FRANCEL'année politique 2012

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, mai 2012

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, mai 2012
Crédits : Presse/ Présidence de la République

photographie

Louis Gallois, 2012

Louis Gallois, 2012
Crédits : Presse/ Présidence de la République

photographie

François Hollande et Barack Obama, Washington, mai 2012

François Hollande et Barack Obama, Washington, mai 2012
Crédits : Présidence de l'Elysée

photographie


Un nouveau gouvernement pour une nouvelle politique ?

Composé de trente-quatre ministres, avec une parité parfaite entre hommes et femmes, associant radicaux de gauche et écologistes tout en représentant les diverses sensibilités du Parti socialiste (P.S.), le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, formé le 16 mai, entend à la fois orienter son action à gauche, conformément aux engagements de campagne de François Hollande, et prendre en compte les appels à un « choc de compétitivité », préoccupation première des entreprises. Il souhaite également engager une politique de réduction du déficit budgétaire – objectif visé de 3 p. 100 en 2013 – et juguler l'augmentation de la dette publique. D'un côté, il met en œuvre, dès la loi de finances rectificative de 2012 adoptée en juillet, une politique de réduction de la dette publique, poursuivie en fin d'année par la loi de finances pour 2013. Cette politique passe par des prélèvements fiscaux supplémentaires de 20 milliards d'euros (10 milliards sur les ménages, principalement les plus aisés ; 10 milliards sur les entreprises, surtout les plus grandes) et une réduction des dépenses de 10 milliards d'euros. Les prélèvements obligatoires doivent ainsi passer de 42,5 p. 100 du P.I.B. en 2010 à 46,3 p. 100 en 2013, les hausses totales d'impôts représentant 65 milliards d'euros pour la période 2011-2013. Ainsi, le seul impôt sur le revenu, qui rapportait 51,5 milliards d'euros en 2011, devrait faire entrer dans les caisses de l'État 59 milliards d'euros en 2012 et 72,6 milliards d'euros en 2013, soit une hausse de 41 p. 100 en deux ans. La mesure symbolique de l’imposition à 75 p. 100 de la fraction des revenus d’une personne supérieurs à un million d'euros est toutefois annulée pour des raisons techniques par le Conseil constitutionnel. D'un autre côté, notamment à la suite de la publication du rapport de Louis Gallois sur la compétitivité de l'in [...]

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, mai 2012

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, mai 2012

Photographie

Formé le 16 mai 2012, le premier gouvernement de Jean-Marc Ayrault affiche une stricte parité entre hommes et femmes et un savant équilibre entre les différentes sensibilités de la gauche qu’on appelait « plurielle » une dizaine d’années plus tôt. 

Crédits : Presse/ Présidence de la République

Afficher

Louis Gallois, 2012

Louis Gallois, 2012

Photographie

La compétitivité de l’industrie française est au cœur de la politique économique du nouveau gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Le 5 novembre 2012, Louis Gallois, commissaire général à l’investissement, remet son rapport sur le sujet au Premier ministre. 

Crédits : Presse/ Présidence de la République

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2012 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france/