) et de l'académie des Sciences de Berlin (1700), dont l'éminent philosophe Gottfried Wilhelm Leibniz est le premier président, contribuent encore au renforcement de l'importance culturelle de la Prusse.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  FRÉDÉRIC I er (1657-1713) roi de Prusse (1701-1713) électeur de Brandebourg sous le nom de FRÉDÉRIC III  » est également traité dans :

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 226 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La fondation du royaume »  : […] Le règne de Georges-Guillaume (1619-1640) correspond aux pires années de la guerre de Trente Ans, celles de la « période suédoise ». Lieu de passage pour les belligérants, le Brandebourg est ravagé et dépeuplé, perdant 140 000 habitants sur les 330 000 qu'il comptait au début du conflit. Le relèvement est dû à Frédéric-Guillaume, le Grand Électeur (1640-1688). Son œuvre intérieure est d'importance […] Lire la suite

Pour citer l’article

« FRÉDÉRIC Ier (1657-1713) - roi de Prusse (1701-1713) électeur de Brandebourg sous le nom de FRÉDÉRIC III », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ier-1657-1713-roi-de-prusse-1701-1713-electeur-de-brandebourg-sous-le-nom-de-frederic-iii/