CHOPIN FRÉDÉRIC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le voyageur polonais

À l'école des meilleurs

De souche française par son père, natif de Marainville en Lorraine, Frédéric Chopin est né à Żelazowa Wola, dans les communs du château des Skarbek où ses parents étaient logés. Son père, Nicolas Chopin, était alors précepteur des enfants de la comtesse Louise Skarbek ; il avait épousé en 1806 Justine Krzyżanowska, parente pauvre de la maîtresse de maison. Mais les Chopin déménagèrent peu après pour s'installer à Varsovie où Nicolas Chopin venait d'être appelé à collaborer à l'enseignement de la langue française au lycée. C'est à Varsovie que le jeune Frédéric passera toute son enfance. Sa mère, très musicienne, lui donne les premières leçons, puis, sentant l'attirance de son fils pour le piano, le confie pour des études régulières à Vojtĕch Żywny. Dès l'âge de huit ans, il était capable de jouer dans une soirée privée. Improvisateur né, il s'essaie à l'écriture. Une Polonaise en sol mineur est publiée chez J. J. Cybulski. L'année suivante, le 22 février 1818, il est invité à exécuter en public un concerto d'Adalbert Gyrowetz. La gloire de l'enfant prodige a vite fait le tour de la capitale. Ses parents auraient pu exploiter un talent aussi exceptionnel. Ils préférèrent sagement lui faire suivre des études au lycée. En même temps, ils le confiaient à Josef Elsner pour les premières leçons d'écriture musicale. Peu d'années après, Chopin était admis au Conservatoire. Josef Elsner témoigne envers son élève d'une remarquable intelligence : son enseignement n'étouffe pas l'individualité créatrice. Dans son rapport sur les examens de 1829, le maître attribue à l'élève de troisième année d'« étonnantes capacités » et le qualifie de « génie musical ».

Frédéric Chopin

Frédéric Chopin

Photographie

Frédéric Chopin (1810-1849) par F. Slupski. Fondation Frédéric Chopin, Varsovie. 

Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

En 1828, au mois de septembre, Chopin quitte pour la première fois le territoire polonais. Ses déplacements seront toujours fructueux pour lui. À Berlin, il visite minutieusement la ville et fréquente l'Opéra. À Vienne, où il se rend en 1829, il fait la connaissance des meilleurs musiciens. Il [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Frédéric Chopin

Frédéric Chopin
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

George Sand

George Sand
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie





Écrit par :

  • : ancien bibliothécaire au Conservatoire national de musique; pianiste soliste titulaire O.R.T.F.

Classification


Autres références

«  CHOPIN FRÉDÉRIC (1810-1849)  » est également traité dans :

CHOPIN FRÉDÉRIC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 373 mots
  •  • 7 médias

1er mars 1810 De père français et de mère polonaise, Frédéric François (Fryderyk Franciszek) Chopin naît à Zelazowa Wola, près de Varsovie.17 mars 1830 Chopin crée à Varsovie son Deuxième Concerto pour piano, en fa mineur, opus 21.11 octobre 1830 Chopin crée à V […] Lire la suite

24 PRÉLUDES, OPUS 28 (F. Chopin)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 274 mots

Au xve siècle, de courtes pièces improvisées permettent à l'interprète de vérifier l'accord de son instrument, « en prélude » à l'exécution de l'œuvre elle-même. Avec Andrea Gabrieli au xvie siècle, Dietrich Buxtehude au xvii […] Lire la suite

ARRANGEMENT, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arrangement et la liberté à l'égard de l'œuvre originale »  : […] À l'époque romantique, époque où l'interprétation fut considérée comme un acte de création, on vit apparaître des arrangements qui étaient de véritables re-créations libres d'autres œuvres, l'arrangement étant tenu pour une extrapolation de l'interprétation. Quelquefois, ces arrangements concernaient des œuvres à peine achevées (sur le plan de la composition musicale), des thèmes célèbres ou des m […] Lire la suite

BRAÏLOVSKI ALEXANDRE (1896-1976)

  • Écrit par 
  • Antoine GOLÉA
  •  • 649 mots

Né à Kiev le 16 février 1896 et mort à New York le 25 avril 1976, le pianiste américain d'origine russe Alexandre Braïlovski fut, à Vienne, entre 1911 et 1914, l'élève de Theodor Leschetizky. Très doué et précoce, il ne commença que relativement tard ses tournées internationales ; à ce retard contribua naturellement la Première Guerre mondiale. Il se rendit célèbre aux États-Unis à partir de 1924 […] Lire la suite

CORTOT ALFRED (1877-1962)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 2 554 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art de Cortot »  : […] Du chef d'orchestre, il ne nous reste que très peu de traces sonores : un Concerto brandebourgeois , des bribes de Purcell et Vivaldi et le Double Concerto de Brahms avec Jacques Thibaud et Pablo Casals, mais aussi le bien modeste Orchestre de Barcelone. Rien qui, en définitive, puisse nous permettre d'apprécier objectivement son talent. Les enregistrements, hélas trop peu nombreux, qui réunissai […] Lire la suite

FRIEDMAN IGNAZ (1882-1948)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 464 mots
  •  • 1 média

Brillant concertiste, le pianiste polonais Ignaz Friedman demeure surtout célèbre pour ses interprétations de Chopin, en particulier de ses Mazurkas . Ignaz Friedman naît le 14 février 1882 à Podgórze, près de Cracovie. Il doit ses premières leçons de musique à son père, violoniste et clarinettiste dans un orchestre local. Il étudie ensuite la théorie musicale auprès d’Hugo Riemann à Leipzig, en […] Lire la suite

LA GÉNÉRATION ROMANTIQUE (C. Rosen)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 726 mots

La traduction française du livre de Charles Rosen, The Romantic Generation , initialement paru aux États-Unis en 1995, marque sans conteste une date dans l'historiographie de la musique du xix e  siècle. Suite naturelle du Style classique (1978), où l'auteur s'était concentré sur les figures de Haydn, Mozart et Beethoven, La Génération romantique. Chopin, Schumann, Liszt et leurs contemporains ( […] Lire la suite

MAZURKA

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 354 mots

Danse populaire polonaise, d'allure aristocratique et chevaleresque, connue dès le xvi e  siècle dans la province de Mazurie, et toujours pratiquée en Europe centrale. La mazurka est une danse à rythme ternaire (3/4), de tempo modéré nettement plus lent que celui de la valse viennoise par exemple ; elle est caractérisée par les accents exécutés par un pied battant le sol ou frappant du talon l'aut […] Lire la suite

MÉLODIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tonalité et l'hégémonie du mode d'ut »  : […] Dans l'affaire, la mélodie trouve bien, en principe, le champ libre, mais dans les limites étroites du mode d' ut . Et c'est pourquoi la mélodie classique se montre sous un jour absolument différent. Astreinte à prendre appui sur la tonique et la dominante, autorisée à de brèves digressions dans les tons voisins, sans cesse tentée par l'énoncé pur et simple des trois sons de l'accord parfait, ell […] Lire la suite

MORAVEC IVAN (1930-2015)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 781 mots
  •  • 1 média

Ivan Moravec a refusé d’être un bateleur d’estrades. Loin des projecteurs, en dépit des multiples obstacles qui ont parsemé sa route, il a mené une carrière aussi discrète qu’obstinée. Il s’est choisi un répertoire étroit d’où est bannie toute page susceptible de s’abandonner aux facilités de la grandiloquence ou de la virtuosité gratuite . Si ce maître styliste n’a pas été une vedette populaire, […] Lire la suite

NOCTURNE, musique

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 502 mots
  •  • 1 média

Le mot nocturne, en musique, désigne moins une forme spécifique qu'un instant poétique, un « moment musical », dont la nuit est le prétexte. Certes, au xviii e siècle, on rencontre le mot notturno ou Nacht-Musik appliqué à des suites instrumentales, divertissements ou cassations, musiques décoratives conçues pour la délectation plus ou moins attentive de la haute société, telle la célèbre Peti […] Lire la suite

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Les premiers compositeurs romantiques s'attachent davantage à la virtuosité naissante de l'instrument qu'à la diversité de ses possibilités : Weber ou Mendelssohn – plus poète dans ses Romances sans paroles – se montrent avides de traits jaillissants, de grands sauts, d'octaves brisées ou de doubles notes. Mais les mêmes effets semblent plus intimes sous la plume de Schubert ; ses vingt-deux son […] Lire la suite

PRÉLUDE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 241 mots

D'une façon générale, en musique, le terme « prélude » désigne un mouvement autonome (par opposition à l'introduction, théoriquement rattachée à ce qui suit) servant à introduire le corps principal de l'œuvre, voire une autre œuvre ou un groupe d'œuvres sans rapport direct avec lui (brèves interventions d'orgue avant les diverses parties de la messe). Chez Bach, les Suites anglaises pour clavecin […] Lire la suite

Prélude n° 12, CHOPIN (Frédéric)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 453 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Pianiste virtuose précoce, Chopin découvre Bach et Mozart grâce à un de ses premiers maîtres, Vojtech Zwyny. Ses premières compositions, imprégnées du folklore de sa Pologne natale, datent de son adolescence. En 1830, il quitte sa patrie, une semaine avant l'insurrection de Varsovie. À Paris, il est immédiatement reconnu pour ses talents de compositeur et de pianiste. Désormais célèbre, il compose […] Lire la suite

RUBINSTEIN ARTHUR (1887-1982)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un génie complaisant »  : […] Qui d'autre, mieux qu'Arthur Rubinstein lui-même, pourrait résumer quatre-vingt-quatre ans de carrière musicale ? « La claire conception des structures d'une composition et l'osmose totale avec les intentions émotives du compositeur ne me posaient jamais de problèmes ; mais, à cause de mes habitudes de paresse, je négligeais de m'intéresser au détail comme au fini et à la précision dans l'exécuti […] Lire la suite

TEMPO

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution du tempo dans la musique européenne »  : […] Dans la musique proportionnelle, il n'y avait pas d'indication de tempo, mais une tradition fixant la valeur des différentes espèces de notes ( integer valor ). Du xiii e  au xvi e  siècle, cette valeur a considérablement varié, ce qui complique fort la détermination du juste tempo dans les transcriptions d'œuvres écrites en notation proportionnelle. Une modification effective du mouvement ne pouv […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean VIGUÉ, « CHOPIN FRÉDÉRIC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-chopin/