FRANCEL'année politique 2001

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les difficultés de la gauche plurielle

La fatigue liée à l'exercice du pouvoir, le nombre significatif de membres du gouvernement battus aux élections municipales, les surenchères de certaines composantes de la majorité plurielle, les révélations sur le passé trotskiste de Lionel Jospin, la polémique sur les fonds spéciaux, nées avec la révélation de l'achat en espèces de billets d'avion par Jacques Chirac mais ternissant l'image de moralité mise en avant dès 1997 par le chef du gouvernement, ainsi que certains déboires politiques (remontée du chômage, assombrissement des perspectives de croissance, reprise des attentats en Corse, chiffres élevés de la délinquance, rejet par le Conseil constitutionnel des dispositions permettant d'assurer le financement des 35 heures et, au début de l'année 2002, d'une disposition importante relative aux licenciements économiques contenue dans la loi de modernisation sociale, fronde des gendarmes, des policiers et d'autres catégories sociales, etc.), l'accusation par la gauche comme par la droite de ne pas réformer suffisamment placent dès 2001 le gouvernement dans une situation difficile. Pour son chef, candidat « probable » à la présidentielle, un jeu subtil s'impose : obligé désormais d'assurer ses fonctions jusqu'au bout et de tenter de faire mentir la règle qui veut qu'un Premier ministre en exercice échoue toujours à la présidentielle, il doit à la fois apparaître comme un candidat et comme un chef de gouvernement qui continue à placer les impératifs de bonne gestion avant les concessions électorales. Il ne peut non plus, sans compromettre sa crédibilité, ni rejeter son propre bilan ni se présenter comme celui qui fera plus tard ce qu'il n'a pas réalisé en cinq ans. En même temps, il doit se montrer capable de proposer autre chose que la simple continuation de l'action passée et de répondre à des attentes qu'il ne peut mépriser.

Pour le Parti socialiste, l'enjeu est décisif. Dès novembre 2001, il a présenté son projet, document consensuel et soigné, mais reconnu comme peu mobilisateur et dont il a été annoncé qu'il ne sera pas le projet du candidat. Mais le principal problème du P.S. provient de ses rapports avec les autres composantes de la gauche plurielle. Pour empêcher la fuite d'une partie de sa clientèle vers l'extrême gauche ou vers certaines associations contestataires, le P.C.F., qui s'est doté lors de son XXXIe congrès, à la fin d'octobre 2001, d'une direction bicéphale (Marie-George Buffet au secrétariat national du parti, Robert Hue à sa présidence), conteste de plus en plus régulièrement une action gouvernementale trop timorée et un Parti socialiste trop « libéral », tandis que les Verts font bientôt monter la pression sur les investitures aux élections législatives.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

France : élections municipales (2001)

France : élections municipales (2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : participation aux élections municipales (1947-2020)

France : participation aux élections municipales (1947-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2001)

France : élections cantonales (1988-2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

12 avril - 29 mai 2002 France. Crise chez Vivendi Universal et à Canal Plus

Le 12, le directeur général de Canal Plus, Denis Olivennes, annonce sa démission. Jean-Marie Messier, P.-D.G. de Vivendi Universal (V.U.), la maison mère du groupe, avait demandé à la direction de la chaîne cryptée de redresser les comptes à la suite de l'annonce, en mars, de pertes importantes pour 2001. La crise qui se noue à Canal Plus intervient sur fond de remise en cause de la politique de Jean-Marie Messier par le conseil d'administration de V. […] Lire la suite

23 septembre - 1er octobre 2001 France. Renouvellement partiel du Sénat

Le 23 a lieu le renouvellement du tiers des membres du Sénat. La loi de juin 2000 sur la parité hommes-femmes en politique, et la loi de juillet de la même année, qui étend le nombre de sièges de sénateurs à pourvoir au scrutin proportionnel, s'appliquent pour la première fois. La seconde loi prévoit l'application de la représentation proportionnelle aux départements comptant au moins trois sénateurs, contre cinq auparavant. […] Lire la suite

1er-30 août 2001 France. Assassinat du chef nationaliste corse François Santoni

Le 1er, le F.L.N.C. revendique sept attentats mineurs commis en Corse depuis mars, mais pas les plasticages visant une caserne de C.R.S., à Furiani, et une caserne de gendarmerie, à Borgo, les 6 et 23 juillet, ni l'envoi de colis piégés, le 26, à deux avocats nationalistes, Marie-Hélène Mattei et Jean-Guy Talamoni, chef de file de Corsica Nazione et principal négociateur du « processus de Matignon » sur le futur statut de l'île. […] Lire la suite

20 janvier 2000 France. Annonce d'une forte baisse des impôts

Le gouvernement arrête un « programme triennal de finances publiques » qui prévoit une baisse de 120 milliards de francs des prélèvements obligatoires pour les années 2001 à 2003. Ce programme est transmis chaque année à la Commission européenne par les membres de l'Union économique et monétaire, en application du pacte de stabilité qui les lie. Ce tournant dans la politique fiscale du gouvernement vise à ramener le taux des prélèvements obligatoires à son niveau de 1995. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2001 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2001/