ZURBARÁN FRANCISCO DE (1598-1664)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un peintre du Siècle d'or

La vie de Francisco de Zurbarán ne se présente pas sous une forme harmonieuse et continue. Presque totalement ignorée il y a peu de temps encore, elle est pleine de hauts et de bas, de moments obscurs et de crises. Homme plutôt renfermé, provenant d'un milieu rural, il restera un artiste consciencieux et discret qui évoluera au milieu d'une clientèle presque exclusivement ecclésiastique. Il n'entreprendra pas le voyage en Italie, ni n'entrera en contact direct avec les milieux cosmopolites de son époque. Il travaille à Séville et en Estrémadure, et, bien qu'ayant triomphé à la Cour au moment de sa maturité, il ne réussira cependant pas à tirer profit de son succès et il mourra à Madrid pauvre et oublié.

Fils d'un modeste commerçant d'origine basque, Zurbarán naît à Fuente de Cantos, dans la province de Badajoz. Il se forme à Séville dans l'atelier d'un peintre inconnu aujourd'hui, Pedro Díaz de Villanueva. Sa formation terminée, en 1618, on le trouve installé à Llerena où il se marie avec une femme d'origine modeste, de dix ans son aînée, dont il aura trois enfants. L'un d'eux, Juan, peindra à son tour, surtout des natures mortes. On ne sait pas grand-chose de ces années provinciales de Zurbarán si ce n'est qu'il réalise des tableaux pour les retables d'églises de villages, des travaux artisanaux comme la dorure des brancards de la Vierge et le plan de la fontaine octogonale de la Plaza Mayor de Llerena. Mais son prestige amène les dominicains de Séville à lui commander en 1626, pour une somme encore modique, vingt et une toiles pour leur couvent. Une nouvelle étape de sa vie commence alors. Deux ans plus tard, le couvent de la Merci de Séville lui commande à son tour vingt-deux toiles pour le cloître du réfectoire. Le conseil municipal de Séville le prie alors de venir s'installer définitivement dans la ville en alléguant « que la peinture n'est pas le moindre ornement de la République... », ce qui provoque l'indignation d'Alonso Cano qui voudrait que Zurbarán soit tenu de passer des examens avant de venir travailler dans la cité andalouse. Avec la commande qui lui demande d'achever la série du collège de Saint-Bonaventure, commencée par Herrera l'Ancien, Zurbarán, qui réalise alors le cycle de la chartreuse des Cuevas et la Nature morte de la collection Contini Bonacossi à Florence–, entre dans la plénitude de son art. En 1634, il travaille au Salón de Reinos du palais du Buen Retiro de Madrid. Dans cet ensemble décoratif destiné à la couronne interviennent tous les peintres importants de l'époque, des Italiens, comme Vincente Carducho et Jusepe Leonardo, aux Espagnols, comme Velázquez et Alonso Cano. Zurbarán y peint le tableau historique du Secours de Cadiz et la série des Travaux d'Hercule (musée du Prado, Madrid), tableaux mythologiques à la gloire du roi d'Espagne ; les sujets étaient totalement différents de ceux qu'il avait réalisés jusque-là. Entre 1636 et 1639, il exécute ses chefs-d'œuvre, les cycles pour les chartreux de Jérez de la Frontera (musée de Grenoble) et pour les hiéronymites de Guadalupe (Cáceres). Cette dernière série forme un ensemble impressionnant qu'il est extraordinaire de pouvoir contempler dans le cadre même pour lequel elle fut conçue, un monastère grandiose en pleine sierra d'Estrémadure, ce qui en fait l'un des ensembles picturaux du xviie siècle les mieux préservés, car les autres cycles sont dispersés dans différents musées.

La Défense de Cadiz, F. de Zurbaran

Photographie : La Défense de Cadiz, F. de Zurbaran

Francisco de Zurbaran, La Défense de Cadiz ou Le Secours de Cadiz.1634. Huile sur toile. Musée du Prado, Madrid. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Hercule et le Minotaure, F. Zurbaran

Photographie : Hercule et le Minotaure, F. Zurbaran

Francisco Zurbaran (1598-1664), Hercule et le Minotaure, huile sur toile, 1634. Musée du Prado, Madrid. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

À partir de 1640, Zurbarán ne réalisera plus de grandes séries. Marié pour la troisième fois (en 1625, Zurbarán avait épousé Beatriz de Morales qui mourra en 1639) avec une jeune veuve de vingt-huit ans, il ne réalisera alors que des œuvres isolées et des commandes commerciales pour l'Amérique du Sud. La crise est personnelle, mais aussi nationale. Entre 1640 et 1650, l'unité nationale est compromise et les défaites essuyées par l'Espagne hors des frontières ont des répercussions sur le marché de la peinture. En outre, un changement s'opère dans le goût. L'apparition à Séville de Murillo – qui, avec ses thèmes aimables et ses compositions plus faciles, est le meilleur représentant d'un style plus populaire et plus accessible – fera changer Zurbarán qui introduit alors dans ses compositions des qualités plus douces et plus vaporeuses, d'expression nuancée et sentimentale. Les sujets aussi changent, car Zurbarán reçoit à ce moment-là des commandes de tableaux d'autels et d'images religieuses pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

La Défense de Cadiz, F. de Zurbaran

La Défense de Cadiz, F. de Zurbaran
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Hercule et le Minotaure, F. Zurbaran

Hercule et le Minotaure, F. Zurbaran
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Saint Hugues au réfectoire des chartreux, F. Zurbaran

Saint Hugues au réfectoire des chartreux, F. Zurbaran
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZURBARÁN FRANCISCO DE (1598-1664)  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or de la peinture andalouse »  : […] Par un curieux décalage entre l'art et l'histoire, qui a été maintes fois signalé, c'est au xvii e  siècle seulement que la peinture andalouse connut son véritable âge d'or, grâce surtout à l'éclatante fécondité de Séville. Très rapidement, l'école était parvenue à la maturité, moins par l'action de Pacheco (1564-1654), qui fut surtout le théoricien de l' Arte de la Pintura , que grâce au talent d […] Lire la suite

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 841 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La Péninsule »  : […] Le cas de l'Espagne est particulier : la Péninsule, placée tout entière – après 1580 avec le Portugal – sous la puissante et impérieuse autorité des grands Habsbourg : Charles Quint, plus flamand qu'allemand, et Philippe II qui semble incarner l'hégémonie espagnole sur le monde, demeure une juxtaposition de provinces, riche chacune de son propre passé. La Renaissance y rencontre donc de fortes tra […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le baroque espagnol »  : […] Alors que le xvi e siècle avait connu une prodigieuse expansion grâce à l'arrivée des richesses d'Amérique, le siècle suivant représente une période de dépression, d'inflation, de banqueroutes et d'épidémies meurtrières. La reprise ne s'effectua qu'après l'accession des Bourbons au trône : un dynamisme nouveau de l'État provoqua alors le réveil progressif de l'activité économique. Ces fluctuation […] Lire la suite

GUINARD PAUL (1895-1976)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 1 249 mots

En 1976 a disparu, avec Paul Guinard, l'un des meilleurs connaisseurs de la peinture espagnole. Il était né à Annecy, et les traditions héritées de son père, officier, eurent une influence durable sur ses idées et sur son comportement. Après avoir participé à la campagne d'Orient pendant la Première Guerre mondiale, il entre tout de suite après sa démobilisation à l'École normale supérieure. En 19 […] Lire la suite

MANET-VELÁZQUEZ. LA MANIÈRE ESPAGNOLE AU XIXe siècle (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 1 182 mots

Le musée d'Orsay à Paris, du 16 septembre 2002 au 5 janvier 2003, puis le Metropolitan Museum à New York (24 février-8 juin 2003), ont accueilli une exposition consacrée à l'influence de la peinture espagnole sur la peinture française du romantisme à la fin du xix e  siècle, Manet-Velázquez. La manière espagnole au XIX e  siècle . Les commissaires de cette exposition inédite, Geneviève Lacambre […] Lire la suite

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 710 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Italie et l'Espagne : réalisme et mysticisme »  : […] Avant même que la formule nordique de la table servie ne fasse l'objet en Italie d'interprétations dépouillées chez Lodovico de Susio et Fede Galizia notamment, le jeune Caravage, avec la Corbeille de fruits de l'Ambrosienne de Milan (vers 1596), atteint un point d'équilibre entre précision descriptive, force plastique, justesse chromatique et sens spatial, qui confère à sa vision une vérité, à s […] Lire la suite

TÉNÉBRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 816 mots
  •  • 2 médias

Historiquement, le ténébrisme s'affirme autour des peintres du xvii e  siècle qui ont suivi la leçon de Caravage dans l'utilisation de l'ombre comme moyen d'expression plastique, peintres appelés pour cela tenebrosi . Il faut donc remonter à Caravage, à son sens de la lumière et de l'ombre qui apparaît dans son œuvre surtout autour de 1600, par exemple dans Le Repas à Emmaüs (pinacothèque de la B […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antonio BONET-CORREA, « ZURBARÁN FRANCISCO DE - (1598-1664) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-de-zurbaran/