FRANCEL'année politique 2002

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les deux cents jours du gouvernement Raffarin

Une fois le paysage politique dégagé par les élections législatives, qui donnaient au gouvernement une majorité parlementaire large, ce dernier pouvait se mettre au travail avec la perspective de cinq années devant lui. La cote de popularité élevée du Premier ministre, l'approbation, au-delà de son propre camp, des mesures décidées par le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, l'équilibre voulu par le ministre du Travail, des Affaires sociales et de la Solidarité, François Fillon, entre l'assouplissement des 35 heures et le maintien de certains acquis sociaux, voie moyenne entre les demandes du Medef et les revendications de certains syndicats, permirent au gouvernement de bénéficier d'une présomption de sympathie, d'efficacité et de pragmatisme. Il s'attaqua aussi, avec plus d'énergie que ses prédécesseurs, au problème dramatique de la sécurité routière. La droite, au gouvernement comme au Palais-Bourbon, a également réussi à prendre la gauche à contre-pied, par exemple sur la régularisation des sans-papiers, le vote des étrangers aux élections locales et la double peine. Le gouvernement est également parvenu à éviter des conflits sociaux ou sectoriels majeurs, dans les grands services publics, chez les transporteurs routiers, dans l'enseignement et dans le monde agricole.

En même temps, l'action des premiers mois reste marquée par certaines inconnues quant au futur. Au-delà de quelques discordances dans la communication du gouvernement, notamment sur la baisse de l'impôt sur le revenu, sur le taux de croissance prévu pour 2003 ou sur les rapports entre police et justice, au-delà de dissonances entendues lors de l'élection au perchoir du candidat soutenu par l'Élysée, Jean-Louis Debré (contre Édouard Balladur auquel s'étaient d'abord ralliés 40 p. 100 des députés de droite), le gouvernement sa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

France : abstentionnisme aux législatives

France : abstentionnisme aux législatives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : résultat des législatives de 2002

France : résultat des législatives de 2002
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

11-29 mars 2007 Zimbabwe. Dégradation de la situation politique

Le 11, à Harare, la répression d'une manifestation de l'opposition contre le régime du président Robert Mugabe fait un mort. Morgan Tsvangirai, chef du Mouvement pour le changement démocratique (M.D.C.), est arrêté. Toute manifestation est, depuis février, interdite dans le pays. Ces tensions politiques s'ajoutent à une situation économique dramatique […] Lire la suite

5-17 avril 2003 France. Lancement de la procédure de réforme du statut de la Corse

Le 5, le F.L.N.C. Union des combattants revendique une série d'attentats perpétrés depuis le début de l'année contre des bâtiments publics, opérations qualifiées par lui de « ponctuelles » et qui ne remettent pas en cause la trêve décrétée en décembre 2002. Le 7, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy […] Lire la suite

12 avril - 29 mai 2002 France. Crise chez Vivendi Universal et à Canal Plus

Le 12, le directeur général de Canal Plus, Denis Olivennes, annonce sa démission. Jean-Marie Messier, P.-D.G. de Vivendi Universal (V.U.), la maison mère du groupe, avait demandé à la direction de la chaîne cryptée de redresser les comptes à la suite de l'annonce, en mars, de pertes importantes pour 2001. La crise qui se noue à Canal Plus intervient […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2002 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2002/