F.T.P. (Francs-tireurs et partisans)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisation armée de résistance à l'occupation allemande de la France, durant la Seconde Guerre mondiale, les F.T.P., ou Francs-tireurs et partisans, avaient été créés par le Front national, lui-même mouvement de résistance en zone nord à partir de juin 1941 et qui était dominé par le Parti communiste. Ces maquisards conservèrent jusqu'à la fin de la guerre une indépendance de fait, même lorsque de Gaulle unifia l'ensemble des Forces française de l'intérieur sous l'autorité du général Koenig en mars 1944. Leur action fut efficace politiquement, au début, du fait de la situation d'insécurité permanente dans laquelle ils s'efforcèrent de plonger l'armée occupante, la poussant à réagir violemment et à se couper ainsi de la population ; elle le devint aussi militairement, par la suite, dans le Centre et le Sud-Ouest, où leur action retardatrice s'exerça sur les flancs des troupes allemandes rappelées vers le théâtre des opérations. Les maquis F.T.P. du Sud-Ouest mirent parfois sur pied des Comités de libération insurrectionnels, pouvoirs transitoires entre l'effondrement du pouvoir de Vichy et la mise en place des nouvelles autorités nationales. Les Milices patriotiques, issues de la résistance communiste, furent dissoutes en octobre 1944, et les F.T.P. intégrés à l'armée de De Lattre.

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  F.T.P. (Francs-tireurs et partisans)  » est également traité dans :

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 048 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation des étrangers au sein du P.C.F. »  : […] La Main-d'œuvre étrangère, qui prendra en 1932 le nom de Main-d'œuvre immigrée (M.O.I.) a été créée dès 1926 par le Parti communiste français. Cette organisation était destinée à regrouper tous les communistes étrangers vivant et militant en France. Or, il y avait dans les années 1920, des millions de travailleurs immigrés venus combler les larges […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-affiche-rouge/#i_49555

CHARLES-ROUX EDMONDE (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 812 mots
  •  • 1 média

Née le 17 avril 1920 à Neuilly-sur-Seine, Edmonde Charles-Roux a commencé sa vie dans « le monde d’hier » cher à Stefan Zweig, celui des grandes capitales cosmopolites d’avant-guerre : Londres, Prague, Saint-Pétersbourg, Istanbul, Le Caire. En 1932, son père, François Charles-Roux (1879-1961), homme d’affaires, historien et diplomate, est nommé am […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmonde-charles-roux/#i_49555

F.F.I. (Forces françaises de l'intérieur)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 551 mots
  •  • 3 médias

Nom donné, en février 1944, à l'ensemble des forces de la résistance intérieure française. Placées, en mars, sous l'autorité du général Kœnig, commandant suprême des forces françaises en Grande-Bretagne, les F.F.I. ont un état-major national et un commandement régional, parfois départemental. Le lien entre les forces militaires de la clandestinité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forces-francaises-de-l-interieur/#i_49555

GRONOWSKI LOUIS (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 379 mots
  •  • 1 média

Communiste internationaliste, Louis Gronowski a été l'une des incarnations des révolutionnaires « sans patrie ni frontières » qui ont lutté pour le triomphe des principes marxistes. C'est dans cette perspective qu'il a joué un rôle majeur pendant la Seconde Guerre mondiale en qualité de premier responsable du triangle directeur de la Main-d'œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-gronowski/#i_49555

MISSAK (D. Daeninckx)

  • Écrit par 
  • Gérard STREIFF
  •  • 889 mots

Il y a la légende Manouchian, l'épopée des FTP-MOI (main-d'œuvre immigrée), le mythe, celui de l'Affiche rouge placardée par l'occupant sur les murs de Paris (« Des Libérateurs ? La Libération par l'armée du crime ! »), le martyre de ces immigrés arméniens, hongrois, polonais fusillés en février 1944, le poème d'Aragon, Strophes pour se souvenir ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/missak/#i_49555

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  L'invention de la Résistance »  : […] Entre 1941 et 1942, les noyaux originels tendent à se regrouper, ils se spécialisent en réseaux (de renseignement, d'évasion, d'action) et en mouvements, souvent organisés autour d'un journal clandestin. La Z.O. compte de nombreux groupes dont le rassemblement en mouvements plus larges est rendu difficile par la répression. Mais, dans cette zone o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_49555

RAYSKI ADAM (1913-2008)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 878 mots

Né en Pologne, le 14 août 1913, à Bialystok, Abraham Rajgrodski, fils de commerçant, devient secrétaire de la jeunesse communiste locale. Il émigre à Paris en 1932 et est actif au sein de la Main-d'œuvre immigrée (MOI), dans laquelle le Parti communiste (PCF) rassemble ses militants étrangers. Il est journaliste au quotidien yiddish Naïe presse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-rayski/#i_49555

ROL-TANGUY HENRI (1908-2002)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 792 mots

« Le colonel Rol, commandant les F.F.I. de l'Île-de-France ». Ces mots manuscrits dans l'en-tête d'un exemplaire des conventions de reddition signées par le général von Choltitz, commandant du Gross-Paris, le 25 août 1944, et la signature Rol , sur la même ligne que celle du général Leclerc au bas de ce document historique, ont fait d'Henri Rol-Tan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-rol-tanguy/#i_49555

TILLON CHARLES (1897-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 117 mots

« Un homme libre, un grand et beau caractère » : en saluant par ces mots, en Conseil des ministres, le 13 janvier 1993, la mémoire de Charles Tillon, disparu quelques heures auparavant, le président de la République soulignait les traits marquants d'une vie de près d'un siècle dans lequel Charles Tillon fut tour à tour un mutin au nom de l'interna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-tillon/#i_49555

Pour citer l’article

Armel MARIN, « F.T.P. (Francs-tireurs et partisans) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francs-tireurs-et-partisans/