FRANCEL'année politique 2021

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Crise sanitaire : vers un retour à la normale ?

L’année 2021 commence donc dans un contexte de mesures prises en lien avec la pandémie de Covid-19. Les contraintes se renforcent ensuite puis s’allègent progressivement jusqu’à la fin du printemps. Comme en 2020, le président de la République est au centre des décisions en matière de lutte contre la pandémie, dans le cadre de « conseils de défense sanitaire ». Le second confinement de 2020 avait pris fin le 15 décembre. À partir de janvier, Emmanuel Macron choisit un régime de restrictions limitées, pariant sur la protection collective que doit apporter la vaccination. La campagne de vaccination (non obligatoire) se déploie au fur et à mesure de la mise à disposition des doses de vaccins. Au début de l’année, elle est réservée aux personnes les plus âgées et les plus fragiles, puis s’ouvre peu à peu à l’ensemble de la population résidant en France : à toutes les personnes majeures le 31 mai, aux mineurs de plus de douze ans le 15 juin, aux enfants de plus de cinq ans le 22 décembre.

À la sortie du confinement de décembre 2020, les lieux de loisirs et de culture étaient restés fermés et un couvre-feu mis en place de 20 heures à 6 heures. Le 14 janvier, le Premier ministre Jean Castex annonce un couvre-feu dès 18 heures. D’autres mesures complètent encore le dispositif – limitation des déplacements interrégionaux, renforcement du contrôle aux frontières (puis interdiction du territoire aux voyageurs venus de l’extérieur de l’Union européenne), maintien du travail à distance quand il est possible… Les cours « en présentiel » ne sont pas suspendus dans l’enseignement primaire et secondaire, mais l’accueil des élèves varie en fonction des situations locales. À l’université, les cours se font à distance, sauf en première année où ils peuvent se dérouler en présentiel avec une demi-jauge. La circulation du virus progressant toujours, un troisième confinement de l’ensemble du territoire – entraînant, entre autres, la fermeture des classes, des commerces « non essentiels », etc. – est mis en place à partir du 5 avril, pour une durée de quatre semaines.

La situation sanitaire s’améliore ensuite, et la plupart des établissements scolaires rouvrent le 3 mai. Le 19 mai, les terrasses des cafés et des restaurants accueillent du public, ainsi que les commerces, les lieux culturels, les universités, mais avec des effectifs limités. Le 9 juin marque une étape décisive dans l’allègement des mesures prises pour lutter contre la pandémie : réouverture des frontières, assouplissement du télétravail, report du couvre-feu à 23 heures, réouverture des salles de restaurant et de café (avec effectifs limités à l’intérieur, sans limitation en terrasse). Le 17 juin, le port du masque n’est plus obligatoire à l’extérieur, sauf rassemblements. Le 20 juin, le couvre-feu prend fin.

En dehors du personnel de santé auquel elle s’applique (à partir du 16 octobre), l’obligation vaccinale ne sera pas imposée à la population générale au cours de l’année 2021. Mais force est de constater que les activités des non-vaccinés seront de fait restreintes avec la création d’un « passe sanitaire » au mois de juin. Celui-ci consiste en une preuve de « parcours vaccinal complet », d’une guérison récente de la Covid-19 ou de non-contamination (résultat de test PCR ou antigénique très récent). Le 9 juin, le passe devient obligatoire pour participer à des événements accueillant plus de 1 000 personnes, le 21 juillet pour tout lieu ou manifestation en rassemblant plus de 50. À partir du 9 août, il doit être présenté pour accéder aux « lieux de convivialité [dont les cafés, les restaurants et leurs terrasses], lieux de santé, transports publics longue distance et centres commerciaux supérieurs à 20 000 mètres carrés dans les départements ayant un fort taux d'incidence du virus ». Le 30 août, il devient obligatoire pour les personnes intervenant dans les lieux où le public doit le présenter.

Le gouvernement a fait le choix d’une forte incitation à la vaccination, ce qui s’est avéré efficace  : à la fin décembre, 76,7 % des personnes résidant en France (environ 91 % des plus de 18 ans) avaient reçu deux doses de vaccin et 78,3 % au moins une dose (environ 93 % des plus de 18 ans). En fin d’année, de nombreuses personnes [...]

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19

Photographie : Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19

En mars 2021, à Valenciennes, le président de la République visite un centre de vaccination. Celle-ci se déploie progressivement au cours de l'année 2021. Elle s'ouvre d'abord aux personnes les plus fragiles, puis aux adultes (mai), aux plus de douze ans (juin) et aux plus de cinq ans... 

Crédits : Yoan Valat/ pool/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19
Crédits : Yoan Valat/ pool/ AFP

photographie

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

France : élections régionales 2021

France : élections régionales 2021
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021
Crédits : Laurent Ferriere/ Hans Lucas/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23 novembre 2021 Union européenne. Adoption de la réforme de la Politique agricole commune.

Le Parlement européen adopte la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023. Celle-ci a fait l’objet de trois ans et demi de négociations. La PAC est dotée d’un budget annuel de 50 milliards d’euros, soit près du tiers du budget européen. La France en est le principal bénéficiaire. Une part croissante des aides est conditionnée au respect de mesures environnementales et le quart d’entre elles est réservé aux « écorégimes » ou « programmes pour l’environnement et le climat » encore plus ambitieux que les États doivent mettre en œuvre dans le cadre de leurs plans stratégiques nationaux qui devront être présentés d’ici à la fin de l’année. […] Lire la suite

10 septembre 2021 France. Mise en examen de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn.

La Cour de justice de la République (CJR) met en examen l’ancienne ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour « mise en danger de la vie d’autrui », en lien avec sa gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Celle-ci est également placée sous le statut de témoin assisté pour le chef d’« abstention volontaire de combattre un sinistre ». […] Lire la suite

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 28, Manuel Valls annonce que les pensions de retraite inférieures à 1 200 euros mensuels ne seront pas concernées par la mesure de gel des prestations sociales, et que le gel du point d'indice des fonctionnaires fera l'objet d'un réexamen chaque année. Le 28 également, le bureau national du P.S. adopte une résolution de soutien au gouvernement par 31 voix contre 15 et 1 abstention. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2021 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2021/