FRANCEL'année politique 2001

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La difficile union de l'opposition

Au cours de l'année 2001, la droite a été rassérénée par un certain piétinement de la gauche, mais surtout par la situation personnelle de Jacques Chirac. Conforté par la décision de la Cour de cassation qui affirme son immunité pénale et par l'absence d'aboutissement de la démarche du député P.S. Arnaud Montebourg visant à le faire mettre en accusation par la Haute Cour de justice (dont la Cour de cassation a rappelé la compétence pour les seuls cas de haute trahison), fortifié par l'autorité qu'ont pu lui donner les événements internationaux, enhardi par des sondages qui le placent en tête du second tour de l'élection présidentielle et par l'absence de décollage des intentions de vote en faveur de ses concurrents de droite, jouant des difficultés du gouvernement et des incompréhensions de l'opinion sur la Corse, la croissance économique, l'insécurité, les grèves dans le secteur public, la réforme des retraites, l'application des 35 heures, la démocratie sociale, voire le divorce avec une partie des armées, le président de la République sait aussi qu'il aura besoin d'un camp mieux organisé et crédible.

Or l'opposition paraît éprouver des difficultés à faire émerger une structure unique et ses personnalités les plus connues (Édouard Balladur, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Philippe Séguin, ou les candidats à la présidentielle de l'U.D.F. et de Démocratie libérale) ne peuvent souvent, pour différentes raisons, apparaître comme fédératrices. La droite est forte dans de nombreux bastions locaux, mais ne dispose pas d'un « leader » naturel autre que le président de la République. De surcroît, le R.P.R. craint fort de se dissoudre dans une structure où il perdrait une partie de son héritage, tandis que les autres composantes de la droite redoutent une domination du parti néo-gaulliste. Chacun des trois partis de la droite élabore d'ailleurs son programme de façon autonome. Pour autant, une nouvelle structure a été constituée, l'Union en mouvement (U.E.M.), succédant à Alternance 2002, qui prévoit la création après les élections législatives d'une formation pluraliste de la droite et du centre. De manière significative, cette formation est animée par de relativement jeunes élus, d'environ quarante ans : son président, Renaud Dutreil (U.D.F.), est secondé par Hervé Gaymard (R.P.R.), secrétaire, et Dominique Bussereau (D.L.), trésorier. Prompte à soutenir Jacques Chirac plutôt que les candidats des deux autres formations de l'opposition, l'Union en mouvement est portée sur les fonts baptismaux par Alain Juppé, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Philippe Douste-Blazy .

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

France : élections municipales (2001)

France : élections municipales (2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : participation aux élections municipales (1947-2020)

France : participation aux élections municipales (1947-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2001)

France : élections cantonales (1988-2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

12 avril - 29 mai 2002 France. Crise chez Vivendi Universal et à Canal Plus

Le 12, le directeur général de Canal Plus, Denis Olivennes, annonce sa démission. Jean-Marie Messier, P.-D.G. de Vivendi Universal (V.U.), la maison mère du groupe, avait demandé à la direction de la chaîne cryptée de redresser les comptes à la suite de l'annonce, en mars, de pertes importantes pour 2001. La crise qui se noue à Canal Plus intervient sur fond de remise en cause de la politique de Jean-Marie Messier par le conseil d'administration de V. […] Lire la suite

23 septembre - 1er octobre 2001 France. Renouvellement partiel du Sénat

Le 23 a lieu le renouvellement du tiers des membres du Sénat. La loi de juin 2000 sur la parité hommes-femmes en politique, et la loi de juillet de la même année, qui étend le nombre de sièges de sénateurs à pourvoir au scrutin proportionnel, s'appliquent pour la première fois. La seconde loi prévoit l'application de la représentation proportionnelle aux départements comptant au moins trois sénateurs, contre cinq auparavant. […] Lire la suite

1er-30 août 2001 France. Assassinat du chef nationaliste corse François Santoni

Le 1er, le F.L.N.C. revendique sept attentats mineurs commis en Corse depuis mars, mais pas les plasticages visant une caserne de C.R.S., à Furiani, et une caserne de gendarmerie, à Borgo, les 6 et 23 juillet, ni l'envoi de colis piégés, le 26, à deux avocats nationalistes, Marie-Hélène Mattei et Jean-Guy Talamoni, chef de file de Corsica Nazione et principal négociateur du « processus de Matignon » sur le futur statut de l'île. […] Lire la suite

20 janvier 2000 France. Annonce d'une forte baisse des impôts

Le gouvernement arrête un « programme triennal de finances publiques » qui prévoit une baisse de 120 milliards de francs des prélèvements obligatoires pour les années 2001 à 2003. Ce programme est transmis chaque année à la Commission européenne par les membres de l'Union économique et monétaire, en application du pacte de stabilité qui les lie. Ce tournant dans la politique fiscale du gouvernement vise à ramener le taux des prélèvements obligatoires à son niveau de 1995. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2001 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2001/