F.T.P. (Francs-tireurs et partisans)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisation armée de résistance à l'occupation allemande de la France, durant la Seconde Guerre mondiale, les F.T.P., ou Francs-tireurs et partisans, avaient été créés par le Front national, lui-même mouvement de résistance en zone nord à partir de juin 1941 et qui était dominé par le Parti communiste. Ces maquisards conservèrent jusqu'à la fin de la guerre une indépendance de fait, même lorsque de Gaulle unifia l'ensemble des Forces française de l'intérieur sous l'autorité du général Koenig en mars 1944. Leur action fut efficace politiquement, au début, du fait de la situation d'insécurité permanente dans laquelle ils s'efforcèrent de plonger l'armée occupante, la poussant à réagir violemment et à se couper ainsi de la population ; elle le devint aussi militairement, par la suite, dans le Centre et le Sud-Ouest, où leur action retardatrice s'exerça sur les flancs des troupes allemandes rappelées vers le théâtre des opérations. Les maquis F.T.P. du Sud-Ouest mirent parfois sur pied des Comités de libération insurrectionnels, pouvoirs transitoires entre l'effondrement du pouvoir de Vichy et la mise en place des nouvelles autorités nationales. Les Milices patriotiques, issues de la résistance communiste, furent dissoutes en octobre 1944, et les F.T.P. intégrés à l'armée de De Lattre.

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  F.T.P. (Francs-tireurs et partisans)  » est également traité dans :

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 049 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation des étrangers au sein du P.C.F. »  : […] Moscou l'ordre de lancer la lutte armée contre l'occupant, crée à l'été de 1941 des groupes de combat (l'Organisation spéciale ou O.S.) qui, au printemps 1942, deviennent les Francs-tireurs et partisans (F.T.P.). Au même moment, la M.O.I. reçoit l'ordre de créer ses F.T.P. et c'est Boris Holban qui en est chargé pour la région parisienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-affiche-rouge/#i_49555

CHARLES-ROUX EDMONDE (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 812 mots
  •  • 1 média

libre, elle s’est efforcée de le rester. Mais sa fréquentation des soldats et surtout des FTP-MOI (Francs-tireurs et partisans - Main-d’œuvre immigrée), proches des communistes, lui ferme la porte de sa famille bourgeoise et très catholique. C’est donc dans le journalisme qu’elle va exercer son indépendance d’esprit et sa curiosité, d’abord, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmonde-charles-roux/#i_49555

F.F.I. (Forces françaises de l'intérieur)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 552 mots
  •  • 3 médias

Nom donné, en février 1944, à l'ensemble des forces de la résistance intérieure française. Placées, en mars, sous l'autorité du général Kœnig, commandant suprême des forces françaises en Grande-Bretagne, les F.F.I. ont un état-major national et un commandement régional, parfois départemental. Le lien entre les forces militaires de la clandestinité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forces-francaises-de-l-interieur/#i_49555

GRONOWSKI LOUIS (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 376 mots
  •  • 1 média

les groupes M.O.I. furent actifs dans toute la France, isolément ou au sein des francs-tireurs et partisans (à partir de février 1942). En 1943 et 1944, des compagnies entières F.T.P.-M.O.I. regroupant des Espagnols, des Italiens, des Polonais, des réfugiés juifs d'Europe centrale, des Tchèques, des Yougoslaves multiplièrent les actions de sabotage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-gronowski/#i_49555

MISSAK (D. Daeninckx)

  • Écrit par 
  • Gérard STREIFF
  •  • 889 mots

Dragère, à la demande de la direction du PCF, revisite la vie du chef des détachements FTP-MOI parisiens alors qu'on va inaugurer à Paris une rue dédiée à son « groupe ». Ses investigations serrées vont le conduire à reconstituer les différentes étapes du périple de Manouchian, depuis ses origines familiales du côté de l'empire ottoman, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/missak/#i_49555

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 045 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  L'invention de la Résistance »  : […] communistes, le futur colonel Fabien, le meurtre d'un officier allemand dans le métro parisien le 21 août 1941, n'en reste pas moins isolé. Pour développer ce type d'action, le P.C. organise les Francs-tireurs et partisans (F.T.P.) dans le courant de 1942, au sein desquels les étrangers de la Main-d'œuvre immigrée (M.O.I.) jouent un rôle majeur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_49555

RAYSKI ADAM (1913-2008)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 872 mots

1942, Adam Rayski organise à Paris le 2e détachement juif des F.T.P.-M.O.I., qui sera particulièrement actif puis presque anéanti à l'automne de 1943. Après la guerre, devenu historien de la Résistance juive, il a témoigné de la puissance de feu des F.T.P.-M.O.I. Il a montré également l'acharnement avec lequel les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-rayski/#i_49555

ROL-TANGUY HENRI (1908-2002)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 792 mots

Sous l'Occupation, Henri Tanguy est l'un des responsables des groupes armés constitutifs des Francs-tireurs et partisans (F.T.P.) ; il est chargé de leur réorganisation en Île-de-France à partir d'avril 1943. Après une cascade d'arrestations, il devient, en juin 1944, chef régional des Forces françaises de l'intérieur (F.F.I.) et prend le nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-rol-tanguy/#i_49555

TILLON CHARLES (1897-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 117 mots

de la M.O.I. (Main-d'œuvre immigrée, où s'illustrera le groupe Manouchian). Ces éléments sont le creuset des F.T.P., dont Charles Tillon préside le comité militaire national après avoir créé, en septembre 1941, leur journal, France d'abord. Partisan de l'action immédiate, il définit la tactique de la guérilla dans la lignée des combats de Du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-tillon/#i_49555

Pour citer l’article

Armel MARIN, « F.T.P. (Francs-tireurs et partisans) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francs-tireurs-et-partisans/