FRANCEL'année politique 2017

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Emmanuel Macron au Louvre, le 7 mai 2017

Emmanuel Macron au Louvre, le 7 mai 2017
Crédits : Christophe Ena/ AP/ SIPA

photographie

France : abstentionnisme aux élections présidentielles depuis 1965

France : abstentionnisme aux élections présidentielles depuis 1965
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : second tour des élections présidentielles de 2012 et 2017

France : second tour des élections présidentielles de 2012 et 2017
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : premier tour des élections présidentielles de 2012 et 2017

France : premier tour des élections présidentielles de 2012 et 2017
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Une année électorale hors norme

Le contexte dans lequel se déroule l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai 2017 est exceptionnel à plusieurs égards. Dès le mois de janvier, les deux grands partis de gouvernement, le PS et Les Républicains, rencontrent des difficultés inédites. Parues le 25 janvier, les premières révélations contenues dans un article du Canard enchaîné sur François Fillon, le candidat des Républicains, aboutissent le 14 mars à sa mise en examen pour des motifs graves : « détournement de fonds publics », « complicité et recel de détournement de fonds publics », « complicité et recel d’abus de biens sociaux », etc. Les juges lui reprochent les conditions dans lesquelles son épouse et deux de ses enfants ont été employés comme assistants parlementaires. Contredisant la promesse faite dès janvier de ne pas se présenter en cas de mise en examen, François Fillon ne renoncera jamais à sa candidature et abordera le premier tour très affaibli.

À gauche, les « primaires citoyennes » de la « Belle Alliance populaire » (Parti socialiste et ses alliés) des 22 et 29 janvier sont remportées par l’ancien frondeur du PS Benoît Hamon. Sa ligne politique, très marquée à gauche, empêchera le PS d’accéder au second tour. En consacrant l’éclatement de la gauche socialiste entre « réformistes » et partisans de cette ligne plus radicale, la campagne de Benoît Hamon conduit plusieurs socialistes – ainsi des deux candidats aux primaires, Manuel Valls et François de Rugy – et nombre de leurs électeurs traditionnels à se rallier à Emmanuel Macron. À droite, les positions très conservatrices de François Fillon poussent une large partie de l’électorat du centre droit – notamment les partisans d’Alain Juppé – vers le jeune candidat. Enfin, le 22 février, le président du Mouvement démocrate (MoDem), François Bayrou, se rallie officiellement à Emmanuel Macron et conclut avec lui une alliance électorale en bonne et due forme.

Le premier tour [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2017 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2017/