SIMIAND FRANÇOIS (1873-1935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour une sociologie économique scientifique

Né le 18 avril 1873 à Gières (Isère), fils d’instituteur, agrégé de philosophie (1896) et docteur en droit (Le Salaire des ouvriers des mines de charbon en France. Contribution à la théorie économique du salaire, 1904, thèse remaniée en 1907), expert en statistiques, François Simiand veut appliquer à l’étude des phénomènes économiques les principes d’analyse des faits sociaux énoncés par Durkheim.

Polémiste redouté, Simiand s’efforce de développer les cadres d’une sociologie économique fondée sur une démarche scientifique constructiviste audacieuse (élaboration des protocoles de recherche, des nomenclatures et des catégories de référence, définition des domaines et thèmes à privilégier) nourrie par l’observation rigoureuse de régularités (prix, salaires, monnaie, etc.) expliquant des réalités économiques guidées par des dispositions psychologiques et des contraintes sociales, donc également historiques. Il dénonce à la fois les abstractions conceptuelles de l’économie politique classique et les insuffisances théoriques de l’historicisme (La Méthode positive en sciences économiques, Alcan, 1912). À l’argument de la « main invisible » et des ajustements spontanés de « l’offre et de la demande », au « scandale méthodologique » d’une théorie économique « sans faits », il oppose, dans le prolongement de la pensée durkheimienne, la variété des expériences et des actions des groupes sociaux, dont les intérêts divergent et trouvent leurs expressions économiques dans l’évolution des prix et des salaires. Aux excès empiriques de l’école historique allemande (« études de faits sans théories »), Simiand oppose la recherche de « cohérences » dans l’identification de critères de classification et la construction dans la durée de séries statistiques homogènes.

Critiques qu’il prolonge également à l’attention des géographes et des historiens, prônant une démarche expérimentale et empirique exigeante commune à la « scien [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SIMIAND FRANÇOIS (1873-1935)  » est également traité dans :

ANNALES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 3 319 mots

Dans le chapitre « Une revue militante »  : […] La création, en janvier 1929, de la revue Annales d'histoire économique et sociale a marqué et fixé la date fondatrice d'un phénomène intellectuel complexe aujourd'hui encore assez mal connu. Ses fondateurs, Lucien Febvre et Marc Bloch, ne sont alors ni des débutants ni des inconnus. Ils sont tous deux professeurs à l'université de Strasbourg : le premier, d'histoire moderne, entre au Collège de […] Lire la suite

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « L'Année sociologique » »  : […] La revue L'Année sociologique fut non seulement l'organe du groupe durkheimien mais l'instrument même de sa constitution. Les douze volumes de sa première série (1898-1913), publiés du vivant de Durkheim, sont autant de pierres fondatrices de ce qui fut assez vite appelé « l'école française de sociologie ». L'idée de créer cette revue naquit au printemps de 1896 lors d'entretiens entre Durkheim e […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La « sociologie économique » »  : […] Ce que l'on appelle la « sociologie économique » peut être conçue comme une « hybridation » particulière de la sociologie et de l'économie, arbitrairement séparées à la fin du xix e  siècle par l'histoire de la division du travail académique. On peut aussi retenir, au moins provisoirement, une définition plus simple encore. La sociologie économique, c'est la sociologie – ses concepts et ses méthod […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'institutionnalisme  »  : […] La théorie néoclassique n'a pas remplacé la théorie classique sans difficulté, notamment en dehors de l'Angleterre. En Allemagne, l'école historique souligne les dimensions institutionnelle, politique et sociale des phénomènes économiques. Plutôt que privilégier la notion d'équilibre, l'analyse s'attache à analyser les évolutions des comportements, dynamiques et structures économiques. Introduite […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « La crise de l'événement »  : […] Cette forme classique de l'histoire, qui articule étroitement la narration et l'événement, fait l'objet d'une critique radicale de la fin du xix e  siècle au milieu du xx e  siècle. La question de la scientificité de la discipline historique sert de vecteur à cette remise en cause. L'historien Paul Lacombe ( De l'histoire considérée comme science ) déclare en 1894 que l'événement, en tant qu'acte […] Lire la suite

EXPLICATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 981 mots

Depuis Wilhelm Dilthey, il est classique de distinguer deux démarches intellectuelles : la compréhension, qui serait caractéristique des sciences de l'esprit, et l'explication, qui serait propre aux sciences de la matière. Expliquer renvoie donc à première vue au cadre épistémologique dont se sont dotées, depuis la révolution scientifique, les sciences naturelles. Il s'agit de substituer à des ra […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « Les Annales et l'histoire sociale et économique »  : […] Cependant, la Première Guerre mondiale, revitalisant les réactions nationalistes, interrompit momentanément les mouvements de réforme qui se concrétiseront en France avec le lancement, en 1929, des Annales d'histoire économique et sociale par l'historien moderniste, Lucien Febvre (1878-1956), et le médiéviste Marc Bloch (1886-1944), tous deux professeurs à Strasbourg. Revendiquant d'emblée un «  […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 114 mots

Dans le chapitre « Approches purement empiriques »  : […] Simultanément une grande importance fut aussi attribuée à la quantification des grandeurs macroéconomiques et de leurs évolutions conjointes. Dans la seconde moitié du xix e  siècle, la préoccupation fut portée par les écoles historiques anglaise et allemande. Dans la première moitié du xx e , elle anima les programmes de recherche du Français François Simiand (1873-1935) et de l'Américain Wesley […] Lire la suite

MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Les contestations et l'amorce du déclin de l'école méthodique »  : […] Derrière le triomphe de l'école méthodique se cachent les linéaments d'une crise dont les conséquences ne se dévoileront totalement qu'après 1918. Tout d'abord, l'affaire Dreyfus frappe de plein fouet la communauté des historiens de métier, unie par la méthode critique. En 1898, quand Émile Zola, en s'exposant avec « J'accuse », relance l'affaire, il cite pour sa défense quelques-uns des professe […] Lire la suite

SÉRIELLE HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 246 mots

Dans le chapitre « Principes et origine »  : […] L'histoire sérielle est le fruit d'une greffe réussie au cours des années 1930. En France, l'héritage de la sociologie durkheimienne, qui traite les faits sociaux comme des choses, est la source de cette approche. S'appuyant sur la transposition de la démarche sociologique à l'économie réalisée par François Simiand au début du xx e  siècle, le mouvement vers une histoire sérielle prend forme avec […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bertrand MÜLLER, « SIMIAND FRANÇOIS - (1873-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-simiand/