FRANCEL'année politique 2002

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

France : abstentionnisme aux législatives

France : abstentionnisme aux législatives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : résultat des législatives de 2002

France : résultat des législatives de 2002
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Des élections législatives sans ambiguïtés

Avant l'élection présidentielle, les élections législatives paraissaient incertaines ; après, elles semblèrent prévisibles. Sans doute Jacques Chirac n'avait-il pas été réélu sur un programme ni sur la base d'une forte adhésion dès le premier tour, mais la dynamique de la victoire, la stature acquise par le combat au nom de la République, le retrait de la vie politique du principal leader de gauche, les premiers fruits d'une union de la droite en progrès, la bonne image du nouveau Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, jusqu'alors inconnu du grand public, le rejet par les Français d'une nouvelle cohabitation, devaient logiquement conduire à l'élection d'une Assemblée majoritairement acquise au président. Un autre facteur allait y contribuer de façon mécanique : l'abstention, qui atteignit un niveau record, combinée à la propension de l'électorat à « voter utile », limita le nombre de triangulaires avec le Front national à trente-sept (au lieu des 300 espérées par le parti d'extrême droite), puisque rares furent les circonscriptions où le candidat frontiste dépassa les 12,5 p. 100 d'électeurs inscrits, condition pour se maintenir au second tour. Au demeurant, la « discipline républicaine » devait empêcher ses candidats les mieux placés d'être finalement élus.

France : abstentionnisme aux législatives

France : abstentionnisme aux législatives

Tableau

Les abstentions aux élections législatives depuis 1958 (en pourcentage des inscrits). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dès lors, la gauche recule de 5 points par rapport à 1997, même si le Parti socialiste maintient, en pourcentages, ses positions et si l'analyse par parti est faussée par l'existence d'alliances entre les composantes de la gauche plurielle. Le P.S. progresse à Paris et en Corse, mais cède du terrain dans la plupart des régions. S'il conserve certains de ses bastions traditionnels, il recule dans le Nord et en Bretagne du Sud. Certains de ses leaders sont battus (Martine Aubry notamment). Globalement, il perd cent sièges à l'issue du second tour. Le Parti communiste recule dans la même proportion qu'à l'élection présidentielle et ne d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2002 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2002/