FRANCEL'année politique 2001

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un climat politique et social troublé

L'année 2001 n'a certainement pas été politiquement sereine. Les critiques du chef de l'État concernant la politique gouvernementale, formulées à l'occasion même du traditionnel entretien du 14 juillet, les piques de membres du gouvernement et du directeur du cabinet du Premier ministre, fussent-elles voilées, à l'égard du président de la République ont mis fin à la cohabitation paisible des premières années, malgré l'unanimité de façade affirmée lors de la lutte contre le terrorisme. Si la perspective d'une mise en cause de Jacques Chirac dans les « affaires » de la Ville de Paris et le paiement en liquide de billets d'avion utilisés à titre privé par sa famille et ses collaborateurs s'éloigne, et si tant Dominique Strauss-Kahn que Robert Hue ont été relaxés, d'autres mises en examen d'hommes politiques continuent à alimenter le feuilleton judiciaro-politique.

Mais, au-delà de la classe politique elle-même, c'est la société et l'économie qui semblent entrées dans une conflictualité nouvelle dont les effets politiques sont certains. La multiplication des manifestations de protestation de différentes corporations ou les conflits sociaux liés à la fermeture de certains sites de production paraissent exiger des pouvoirs publics une réponse qui sera naturellement exploitée dans le combat politique. Pour le gouvernement de gauche en particulier, le dilemme se situe entre l'impossibilité de ne pas répondre aux angoisses de personnes affrontées à la précarité et la même impossibilité d'en limiter les conséquences par un volontarisme étatiste à courte vue. Il reste que les mouvements de protestation, qui peuvent être relayés par des associations et non plus seulement par des partis et par des syndicats, perturbent le jeu politique traditionnel. Dans ce cadre-là, le patronat entend naturellement être un acteur à part entière : les projets de « refondation sociale » du Medef, qui l'ont conduit jusqu'à proposer une réforme radicale de la Sécurité sociale, et les nombreux travaux des groupes d'experts patronaux (Institut de l'entreprise, notamment) ont plus alimenté le débat politique que les propositions formulées par les partis. On a vu aussi des patrons, y compris de gauche, interpeller le gouvernement sur les conséquences, à leurs yeux funestes, de la loi sur les nouvelles régulations économiques et, plus encore, de la loi de modernisation sociale. Et les difficultés d'application et de financement des 35 heures ne sont pas résolues.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

France : élections municipales (2001)

France : élections municipales (2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : participation aux élections municipales (1947-2020)

France : participation aux élections municipales (1947-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2001)

France : élections cantonales (1988-2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

12 avril - 29 mai 2002 France. Crise chez Vivendi Universal et à Canal Plus

Le 12, le directeur général de Canal Plus, Denis Olivennes, annonce sa démission. Jean-Marie Messier, P.-D.G. de Vivendi Universal (V.U.), la maison mère du groupe, avait demandé à la direction de la chaîne cryptée de redresser les comptes à la suite de l'annonce, en mars, de pertes importantes pour 2001. La crise qui se noue à Canal Plus intervient sur fond de remise en cause de la politique de Jean-Marie Messier par le conseil d'administration de V. […] Lire la suite

23 septembre - 1er octobre 2001 France. Renouvellement partiel du Sénat

Le 23 a lieu le renouvellement du tiers des membres du Sénat. La loi de juin 2000 sur la parité hommes-femmes en politique, et la loi de juillet de la même année, qui étend le nombre de sièges de sénateurs à pourvoir au scrutin proportionnel, s'appliquent pour la première fois. La seconde loi prévoit l'application de la représentation proportionnelle aux départements comptant au moins trois sénateurs, contre cinq auparavant. […] Lire la suite

1er-30 août 2001 France. Assassinat du chef nationaliste corse François Santoni

Le 1er, le F.L.N.C. revendique sept attentats mineurs commis en Corse depuis mars, mais pas les plasticages visant une caserne de C.R.S., à Furiani, et une caserne de gendarmerie, à Borgo, les 6 et 23 juillet, ni l'envoi de colis piégés, le 26, à deux avocats nationalistes, Marie-Hélène Mattei et Jean-Guy Talamoni, chef de file de Corsica Nazione et principal négociateur du « processus de Matignon » sur le futur statut de l'île. […] Lire la suite

20 janvier 2000 France. Annonce d'une forte baisse des impôts

Le gouvernement arrête un « programme triennal de finances publiques » qui prévoit une baisse de 120 milliards de francs des prélèvements obligatoires pour les années 2001 à 2003. Ce programme est transmis chaque année à la Commission européenne par les membres de l'Union économique et monétaire, en application du pacte de stabilité qui les lie. Ce tournant dans la politique fiscale du gouvernement vise à ramener le taux des prélèvements obligatoires à son niveau de 1995. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2001 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2001/