SILLANPÄÄ FRANS EEMIL (1888-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La Vie et le Soleil »

Frans Eemil Sillanpää est né à Hämeenkyrö, au nord de Helsinki, dans un milieu de pauvres paysans besogneux. Ses jeunes talents incitèrent pourtant ses parents à le mettre au lycée de Tampere, puis à le faire inscrire à l'université de Helsinki où il suivit des cours de sciences naturelles et de biologie, disciplines qui lui inculquèrent le goût de la précision et une certaine rigueur réaliste.

Pourtant, la recherche le rebute. Dès 1913, et parce qu'il ne peut admettre de se couper de la nature, il est rentré à la ferme paternelle. C'est aussi qu'il a découvert sa vocation littéraire, éveillée à la lecture de Hamsun, de Strindberg entre autres, et par la fréquentation de Sibelius. Il écrit ses premiers poèmes, publie quelques nouvelles dans des journaux puis, sur le conseil d'un éditeur, compose son premier roman, La Vie et le Soleil (Elämä ja Aurinko, 1916), qui fut aussi son premier succès en même temps qu'il annonce tous les grands thèmes de l'œuvre. Le héros en est un jeune homme, un étudiant comme l'auteur, qui rentre à la ferme natale et, au cours d'un été mouvementé, y découvre l'amour, sous deux formes différentes, non en soi mais à travers la nature où il vient d'être replongé. Le livre présente déjà un passage où le jeune homme « pendant quelques instants comprit la grande unité de l'existence, de la vie », à la faveur, précisément, d'une communion intime aux sources où la terre mère annihile temps et espace. Avec le thème du conflit entre mode de vie rural et prétendue civilisation urbaine, c'est toute l'œuvre qui se trouve engagée dans une voie qu'elle ne quittera plus.

Désormais, la production régulière s'échelonne au long des années, ponctuée de chefs-d'œuvre comme Sainte Misère (Hurskas Kurjuus, 1919), Silja ou Une brève destinée (Nuorena Nukkunut, 1931) ou Destin d'un homme (Miehen Tie, 1932). Sainte Misère retrace la guerre civile finlandaise et s'en prend courageusement au parti vainqueur à travers l'histoire d'un paysan « rouge », fusillé bien qu'innocent. Devenu un classique, ce livre dépasse pourtant le genre historique et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  SILLANPÄÄ FRANS EEMIL (1888-1964)  » est également traité dans :

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 480 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Après l'indépendance »  : […] Depuis que, non sans tribulations, la Finlande a accédé au rang de nation indépendante, le bilinguisme est devenu le problème dominant. En 1917, la classe dirigeante (et possédante) parlait suédois. Au cours des cinquante années qui suivirent, battu en brèche par une opposition qui ne reculait pas devant les moyens, le suédois n'a cessé de régresser. Aujourd'hui, un dixième de la population l'uti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « SILLANPÄÄ FRANS EEMIL - (1888-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frans-eemil-sillanpaa/