FRANCEL'année politique 2007

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Six premiers mois entre réforme et pragmatisme

Les six premiers mois du gouvernement ont révélé quelques vraies ruptures, de fortes continuités, mais aussi certaines prudences inspirées par un pragmatisme avéré. Les ruptures les plus nettes apparaissent dans la sphère de la politique étrangère. Le rapprochement marqué avec les États-Unis, la perspective probable d'une réintégration de la France dans le commandement militaire intégré de l'O.T.A.N., une attitude plus favorable à Israël, peut-être une moindre proximité avec la Russie, des liens personnels moins forts avec l'Afrique subsaharienne et un discours plus ferme envers l'Iran s'accompagnent toutefois de points communs avec la politique élyséenne antérieure : une attitude qualifiée de « réaliste » à l'égard de la Chine, un engagement européen appuyé, avec une initiative pour débloquer la question du traité simplifié appelé à remplacer le projet de traité constitutionnel rejeté par les Français, une attention marquée à l'Afrique du Nord – qui serait partie prenante au projet d'Union méditerranéenne, lancé de manière encore un peu floue. Cependant, le projet d'ensemble reste encore incomplet et le style propre du président a pu surprendre et susciter des critiques, en Afrique comme en Allemagne, ainsi d'ailleurs que le rapprochement avec la Libye dans la foulée de son intervention réussie pour la libération des infirmières bulgares détenues dans ce pays.

Sur le plan intérieur, le président a confirmé ses promesses de campagne en faveur d'une décroissance de la pression fiscale, en particulier sur les successions et les donations, mais ce choix peut aussi apparaître dans la continuité d'options qui avaient été celles de gouvernements précédents, concernant notamment l'impôt sur le revenu. Une polémique s'est ensuivie sur le coût et la justice de ces mesures, d'autant plus que les marges de manœuvre du gouvernement – même si le président récuse le terme de « faillite » employé par François Fillon et celui de « rigueur » utilisé par Christine Lagarde – sont limitées, et la position de l'endettement et du déficit de la France surveillée par ses partenaires européens.

Si la nouvelle réforme des régimes spéciaux de retraite – autre promesse de campagne – s'inscrit dans le prolongement des réformes Balladur et Raffarin, celle des universités paraît plus hardie, même si elle ne va pas aussi loin que l'avait espéré Valérie Pécresse, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche. De même, le texte qui durcit les conditions d'entrée et de séjour des personnes immigrées, s'il a déclenché une forte polémique, y compris au sein du gouvernement, à propos du recours à des tests A.D.N. en matière de regroupement familial, peut apparaître comme la continuation d'autres lois de droite sur le même sujet. La loi sur le service minimum dans les transports peut aussi s'analyser principalement comme une forme de loi-cadre dont les contraintes semblent finalement assez réduites en comparaison de ce que souhaitaient certains parlementaires de droite. De même, dans le dossier de la fonction publique, le gouvernement manifeste un certain pragmatisme, s'engageant de manière progressive sur la voie d'une décroissance des effectifs de fonctionnaires, mais sans envisager de rupture radicale dans les modes de gestion et de statut et se montrant même prêt à satisfaire certaines revendications sur leur pouvoir d'achat. Si l'assouplissement des 35 heures et la possibilité plus large et plus avantageuse de recourir aux heures supplémentaires constituent une rupture avec la politique suivie par la gauche – quand bien même une partie de celle-ci n'y est pas hostile par principe −, la fusion annoncée entre l'A.N.P.E. et l'U.N.E.D.I.C. avait pu être proposée autrefois par des experts proches du P.S.

Sans doute, la rupture est-elle plus forte en matière de réforme de l'État : la mise en place d'une révision des politiques publiques, pilotée de manière inédite depuis la présidence, la pratique des livres blancs mais aussi, d'une autre manière, la méthode et les résultats du « Grenelle de l'environnement » lancé et tenu en 2007 laissent entrevoir la possibilité de changements assez radicaux dans l'organisation et la pratique de l'action publique. Quant à la réforme des institutions, issues des travaux de la commission Balladur, elle dev [...]

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement

Photographie : Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement

Annoncé au lendemain de l'élection présidentielle en mai 2007, le Grenelle Environnement a pour objectif d'aboutir à des mesures concrètes favorisant un développement durable. Nicolas Sarkozy avait réuni à ses côtés le président portugais de la Commission européenne José Manuel... 

Crédits : Eric Feferberg/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement
Crédits : Eric Feferberg/ AFP

photographie

Dominique Strauss-Kahn

Dominique Strauss-Kahn
Crédits : Getty Images News/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

24-25 octobre 2007 France. Le « Grenelle de l'environnement »

Le 24 s'ouvre au ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, sous la présidence du ministre Jean-Louis Borloo, la réunion finale du « Grenelle de l'environnement » promis en mai par son prédécesseur Alain Juppé. La réunion vient au bout de trois mois de concertation entre des représentants de l'État, des collectivités locales, des organisations non gouvernementales, des salariés et des employeurs, en vue de définir les grands axes de la politique écologique de la France. […] Lire la suite

3-9 juillet 2007 France – Union européenne. Le déficit budgétaire français en débat à Bruxelles

par année de croissance – il doit être de 2,5 p. 100 en France en 2007 –, mais le gouvernement ne prévoit pas de baisse en 2008. Le 4, le gouvernement allemand critique la position française. Le 5, le directeur de la Banque centrale européenne (B.C.E.), Jean-Claude Trichet, indique que celle-ci « observe avec inquiétude les pressions apparues dans un certain nombre de pays pour un relâchement concernant les objectifs budgétaires ». […] Lire la suite

11-29 mars 2007 Zimbabwe. Dégradation de la situation politique

Le 11, à Harare, la répression d'une manifestation de l'opposition contre le régime du président Robert Mugabe fait un mort. Morgan Tsvangirai, chef du Mouvement pour le changement démocratique (M.D.C.), est arrêté. Toute manifestation est, depuis février, interdite dans le pays. Ces tensions politiques s'ajoutent à une situation économique dramatique: le taux d'inflation, alors proche de 2 000 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2007 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2007/