POULENC FRANCIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Primauté du style

Francis Poulenc naît à Paris le 7 janvier 1899, aveyronnais par son père, parisien par sa mère. Il s'est formé en dehors de l'enseignement officiel (ses maîtres ont été Ricardo Viñes, pour le piano, et Charles Kœchlin, pour la composition) ; se trouvant tout naturellement accordé à son temps, il n'a pas eu à lutter, si ce n'est contre sa propre facilité. Tout en se fiant à son propre goût, à son seul instinct, il s'inscrit pourtant dans la tradition de Chabrier, de Stravinski et de Satie. Francis Poulenc a toujours reconnu la dette qu'il avait contractée à leur égard : Chabrier a été, en quelque sorte, son « grand-père spirituel », Stravinski et Satie jouant pour lui le rôle à la fois de garants et d'exemples. Mais c'est moins du côté des musiciens que de celui des poètes et même des peintres (souvent cités dans ses écrits) que Francis Poulenc a recueilli les leçons qui lui ont permis de faire entendre une voix entre toutes personnelle, celle d'un musicien à qui l'on doit quelques-uns des plus beaux cycles de mélodies pour chant et piano composés au xxe siècle. N'est-il pas significatif que son premier chef-d'œuvre, écrit en 1919, soit Le Bestiaire, sur des poèmes d'Apollinaire ?

Au groupe des Six, Francis Poulenc doit certainement la liberté, l'audace, la franchise de ses débuts. La mode était alors aux œuvres brèves et cela convenait parfaitement au jeune musicien qui n'avait pas encore étoffé son langage. Trop longtemps regardé comme un « petit maître », même après avoir écrit des œuvres aussi importantes que le cycle de mélodies Tel jour telle nuit ou le Concerto pour orgue et orchestre, le compositeur est apparu sous un autre visage vers 1950, après la création de son Stabat Mater au festival de Strasbourg. Les Dialogues des Carmélites, créés en 1957 à Milan puis à Paris, achèvent de lui donner, aux yeux de la critique et du public, sa véritable stature.

On ne doit à Francis Poulenc aucune in [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Francis Poulenc

Francis Poulenc
Crédits : Hulton Getty

photographie

Denise Duval et Francis Poulenc

Denise Duval et Francis Poulenc
Crédits : TT News Agency/ AKG-images

photographie




Écrit par :

Classification


Autres références

«  POULENC FRANCIS (1899-1963)  » est également traité dans :

POULENC FRANCIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 770 mots

7 janvier 1899 Francis Jean Marcel Poulenc naît à Paris, dans une famille bourgeoise et fortunée : son père, Émile Poulenc, dirige un laboratoire pharmaceutique, Poulenc Frères, qui fusionnera en 1928 avec la Société chimique des usines du Rhône pour donner naissance à Rhône-Poulenc.1914-1917 Poulenc est l'élèv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poulenc-reperes-chronologiques/

DIALOGUES DES CARMÉLITES (F. Poulenc)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 252 mots
  •  • 1 média

L’opéra Dialogues des carmélites de Francis Poulenc, en trois actes et douze tableaux reliés par de brefs interludes, connut une genèse singulière. En 1953, le compositeur est en voyage en Italie. Lors d’une rencontre avec le directeur de la maison d’édition italienne Ricordi, Guido Valcarenghi, ce dernier lui suggère d’écrire un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogues-des-carmelites-livre-de-f-poulenc/#i_10124

DIALOGUES DES CARMÉLITES (F. Poulenc), en bref

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 322 mots

Faire du mystère de la grâce et des exigences de la foi un sujet d'opéra, qui plus est un opéra ne faisant entendre majoritairement que des voix féminines n'allait pas de soi ; et pourtant ces Dialogues des carmélites, commandés par la Scala de Milan, ne posèrent de problème ni à Francis P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogues-des-carmelites/#i_10124

DUVAL DENISE (1921-2016)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 640 mots

Denise Duval ne disposait pas de moyens vocaux exceptionnels. Pourtant, celle que Francis Poulenc qualifiait de « rossignol à larmes » a gagné par la pureté de son timbre, la clarté de son élocution, sa présence dramatique et la finesse de sa sensibilité une place de choix parmi les étoiles de l’art lyrique français. Denise Duval naît à Paris le 23 octobre 1921. C’est au conservatoire de Bordeaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denise-duval/#i_10124

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Poulenc »  : […] On trouve davantage de lieder caractérisés et de la meilleure encre chez Albert Roussel. Mais, dans le milieu du xx e  siècle, le compositeur qui s'est le mieux replacé dans la grande tradition du lied, telle que l'avaient établie les compositeurs allemands ou autrichiens du xix e  siècle, c'est Francis Poulenc . À propos des nombreux lieder qu'il a composés sur des poèmes de Guillaume Apollinaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lied/#i_10124

MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Myriam CHIMÈNES
  •  • 3 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’attitude des musiciens »  : […] Les perturbations qui modifient les conditions d’exercice de leur métier éclairent les comportements des musiciens. Leur conduite ne se révèle pas spécifique à leur profession : comme dans tous les milieux, une minorité fait de la résistance, une autre collabore, alors que la majorité s’accommode de la situation. Dans le milieu musical, les premiers regroupements de résistants datent de juin 1940. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-sous-l-occupation/#i_10124

SIX GROUPE DES, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 697 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Francis Poulenc »  : […] La musique de Francis Poulenc (1899-1963), tenu pour un poète frivole et charmant, bref un « petit maître », ne correspond guère cependant à cette image ; à preuve Litanies à la Vierge noire (1936), La Messe en sol (1937), Sécheresses (1937), le Stabat mater (1951), Sept Répons des ténèbres (1961), à côté de pages avec orchestre, telles que le Concerto pour deux pianos (1932) ou le Concerto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-des-six-musique/#i_10124

Pour citer l’article

Jean ROY, « POULENC FRANCIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-poulenc/