VIÈTE FRANÇOIS (1540-1603)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un homme d'État et un savant

Né à Fontenay-le-Comte (Vendée) en 1540, François Viète, fils d'Estienne Viète et de Marguerite Dupont, se trouve par sa mère cousin de Barnabé Brisson. Il portait le nom de seigneur de La Bigotière, du nom de la métairie qu'il possédait près de Foussay. Il fit ses études de droit à la faculté de Poitiers et entra dans la vie active comme avocat au siège de Fontenay-le-Comte. Secrétaire particulier de Jean de Parthenay-Larchevêque, il demeure quelques années au domaine du parc de Soubise.

Nommé conseiller au parlement de Bretagne en 1573, il y séjourne en fait assez peu, occupé qu'il est par ses travaux mathématiques et les missions confidentielles que lui confie le roi. On retrouve ensuite sa trace à Paris en 1579 où il publie son premier ouvrage : le Canon mathematicus, accompagné du Liber singularis.

Nommé maître des requêtes de l'hôtel du roi en 1580, il est démis de sa fonction en 1585, à la suite de conflits entre les familles de Guise et d'Albret au sujet de Françoise de Rohan dont il était très proche.

En 1589, il est à Tours et prépare la publication de son œuvre scientifique. Il s'occupe également de cryptographie statistique pour le compte du roi. Il regagne Paris avec ce dernier et est nommé conseiller privé. Il continue de publier des ouvrages mathématiques au cours de polémiques diverses avec Joseph Scaliger et Adrien Romain (Adriaan van Roomen).

Viète meurt à Paris en février 1603, après une assez longue période de déclin, au cours de laquelle il se prend de querelle avec Clavius (Christoph Klau) au sujet du calendrier grégorien. De nombreux manuscrits restent inédits à cette époque, certains ne seront jamais imprimés ou seront même presque entièrement détruits.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargé de recherche au Laboratoire d'études et de recherches en sciences humaines appliquées de la Société Kodak-Pathé.

Classification


Autres références

«  VIÈTE FRANÇOIS (1540-1603)  » est également traité dans :

ÉQUATIONS ALGÉBRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 5 789 mots

Dans le chapitre « La théorie « générale » des équations »  : […] Grâce à l'école italienne, la théorie générale des équations algébriques se précise et ses problèmes principaux se dégagent. Sans suivre chronologiquement son développement historique, on peut s'efforcer d'en mettre en évidence les points importants. L'équation étant mise sous la forme P( x ) = 0, l'importance du degré du polynôme P, ou degré de l'équation, apparaît d'abord ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-algebriques/#i_36837

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 388 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les lettres »  : […] Chaque langue connaît des noms propres et des noms communs. Vercingétorix , la France , Sirius , trois , la révolution de février , le Soldat inconnu désignent chacun un seul objet, tandis que des mots tels que rat , pierre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-mathematique/#i_36837

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Méthode des approximations successives »  : […] Un autre problème célèbre, dû à Ptolémée (128-168), est celui de la recherche de valeurs approchées de sin 1 0 . (Ce problème apparaît dans la construction de tables trigonométriques.) Dans l' Almageste , Ptolémée calcule sin 72 0 et sin 60 0  ; il en déduit sin 12 0 puis, pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_36837

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Les séries et les méthodes algorithmiques »  : […] Jusqu'au xviii e  siècle, la méthode d'exhaustion, jointe à la théorie des proportions, exerce une fascination un peu désespérée dans la mesure où sa remarquable élégance s'accompagne d'une mise en œuvre presque spécifique à chaque cas, notamment dans la dichotomie algorithmique. Aussi l'apparition de nouvelles méthodes d'approximation des raisons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_36837

Pour citer l’article

Jean GRISARD, « VIÈTE FRANÇOIS - (1540-1603) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-viete/