FRANCEL'année politique 2001

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

France : élections municipales (2001)

France : élections municipales (2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections municipales (1947-2001)

France : élections municipales (1947-2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2001)

France : élections cantonales (1988-2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


La difficile union de l'opposition

Au cours de l'année 2001, la droite a été rassérénée par un certain piétinement de la gauche, mais surtout par la situation personnelle de Jacques Chirac. Conforté par la décision de la Cour de cassation qui affirme son immunité pénale et par l'absence d'aboutissement de la démarche du député P.S. Arnaud Montebourg visant à le faire mettre en accusation par la Haute Cour de justice (dont la Cour de cassation a rappelé la compétence pour les seuls cas de haute trahison), fortifié par l'autorité qu'ont pu lui donner les événements internationaux, enhardi par des sondages qui le placent en tête du second tour de l'élection présidentielle et par l'absence de décollage des intentions de vote en faveur de ses concurrents de droite, jouant des difficultés du gouvernement et des incompréhensions de l'opinion sur la Corse, la croissance économique, l'insécurité, les grèves dans le secteur public, la réforme des retraites, l'application des 35 heures, la démocratie sociale, voire le divorce avec une partie des armées, le président de la République sait aussi qu'il aura besoin d'un camp mieux organisé et crédible.

Or l'opposition paraît éprouver des difficultés à faire émerger une structure unique et ses personnalités les plus connues (Édouard Balladur, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Philippe Séguin, ou les candidats à la présidentielle de l'U.D.F. et de Démocratie libérale) ne peuvent souvent, pour différentes raisons, apparaître comme fédératrices. La droite est forte dans de nombreux bastions locaux, mais ne dispose pas d'un « leader » naturel autre que le président de la République. De surcroît, le R.P.R. craint fort de se dissoudre dans une structure où il perdrait une partie de son héritage, tandis que les autres composantes de la droite redoutent une domination du parti néo-gaulliste. Chacun des trois partis de la d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2001 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2001/