FRÉDÉRIC DE COLOGNE (actif entre 1160 et 1180)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Orfèvre colonais, désigné de manière hypothétique, Frédéric de Cologne est le successeur d'Eilbertus Coloniensis, et le chef de l'atelier d'orfèvrerie de Saint-Pantaléon de Cologne. En se fondant, d'une part, sur l'existence de deux plaquettes d'émail représentant un FREDERICVS et un HERLIVVS PRIOR sur le socle de la châsse de saint Maurin, qui provient de Saint-Pantaléon, monastère autrefois bénédictin, et, d'autre part, sur la mention, dans le nécrologe de Saint-Pantaléon, d'un Fredericus mort un 14 mai, O. von Falke (O. von Falke et H. Frauberger, Deutsche Schmelzarbeiten des Mittelalters, Francfort-sur-le-Main, 1904) a voulu voir dans l'image de ce Fredericus un portrait d'artiste, ce qui fut autrefois contesté par J. Braun (« Die Pantaleonwerkstätte zu Köln », in Stimmen der Zeit, no 111, 1926).

S'il est impossible de démontrer l'existence d'un orfèvre colonais du nom de Fredericus, on peut regrouper néanmoins d'importants ouvrages d'orfèvrerie colonaise, les émaux de la châsse de saint Maurin, ceux de l'antependium de sainte Ursule au musée Schnütgen de Cologne, ou ceux du reliquaire à coupole provenant de Hochelten, en basse Rhénanie, conservé au Victoria and Albert Museum à Londres, qui forment le « groupe récent de Fredericus ». On postule que ce groupe d'œuvres a sa souche dans l'art, marqué d'une forte empreinte mosane, qui caractérise la châsse de saint Héribert à Cologne-Deutz, dont on situe la fabrication vers 1160-1170. Partant de là se développèrent des ateliers de tradition proprement colonaise pour une durée de vingt ans environ ; ils reçurent une nouvelle impulsion après 1181, sous l'effet de l'activité de Nicolas de Verdun à Cologne.

Au cours des années 1160-1180 et suivantes, on exécuta de nombreuses enluminures à Saint-Pantaléon, il est donc difficile de nier l'existence d'un atelier monastique actif à cette période.

—  Anton von EUW

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Anton von EUW, « FRÉDÉRIC DE COLOGNE (actif entre 1160 et 1180) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-de-cologne/