MANSART FRANÇOIS (1598-1666)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Fronde et la dernière manière de Mansart

Après cet échec, et durant les émeutes de la Fronde, Mansart se contenta de dessiner et de transformer un certain nombre d'habitations particulières destinées à la bourgeoisie et à la petite noblesse. Dans ces œuvres, son style devint plus plastique, avec des éléments décoratifs plus simples (hôtel de Jars et hôtel de Guénégaud des Brosses) ; il montra une grande habileté dans son traitement de sites restreints et dans son adaptation d'éléments déjà existants (hôtel de Guénégaud-Nevers, hôtel de La Bazinière et hôtel de Condé). Pour ces derniers, Mansart créa un type d'escaliers progressivement plus mouvementés et curvilinéaires, évolution qui connaît son aboutissement avec l'escalier de l'hôtel d'Aumont : celui-ci s'amenuise et tourne de telle sorte qu'il revient sur lui-même dans la largeur de la cage. Contrairement à ce que prétend La Mansarade, Mansart semble avoir toujours respecté l'œuvre de ses prédécesseurs lorsqu'il a transformé des bâtiments existants. C'est particulièrement vrai dans le cas de l'hôtel Carnavalet où il eut beaucoup de difficultés pour préserver et mettre en valeur l'entrée sur la rue dessinée par Pierre Lescot.

Mansart n'eut plus jamais l'occasion de concevoir un château dans son ensemble, mais on lui confia la transformation d'un certain nombre de châteaux déjà édifiés, et il réalisa une œuvre d'avant-garde dans ses plans de terrasses, de jardins et de pièces d'eau. Il est établi que ses dessins de jardins pour Maisons, Fresnes, Limours, Petit-Bourg et Gesvres ont fourni un modèle pour la fin du xviie siècle et ont grandement influencé Le Nôtre. Il reste peu de vestiges de ces dessins, ni même des dernières œuvres de Mansart, mais, pour autant qu'on puisse en juger d'après un pavillon qui subsiste au château de Gesvres, l'œuvre de Mansart à cette époque prit un peu de cette terribilità qu'on associe à la dernière manière de Michel-Ange.

Pour l'achèvement de l'église des Minimes, en 1657, Mansart proposa une haute composition pyramidale, avec un dôme et des t [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MANSART FRANÇOIS (1598-1666)  » est également traité dans :

FRANÇOIS MANSART. LE GÉNIE DE L'ARCHITECTURE (dir. J.-P. Babelon et C. Mignot)

  • Écrit par 
  • Bruno TOLLON
  •  • 1 191 mots

Alors que jusqu'ici aucun livre de référence n'existait sur François Mansart (mis à part celui de Allan Braham et Peter Smith publié en 1973 en langue anglaise, depuis longtemps épuisé et jamais traduit). La célébration du quatrième centenaire de la naissance de l'architecte a mobilisé historiens et jeunes chercheurs et les a réunis autour de Jean-P […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'évolution du statut de l'architecte en France »  : […] Le mot architecte figure dans le Dictionnaire français-latin de Robert Estienne (1549). À l'époque où certains souverains, comme Catherine de Médicis, se piquent de connaissances en architecture et où de savants gentilshommes, issus comme Pierre Lescot d'une famille de hauts fonctionnaires, font une brillante carrière d'architecte, les termes courants, « maître-niveleur », « mathématicien et géom […] Lire la suite

BLOIS CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 221 mots
  •  • 1 média

Résidence princière, puis royale, notamment sous les Valois, le château de Blois, resté à ce titre dans les mémoires pour divers épisodes majeurs de l'histoire de France comme l'assassinat du duc de Guise en 1588, est aussi l'un des monuments où se traduit le mieux l'évolution des différents styles architecturaux du Moyen Âge au xix e  siècle. Aussi fait-il partie des tout premiers édifices protég […] Lire la suite

BLONDEL JACQUES-FRANÇOIS (1705-1774)

  • Écrit par 
  • Michel GALLET
  •  • 3 043 mots

Dans le chapitre « Un professeur »  : […] Le Traité d'architecture connaît le succès, mais l'auteur ne sollicite pas pour autant la clientèle de ses riches lecteurs, il s'oriente vers un professorat qui préservera mieux son indépendance. Malgré les réticences de l'Académie royale d'architecture, jalouse de son propre enseignement, il ouvre en 1743, rue de la Harpe, une « École des arts ». Le cycle des études y est très complet. Blondel p […] Lire la suite

CIVILE CLASSIQUE FRANÇAISE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER
  •  • 1 119 mots
  •  • 1 média

Alors que l'architecture religieuse de la France du xvii e siècle suit, dans l'ensemble, les leçons que lui donnent les églises baroques d'outre-monts, l'architecture civile s'engage dans des voies différentes qui aboutissent à l'une des créations majeures de l'histoire de l'art : une architecture classique qui satisfait à deux programmes à peu près étrangers à l'Italie : le château et l'hôtel ur […] Lire la suite

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 854 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du bon usage d'un mot : langage classique et grand style »  : […] Pour sortir de cet imbroglio sémantique, il convient sans doute d'exclure les appellations trop vagues où les deux termes sont en concurrence et se chevauchent sans contenu précis (âge classique, âge baroque, France classique, France baroque). On peut sans doute au contraire continuer d'utiliser le terme de classique au sens large, qui correspond à un phénomène culturel précis : « est classique un […] Lire la suite

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Portée européenne »  : […] L'ouvrage de Wölfflin L'Art classique porte en sous-titre : Initiation au génie de la Renaissance italienne , de sorte que l'art classique se trouve étroitement limité quant au temps et quant aux lieux. Mais ici l'autorité de Wölfflin n'a pas prévalu. Car le sens du mot « Renaissance », quasi-synonyme du xvi e  siècle, était beaucoup trop établi pour qu'on lui en substituât un autre. D'autre part […] Lire la suite

MAISONS-LAFFITTE

  • Écrit par 
  • Sophie CUEILLE, 
  • Claude MIGNOT
  •  • 2 984 mots

Dans le chapitre « Le château de Monsieur de Longueil »  : […] Issu d'une vieille famille parlementaire parisienne et veuf de son épouse Madeleine Boulenc de Crévecœur qui lui apporte par un faisceau d'héritages une fortune considérable, René de Longueil (1596-1677) se voit en position de rebâtir magnifiquement le manoir familial, dans l'espoir courtisan de retenir le souverain sur la route du château royal de Saint-Germain-en-Laye. Il s'adresse à François Ma […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le langage des ordres : rhétorique et symbolique »  : […] Outil plastique, à la fois structural et ornemental, l'ordre est redevenu l'un des fondements du langage architectural. Certaines ordonnances dérivent directement des ordonnances antiques : portiques à la manière des frontispices de temples comme le Panthéon (chapelle de la villa Maser, villas Rotonda et Malcontenta, façade sur cour de la chapelle de la Sorbonne), ou ordres adossés à des arcades […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

William Peter Jackson SMITH, « MANSART FRANÇOIS - (1598-1666) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-mansart/