FRANCEL'année politique 2020

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La France à l’épreuve de la Covid-19

Même si plusieurs rapports avaient envisagé depuis des années la possibilité pour la planète de connaître un jour une pandémie globale, la Covid-19 prend tous les pays du monde au dépourvu. En France comme ailleurs, la gestion de la crise sanitaire se fait dans l’urgence, par tâtonnement et en plusieurs phases. Les scientifiques, suivis par les politiques, ajustent leurs analyses au fil des mois, en fonction des connaissances disponibles.

Les premières informations sur la nouvelle maladie tombent à la fin de 2019 et au début de 2020. Mais il faut attendre février pour que l’on commence à percevoir l’ampleur du phénomène, alors que les modes de transmission du virus et les moyens de protection restent mal connus. De premières recommandations – « distanciation sociale », lavage fréquent des mains – sont diffusées fin février par le gouvernement, qui maintient malgré tout le premier tour des municipales (15 mars), préférant qu’on lui reproche de prendre un risque sanitaire encore mal connu, plutôt que d’être accusé de manœuvre politique.

Juste après, le 17 mars, des mesures draconiennes de confinement sont prises. Les déplacements sont limités – il faut renseigner une attestation dérogatoire pour faire ses courses –, la plupart des commerces considérés comme « non essentiels » sont fermés, ainsi que les écoles, les collèges, les lycées, les universités et de très nombreux établissements et entreprises dont les activités ne peuvent s’effectuer à distance. Le télétravail s’impose à l’immense majorité des salariés et des professions indépendantes travaillant habituellement dans un bureau. Cette première phase de confinement s’achève le 10 mai. Faute de stocks, le gouvernement hésite longtemps avant d’imposer le port du masque chirurgical à tous les Français. Il n’est effectif sur l’ensemble du territoire – dans les lieux collectifs clos – qu’à partir du 20 juillet. Le 28 août, le port du masque dans l’espace public devient obligatoire dans certaines villes avant de s'étendre à tout le territoire.

Mais l’épidémie connaît une deuxième vague. Le 17 octobre, le gouvernement impose un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures à une partie du pays, le 24 à tout le territoire. Le 29 octobre à minuit, un deuxième confinement, moins strict que le premier, est mis en place. Il prend fin le 15 décembre et est remplacé par une nouvelle mesure de couvre-feu, de 20 heures à 6 heures (avec une exception le soir du réveillon de Noël). Restaurants, bars, salles de spectacle, musées, fermés depuis le début du deuxième confinement, le restent au moins jusqu’à la fin de l’année. La période des fêtes bruisse de rumeurs annonçant un troisième confinement, déjà mis en place ailleurs en Europe.

La gestion de l’épidémie par les gouvernements d’Édouard Philippe puis de Jean Castex (à partir de juillet) est rythmée par les polémiques. Annonces contradictoires, décisions à la fois hiératiques et hésitantes, absence d’anticipation – la destruction des stocks de masques au cours des années précédentes et le manque de lits de réanimation frappent les esprits –, inefficacité des premiers dispositifs de traçage des chaînes de contagion, tout concourt à dégrader l’image du gouvernement et du président. On leur reproche, entre autres, un déconfinement et une réouverture des commerces dits « non essentiels » trop précoces. Une commission d’enquête parlementaire pointe plusieurs dysfonctionnements. De fait, le gouvernement français, comme ses homologues, a été pris dans un étau de contradictions. Il a d’abord fallu éviter la saturation des services de réanimation des hôpitaux, ce qui a contraint à sacrifier le traitement d’autres maladies et à reporter des interventions chirurgicales. Puis l'exécutif a voulu limiter les effets économiques et sociaux du confinement et a rouvert – dès le 2 juin dans certaines zones, le 15 juin dans le reste du pays – bars et restaurants. En septembre, écoles, collèges et lycées ont repris les cours en présentiel pour sauver la scolarité des jeunes Français, mais là aussi au risque de relancer la circulation du virus. Enfin, l’isolement obligatoire et contrôlé des personnes infectées – pratiqué en Asie – n’a jamais été envisagé, une telle mesure semblant difficile à appliquer en France. Le fait est que la restriction des libertés publiques – en particulier celle d’alle [...]

Olivier Véran et Jean Castex, 2020

Photographie : Olivier Véran et Jean Castex, 2020

Déclarations solennelles du Président, conférences de presse régulières : l'année 2020 voit se multiplier les procédés de communication des deux gouvernements successifs. Il s'agit d'informer le plus fréquemment possible sur l'évolution de la pandémie de Covid-19 et sur les mesures... 

Crédits : Ludovic Marin/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

France : participation aux élections municipales (1947-2020)

France : participation aux élections municipales (1947-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : groupes politiques au Sénat (2004-2020)

France : groupes politiques au Sénat (2004-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Olivier Véran et Jean Castex, 2020

Olivier Véran et Jean Castex, 2020
Crédits : Ludovic Marin/ AFP

photographie

Hommage à Samuel Paty

Hommage à Samuel Paty
Crédits : Pascal Guyot/ AFP

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

10 septembre 2021 France. Mise en examen de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn.

La Cour de justice de la République (CJR) met en examen l’ancienne ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour « mise en danger de la vie d’autrui », en lien avec sa gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Celle-ci est également placée sous le statut de témoin assisté pour le chef d’« abstention volontaire de combattre un sinistre ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2020 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2020/